Un service de GéoRezo

La cartographie des sols de la Mayenne disponible pour tous sur geomayenne.fr

Le département de la Mayenne, située à l’ouest de la France, dans la région des Pays de la Loire, est un territoire rural avec une composante agricole importante. Sa population d’un peu plus de 300 000 habitants est répartie dans 261 communes, dont 91% sont considérées comme rurales, et environ 76% de sa superficie est utilisée pour l’agriculture.

Dans ce contexte, le Conseil Départemental de la Mayenne a engagé en 1980 un programme de cartographie des sols au 1/10 000 (1 sondage par hectare). La couverture du département est désormais complète, à l’exception d’une partie des surfaces boisées et de quelques autres surfaces. Pour en faciliter l’utilisation, la numérisation des documents cartographiques a débuté dès 1987 et la majorité des anciennes cartes l’ont été depuis (3 communes restent à numériser).

Ce travail important permet d’avoir une bonne connaissance des sols du département et de leur fonctionnement. Il apporte des éléments de réponse essentiels sur de nombreuses questions concernant leur utilisation tant du point de vue agricole que de la mise en valeur du territoire, de la qualité de l’eau et des obligations réglementaires qui s’imposent tant aux agriculteurs qu’aux collectivités.

Tous les documents existants (cartes et rapports) étaient communiqués aux différents demandeurs le souhaitant pour une utilisation en fonction de leurs besoins. La communication de ces documents papiers, qui ont tendance à disparaître ou à être difficilement retrouvés, entraînait un temps de travail non négligeable et des coûts de reproduction qui sont désormais supprimés. Avec la mise en place de la plateforme départementale de diffusion et de partage de l’information géographique, « geomayenne.fr », l’ensemble de ces documents a été mis en ligne et rendu accessible, en divers formats numériques (pdf, jpeg, shp) sur internet, pour les différents acteurs (particuliers, services de l’État, collectivités, bureaux d’étude, partenaires institutionnels).

  • Les cartes de chaque commune sont accessibles en format image dans la cartothèque.
  • Les données pédologiques géolocalisées sont désormais recensées et documentées dans le catalogue, conformément à la Directive INSPIRE, ce qui permet de connaître les cartographies disponibles et de faciliter la recherche.
  • Ces données peuvent être librement visualisées et téléchargées depuis le catalogue et le visualiseur du site geomayenne.fr, et même réutilisées sur des outils cartographiques bureautiques ou Web via des flux OGC (WMS).
  • Pour permettre des analyses approfondies, les rapports pédologiques à l’origine des données sont également mis à libre disposition sur le site « geomayenne.fr ».
  • Pour faciliter les usages, des manuels d’utilisation sont mis à disposition dans l’espace documentaire, tels que le guide pour identifier les zones humides.

Pour compléter ce travail, les profils pédologiques (environ 10 500 pour le département) seront sauvegardés dans la banque nationale (DONESOL) gérée par l’INRA à Orléans, afin de conserver les données descriptives et analytiques permettant de bien caractériser les sols et de répondre à de futures utilisations. Cette saisie va se poursuivre dans les deux prochaines années.

Depuis la création de ce programme départemental, l’utilisation des données sur les sols s’est diversifiée et intensifiée, notamment au cours des dernières années avec la prise en compte des aspects environnementaux dans l’ensemble des dossiers soumis à encadrement administratif (dossiers soumis à autorisation au titre des Installations Classées pour la Protection de l’Environnement (ICPE), dossiers d’incidence au titre de la Loi sur l’Eau et les Milieux Aquatiques (LEMA), délimitation des zones humides,…). Le champ d’utilisation de ces documents a considérablement évolué et la connaissance des caractéristiques intrinsèques (physiques et chimiques) des sols permet de répondre aux problématiques qui apparaissent en fonction du contexte (drainage, irrigation, fertilisation, qualité des eaux, épandages d’effluents organiques, choix d’essences de reboisement, zones humides,…).

En agriculture, le sol est le facteur de production principal, y compris pour les éleveurs puisque les fourrages sont produits à partir des terres. Les documents sont utilisés pour l’installation des jeunes agriculteurs qui sont en mesure de bien appréhender le potentiel, les caractéristiques et les précautions à prendre pour tirer le meilleur parti de leurs terres sur la durée. Ils permettent à tous les agriculteurs de maîtriser au mieux leurs pratiques culturales et de fertilisation grâce à la connaissance des capacités de rétention des principaux éléments nutritifs (P, K, Ca, Mg), mais aussi des capacités de production des sols (profondeur, réserve en eau,…).

Dans le cadre des aménagements fonciers, ces cartes ont permis de conforter le choix des parcelles de référence pour le classement des terres par les commissions dans le cadre de la Ligne à Grand Vitesse Ouest et ce travail pourra être utilisé dans les mêmes conditions pour les éventuels aménagements fonciers en lien avec les contournements routiers (Cossé-le-Vivien, Évron). Ce sont aussi des documents qui permettent de localiser et d’adapter les mesures compensatoires liées à ces travaux.

Une utilisation fréquente de ces documents concerne la gestion et la valorisation des épandages d’effluents agricoles (fumiers, lisiers) et urbains (boues de stations d’épuration). Pour toutes les installations agricoles soumises à autorisation et pour les plus gros producteurs de boues, cette cartographie des sols est une obligation réglementaire et une lecture des documents permet de satisfaire aux exigences réglementaires du moment. Cela permet de maîtriser les transferts de polluants vers les diverses ressources en eau qu’elles soient profondes ou de surface en fonction des caractéristiques physiques des sols (granulométrie, profondeur, perméabilité).

Depuis la loi sur l’eau et les milieux aquatiques de 2006, les décrets et arrêtés qui ont suivi, notamment celui du 1 octobre 2009 relatif à la délimitation et à la caractérisation des zones humides, la cartographie des sols est utilisée pour définir ces zones humides, qu’elles soient fonctionnelles ou non car mises en culture. Cela permet aux collectivités locales, dans le cadre de l’élaboration des documents d’urbanisme, de disposer de données sur lesquelles elles peuvent s’appuyer. Pour le département, ce sont des éléments qui sont exploités pour la réalisation des dossiers d’incidence préalables aux divers aménagements routiers, aux aménagements fonciers ou à de nombreux autres dossiers préalables aux autorisations délivrées notamment dans le domaine agricole mais aussi de l’aménagement du territoire.

Compte tenu de l’importance que prend le caractère durable dans le développement, le sol est un élément essentiel pour les services qu’il nous rend : production de denrées alimentaires ou énergétiques, régulation (ex : tamponnage des transferts d’eau), stockage de l’eau ou du carbone, épuration de l’eau, réservoir de biodiversité. Les documents élaborés sur l’ensemble des communes du département doivent aussi permettre d’apporter des éléments de réponses à de futurs besoins quant à leur utilisation. Une mauvaise exploitation de ces sols entraine des désordres (érosion, baisse de productivité, transfert de pollution, relargage de carbone) et des coûts induits inévitables pour les générations suivantes. La diffusion au public et aux autorités publiques des données des sols (Annexe 3 de la Directive INSPIRE) prend donc tout son sens pour favoriser la protection de l’environnement !

Contacts Gauquelin Jean-Luc
Conseil départemental de la Mayenne
Direction de l’eau, des milieux et des paysagesBrugioni Ingrid
Grellier Aurélien
Conseil départemental de la Mayenne
Direction des systèmes d’information39 rue Mazagran
CS 21429
Lien Web www.geomayenne.fr
Be Sociable, Share!

Tags: , , ,

Laisser une réponse