Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.
banniere

Le portail francophone de la géomatique


Toujours pas inscrit ? Mot de passe oublié ?
Nom d'utilisateur    Mot de passe              Toujours pas inscrit ?   Mot de passe oublié ?

#1 Mon 22 November 2021 13:19

Symbo
Invité

[Stage] Cartographie des IAE : eau, pollutions, biodiv - Lunel (34)

Cartographier les infrastructures agroécologiques et favoriser la réduction des transferts de polluants vers le réseau hydrographique du Bassin de l’Or.

Contexte

Le Symbo (Syndicat mixte du bassin de l’Or) a pour objectif de répondre aux enjeux qualitatifs et quantitatifs de gestion de la ressource en eau et des milieux aquatiques sur le bassin versant de l’étang de l’Or. Il intervient sur un territoire de 410 km² situé entre Nîmes et Montpellier qui est composé de 32 communes où résident 125 000 habitants. Cette gestion est donc organisée à une échelle hydrographique, de la source des rivières jusqu’à l’exutoire de l’étang de l’Or vers la mer.

L’atteinte du bon état des masses d’eau (souterraines, superficielles et de transition) est un des grands objectifs du Symbo fixé par la Directive Cadre européenne sur l'Eau. Les causes identifiées par le SDAGE 2016-2021, responsables de la dégradation des masses d’eau, sont essentiellement des pollutions diffuses de sources variées : pesticides, toxiques et nutriments (phosphore, azote) en provenance du bassin versant.

Les collectivités ont porté un premier « Contrat de Baie » (2003-2007) dont l’objectif majeur était de diminuer les apports anthropiques vers la lagune : de nombreux efforts ont été faits notamment en matière d’assainissement collectif. Un second « Contrat de bassin » (2015-2019) a poursuivi l’objectif majeur d’amélioration de la qualité de l’eau (lagune, cours d’eau et masses d’eau souterraines), par la réduction des pollutions urbaines et agricoles à la source et de leur transfert dans les milieux aquatiques, ainsi que la renaturation de milieux aquatiques (rivières, zones humides). Malgré les nombreux efforts réalisés lors de ces contrats, l’Étang de l’Or demeure dégradé.

Dans le cadre de futures programmations en cours d’élaboration et de mises en œuvre à l’échelle de la décennie 2020-2030, l’action publique locale va se poursuivre sur ces objectifs de diminution des apports à la source, de réduction des transferts, et de renaturation, voire se développer sur de nouveaux enjeux.

En particulier, il apparait nécessaire de renforcer l’état des lieux des connaissances ainsi que l’action à mener sur la réduction des transferts des polluants vers le réseau hydrographique et vers les masses d’eau en général. Des états des lieux de la ripisylve ont été faits (Symbo), des plantations de haies ont été réalisées (collectivités, agriculteurs), mais il n’existe aucun recensement plus large. Le Symbo dispose d'une cartographie exhaustive et détaillée de l'occupation du sol 2014 (Irstea).

Des études récentes portées par le Symbo et/ou l’Ifremer ont démontré l’existence d’apports en nutriments qui demeurent problématiques, ainsi que la persistance d’un cocktail important de pesticides dans l’étang de l’Or. Même si les concentrations mesurées dans les cours d’eau sont globalement à la baisse, de nouvelles actions sont donc nécessaires pour atteindre le bon état des masses d’eau. Dans l’attente de résultats définitifs d’une étude en cours, la réduction des flux de phosphore particulaire apparait d’ores-et-déjà comme un levier d’action potentiellement important pour réduire l’eutrophisation actuellement extrême de l’étang de l’Or. L’utilisation de barrières végétales est une solution à mieux étudier localement et développer sur le terrain.

Des plans de gestion sont déjà établis sur les cours d’eau, un plan de gestion stratégique des zones humides sera finalisé d’ici au démarrage du stage, et un prochain « Contrat » est prévu à court terme, potentiellement dès le printemps ou l’été 2022. 

Ce stage a pour objectif de réaliser, à partir essentiellement d’information cartographique et le cas échéant d’investigations complémentaires sur le terrain, un état des lieux cartographique des infrastructures agroécologiques (IAE) jouxtant le réseau hydrographique et d’en aborder les suites à donner.

Définition des missions

1°) Appropriation des enjeux, des programmes d’actions passés et à venir, et bibliographie

- Compréhension des phénomènes de transferts de polluants (particulaires, dissous ; nutriments, toxiques), prise de connaissance des Contrats de milieux, des plans de gestion de milieux aquatiques, de l’étude lagune,
- Compiler des ressources bibliographiques pour un panorama simplifié de ces phénomènes de transferts, avec un focus particulier sur le phosphore particulaire, exploiter des retours d'expérience d'autres territoires sur ce sujet,
- Bonne appropriation du contexte, des enjeux et des limites de ce projet.

2°) Cartographie des couverts végétaux utiles à la limitation des transferts vers l’hydrographie

- Définir précisément les couverts végétaux et infrastructures agroécologiques  concernées (haies, talus…) ;
- Obtenir les fonds de carte pertinents (orthophotos…) et informations cartographiques adéquates ;
- Digitaliser sur SIG les IAE existantes, proposer des cartographies avec mises en forme ;
- Etudier la faisabilité d’un comparatif avec une date plus ancienne, soulignant des évolutions macroscopiques ;
- Finaliser un livrable SIG pérenne pour le Symbo (métadonnées…) et une version diffusable à des tiers.

3°) Participation à l’intégration de ces résultats dans des programmes opérationnels

- Identifier les cofinancements possibles et leurs modalités, et les accompagnements techniques existants ;
- Identifier les secteurs orphelins, proposer des secteurs prioritaires d’implantation d’IAE (cartes, fiches…) ;
- Le cas échéant, aider à mettre à jour des documents existants (plans de gestion de cours d’eau…) ;
- Perspective complémentaire : participer à l’élaboration d’actions de limitation des transferts, en lien avec d’autres collectivités et/ou la Chambre d’agriculture voire d’autres porteurs de projets à identifier.

Profil du stagiaire souhaité
- Master 2 / ingénieur scientifique
- formation dans le domaine de l’environnement (eau, milieux aquatiques, biodiversité) ;
- maîtrise de logiciels de SIG et intérêt pour la gestion de données et la cartographie ;
- capacité d’organisation, rigueur, esprit d’analyse et capacités rédactionnelles ;
- maitrise des logiciels de bureautique (tableurs, traitement de texte…) ;
- permis de conduire.

Lieu et encadrement du stage
Le stagiaire sera accueilli dans les locaux du Symbo à Lunel (Hérault) ; accès N113, gare Sncf, bus.

Responsable du stage
Flore Imbert-Suchet, Directrice,
et encadrement technique Pierre Thélier, chargé de mission qualité de l’eau.
Le stagiaire sera amené à travailler avec le reste de l’équipe (8 agents au total).

Calendrier et durée du stage
Le démarrage de ce stage est prévu à partir de mars ou avril 2022 pour une durée de 6 mois. 

Processus de sélection
Un dossier de candidature lettre + CV est à envoyer au Symbo par mail de préférence, ou éventuellement par voie postale, à destination de :
Flore Imbert-Suchet, Directrice
130, chemin des Merles
34 400 Lunel
secretariat@texte-a-enlever.symbo.fr

Délai de candidature : vendredi 28 janvier 2022 pour des entretiens début février.

 

Pied de page des forums

Powered by FluxBB

Partagez  |