Innovation technologique et évolution des compétences : quelle identité professionnelle pour les géomaticiens ?

L’évolution technologique que vit la géomatique s’accompagne d’un triple questionnement :

– Quel est l’impact de l’innovation sur les besoins de compétences ?

–  Comment appréhender les compétences géomatiques dans ce contexte ?

– Quelle identité professionnelle pour les géomaticiens ?

Deux perspectives parmi d’autres (données images spatiales d’une part, développement des « smart cities » et intelligence territoriale d’autre part) ont été abordées dans deux ateliers de la Conférence francophone de l’information géographique organisée par l’AFIGEO en septembre 2017 à Strasbourg.

Le développement de l’imagerie

L’important développement des capacités d’observation spatiale (mais aussi terrestre) s’accompagne d’un changement de paradigme, en passant d’une logique d’infrastructures publiques à un domaine beaucoup plus ouvert, où les acteurs de l’économie numérique jouent un rôle important. Cette évolution induit la mise à disposition de volumes de données grandissants, permettant de suivre de plus en plus finement – dans l’espace et le temps – les évolutions des territoires et les interactions des activités qui s’y déroulent.

Ce développement s’accompagne de la nécessité de financer les données en amont et du besoin grandissant de mutualiser les acquisitions pour des usages multiples ainsi que d’assurer le développement et le transfert de méthodes vers les opérateurs et les utilisateurs.

Ce nouveau paysage fait émerger de nouveaux besoins en compétences techniques (en traitement du signal et d’images), pour la manipulation et l’analyse des données, nécessairement hybridées avec une expertise thématique de plus en plus pointue. Parallèlement, la gestion et la qualification des ces volumes très importants de données requièrent des compétences spécifiques, pour les analystes et prestataires de traitement mais aussi pour les utilisateurs des services proposés.

Villes et territoires intelligents

La ville intelligente repose bien sûr, selon une approche technique, sur le développement des infrastructures numériques et des services urbains  mais elle intègre aussi une approche sociale, citoyenne où l’ « intelligence territoriale » contribue à la modernisation des services publics avec l’e-administration, la dématérialisation, la démocratie locale…

Les connaissances traditionnelles du géomaticien sont essentielles pour garantir et évaluer la qualité des données. Mais il devra demain aussi d’une part développer de nouvelles compétences pour automatiser ces processus et d’autre part comprendre leurs usages et fournir les conseils adéquats.

Plutôt que de faire du « géocentrisme » et d’isoler la géomatique du reste du numérique, il faut ainsi “géomatiser” des métiers proches de la décision et coopérant avec les géomaticiens : faire émerger de nouveaux profils (Data scientist & spécialiste des données territoriales, par exemple) mais aussi rendre la géomatique visible et reconnue en montrant son importance stratégique dans les Systèmes d’Information et sa place dans les projets transversaux complexes (multithématiques / multicompétences). La géomatique doit intégrer une capacité à communiquer, à créer de la valeur et à partager une vision d’architecte de ses outils, à se développer dans les organismes et les entreprises.

Dans ces deux cas, on le voit, le développement et l’innovation technologique s’accompagnent, au-delà de la démultiplication des applications et des usages, d’une révolution dans l’articulation et l’intégration technologiques qui interpellent les compétences et le rôle des géomaticiens dans ces dispositifs.

Les compétences requises étant impactées à la fois dans leur contenu technologique et dans leur intégration aux usages et aux différents métiers, les profils de poste proposés et les offres de formation évoluent  eux aussi. Il y a là un enjeu collectif pour la communauté géomatique et cela constitue pour le pôle Formation-Recherche de l’AFIGEO un chantier de réflexion important au travers de groupes de travail ouverts par domaines-métiers dont l’objectif est de préciser, dans une démarche globale coordonnée, ces corpus de compétences par domaine professionnel.

Article rédigé par le comité d’animation du Blog.

—————————————–

Vous pouvez réagir, contribuer et débattre sur cet article à la suite du message posté sur le forum GeoFormations.


Laisser un commentaire


- Faire un don - Contact - Mentions légales -