Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.
Un Planet est un site Web dynamique qui agrège le plus souvent sur une seule page, le contenu de notes, d'articles ou de billets publiés sur des blogs ou sites Web afin d'accentuer leur visibilité et de faire ressortir des contenus pertinents aux multiples formats (texte, audio, vidéo, Podcast). C'est un agrégateur de flux RSS. Il s'apparente à un portail web.
Vous pouvez lire le billet sur le blog La Minute pour plus d'informations sur les RSS !
  • Feeds
  • Categories
  • Tags
  • Feeds

    2669 items (0 unread) in 115 feeds

    Du côté des éditeurs

     
    • sur Mise à jour ArcGIS Online - Mars 2020

      Posted: 1 April 2020, 6:52am CEST

      Depuis la nuit dernière, la mise à jour de mars 2020 a été déployée sur la plateforme ArcGIS Online. Cette dernière comprend des améliorations en termes de visualisation 3D, une expérience de gestion de son profil utilisateur repensée, ainsi que d'autres améliorations et nouvelles fonctionnalités sur le site web et les capacités ArcGIS Online. En plus de la future visionneuse de carte, plusieurs nouvelles applications sont introduites en version beta. Les principales évolution de cette mise à jour d’ArcGIS Online sont décrites ci-dessous.

        
      Visualisation 3D
       
      • Lorsque vous visualisez des couches de scène de bâtiments (Building Scene Layers) dans vos scènes web, vous constaterez que le sélecteur de niveau a été amélioré et permet désormais de continuer à voir en semi-transparence les autres éléments du bâtiment qui ne sont pas dans le niveau courant.


           
      • En outre, si vos attributs de bâtiments BIM contiennent des informations relatives aux phases de construction, un nouveau filtre vous permet de choisir la phase de construction à afficher.


           
      • Vous pouvez dorénavant utiliser les informations altimétriques d'un photomaillage (Mesh 3D texturé) pour draper des couches d'entités (points, lignes et polygones) pour une meilleure précision altimétrique de vos données et une visualisation 3D améliorées. Pour cela, définissez le mode d'altitude sur "Au sol" pour vos couches d'entités ponctuelles, linéaires et surfaciques.
         

        Exemple de couches de points, de lignes et de polygones drapées sur un Mesh 3D
          
      • Vous pouvez désormais étiqueter les couches de scènes d'objets 3D en fonction d'un attribut. Par exemple, sur des bâtiments vous pourrez afficher leur nom, leur adresse ou comme ici leur hauteur.
         
       
         Page de profil


      • L'expérience utilisateur en termes de profil et de paramètres a été remaniée, vous permettant d'afficher et de mettre à jour plus rapidement les paramètres de votre compte et les informations de votre profil. Cette nouvelle interface offre également l'option de télécharger ArcGIS Pro.



      Préparation au support exclusif du protocole [HTTPS]


      • Certaines organisations activées avant septembre 2018 continuent à autoriser ArcGIS Online à autoriser les communications via un accès HTTP à leurs contenus, tels que les applications web, les couches web ou encore les images. Comme je l'avais évoqué dans cet article, à compter de décembre 2020 (et non plus septembre 2020 pour vous laissez un peu plus de temps à cause du Covid-19), le protocole HTTP ne sera plus pris en charge. Dit autrement, les références aux URL HTTP cesseront de fonctionner dans ArcGIS Online.


          
      • À compter de la mise à jour de mars 2020, ArcGIS Online informera systématiquement les utilisateurs du changement à venir lorsque des références à du contenu HTTP sont soumises. Il est recommandé de vérifier dès maintenant les paramètres de sécurité de votre portail et si nécessaire d’effectuer les changements sur vos contenus contenus et vos processus avant décembre 2020. Pour plus d'informations sur les points à prendre en compte lorsque l'on réalise ce changement, consultez le document de support technique Mises à jour importantes pour la plateforme ArcGIS et l'utilisation exclusive du protocole [HTTPS.]

       
      Experience Builder for ArcGIS


      • Il est maintenant possible de créer des applications en accédant à ArcGIS Experience Builder depuis le menu "Créer" sur la page de contenu.

      • Pour mémoire, Expérience Builder  permet de configurer des applications web mono et multipages avec des widgets interactifs pour une expérience web combinant des outils cartographiques 2D/3D, des textes, des contenus multi-médias, et des contrôles de données accessibles par les utilisateurs sur n'importe quel appareil. Experience Builder n'est plus en beta. Si vous ne l'avez pas encore essayé, vous pouvez parcourir ces différents articles sur ce blog.
         
       
       
      Web AppBuilder for ArcGIS

      Plusieurs widgets ont été améliorés dans Web AppBuilder for ArcGIS, la page des nouveautés de l'aide vous décrira ces évolutions. Voici quelques unes de ces améliorations:

      • Le widget "Agrégation de données" n'est plus en version beta. Pour mémoire ce widget permet d'associer des données issues d'un fichier CSV de l'utilisateur aux données d'une couche de points existante. Si nécessaire, le idget peut géocoder les lignes du fichier CSV pour faire ensuite la corrélation avec la couche cible.
      • Le widget "Notification publique" permet dorénavant aux utilisateurs d'ajouter et de supprimer des parcelles sélectionnées sur une couche de destinataires spécifique.  
      • Lorsque vous configurez les actions des attributs pour le widget "Éditeur intelligent", vous pouvez maintenant choisir de renseigner un champ sur la base des coordonnées MGRS.

       
      Map Viewer Beta

      • Bien que son évolution ne soit pas pour l'instant toujours synchronisées aux mises à jour d'ArcGIS Online, plusieurs améliorations ont été apportées à la version beta de la future visionneuse de cartes (Map Viewer beta). Les principales évolutions concernent la création d’étiquettes, avec la prise en charge de l’étiquetage multiligne, la gestion d'étiquettes dépendante de l’échelle et la capacité de rotation des étiquettes avec la carte. Pour plus d’informations, consultez l’article de ce blog Nouvelles capacités d'étiquetage dans le Map Viewer Beta.
         
          

      Partage et collaboration
        

      • Vous pouvez désormais utiliser les filtres pour rechercher des groupes spécifiques avec lesquels vous souhaitez votre contenu. Par exemple, choisissez le filtre Groupes spéciaux > Mise à jour partagée pour afficher uniquement les groupes de mise à jour partagée ou rechercher d’autres types de groupes, comme les groupes administratifs ou les groupes d’éléments proposés. Vous pouvez également filtrer selon le propriétaire ou la date de création du groupe.


           
      • Vous pouvez désormais intégrer des vidéos dans les descriptions des éléments et des groupes. Ceci vous permet de fournir des informations supplémentaires, du contexte et des instructions concernant vos éléments ou groupes.


         
      Gestion des données

      • Lorsqu'une organisation souscrit un abonnement ArcGIS Online, elle peut désormais choisir dans quelle région, États-Unis ou Europe, seront stockées ses données géospatiales (Couches d'entités, Couches tuiles, fichiers de données, documents, images,....). La possibilité de choisir le lieu d'hébergement des données régionales ne s'applique qu'aux abonnements souscrits après cette mise à jour de mars 2020 de ArcGIS Online. Les données géospatiales, les contenus et les informations utilisateur des organisations activées avant cette date restent stockées aux États-Unis.

        Pour les nouvelles organisations et les organisations existantes, le lieu d'hébergement des données régionales est affiché sur l'onglet "Organisation > Aperçu".


           
      • Une nouvelle interface pour les paramètres de mise à jour est proposée pour les couches d'entités hébergées et les vues de couches d'entités hébergées vous permettent de contrôler les types de mise à jour que les autres utilisateurs peuvent effectuer sur votre couche, y compris la possibilité ou non de mettre à jour les géométries d'entités.

      • Vous pouvez désormais remplacer le contenu d'une couche de scène que vous avez publiée à partir d'un paquetage de couches de scène (fichier SLPK). Ceci vous permet de maintenir l'ID d'élément et l'URL de la couche de scène existante, de sorte que les scènes et applications qui contiennent la couche de scènes aient accès au contenu mis à jour sans qu'il soit nécessaire de republier la couche.
           
      • Un nouveau modèle de couche d’entités est disponible pour collecter des données tabulaires, une table autonome sans champ de géométrie.
         

           
      • La taille limite des fichiers chargés dans ArcGIS Online est passée de 200 Go à 500 Go.
       
       
      Comptes et administration
       
      • Outre Facebook et Google, une nouvelle option de connexion via un réseau social est disponible dans ArcGIS Online. Les développeurs et autres utilisateurs GitHub peuvent se connecter ou s'inscrire en utilisant les informations de connexion de leur compte GitHub.


          
      • Lorsque vous définissez la langue de votre organisation, vous avez désormais la possibilité de spécifier un format de nombre et de date pour trois langues supplémentaires, le français, l'allemand et l'italien.
         

            
      • Les membres individuels de l’organisation et ceux qui possèdent des comptes publics peuvent aussi modifier le format des nombres et des dates à partir de leur page de profil. Par exemple, si la langue utilisée est le français, vous pouvez afficher les dates et les nombres dans les formats définis dans le référentiel CLDR (Common Locale Data Repository) pour la France et la Suisse.
            ArcGIS Notebooks
      Je termine cet article avec probablement une des plus importantes évolutions de cette mise à jour d'ArcGIS Online. Désormais, les utilisateurs de votre organisation connaissant le langage Python vous pouvoir créer des notebooks à l'aide de la nouvelle interface ArcGIS Notebooks (en beta pour l'instant).
                  ArcGIS Notebooks propose aux utilisateurs une interface web pour créer, partager et exécuter des scripts Python. Il vous permet d'exploiter toute la puissance de Python et de l'écosystème extrêmement riche de librairie de Data-Science. Vous pourrez également utiliser les capacités de l'API Python ArcGIS pour automatiser vos workflows d'analyse, de gestion des contenus ou d'administration des utilisateurs/groupes de votre portail. Pour plus d’informations sur ArcGIS Notebooks beta, vous pouvez consulter la rubrique ArcGIS Notebooks beta sur GeoNet.


      Je reviendrai sur ArcGIS Notebooks et sur d'autres évolutions évoquées dans cet article dans les prochaines semaines.
        
    • sur Pas à Pas - Créer un récit avec ArcGIS StoryMaps

      Posted: 31 March 2020, 9:34am CEST
      Depuis les premiers numéros du magazine SIGMAG, arcOrama collabore chaque trimestre à la rédaction d'un article didactique focalisé sur une fonctionnalité ou une application clé de la plateforme ArcGIS. Je reprends ci-dessous l'article publié dans le numéro 23 paru en décembre 2019, il est consacré à l'utilisation du nouveau générateur de récits cartographiques ArcGIS StoryMaps. 
                              Depuis l'été dernier, les utilisateurs d'ArcGIS Online dispose d'un nouveau générateur de récit cartographique intégrant dans une seule et même interface, l'essentiel des modèles de Story Maps proposés ces dernières années par Esri. Plus moderne et plus souple, ArcGIS StoryMaps permet également de concevoir des narrations mieux adaptées aux écrans d'appareils mobiles. Dans ce pas à pas, je vous propose de découvrir les premières étapes de conception d'un récit à travers un exemple concernant le gaspillage alimentaire.

      1. La première étape consiste à se connecter au site storymaps.arcgis.com et de vous connecter avec votre compte d'organisation ArcGIS Online. Vous devez pour cela disposer d'un compte permettant la création de contenus (ou à minima de StoryMaps). Une fois connecté, vous verrez apparaître la liste de vos récits mais ceux partagés avec vous au sein de votre organisation. Pour créer un nouveau récit, cliquer simplement sur le bouton "Créer un récit".


      2. Vous visualisez maintenant l'interface de conception de votre récit. Celle-ci vous propose tout d'abord de définir la couverture (l'en-tête) de votre narration. En cliquant sur la commande "Apparence", vous allez pouvoir choisir parmi différents styles de présentation. Vous pourrez également spécifier les couleurs et les polices pour l'ensemble du récit.


      3. L'étape suivante consiste à ajouter un titre, un sous-titre et une image de fond. Pour le titre et le sous-titre, il suffira de cliquer dans la zone correspondante et de saisir le texte souhaité. Pour l'image, cliquer sur le bouton "Ajouter une image" puis sélectionner le fichier image à utiliser. Cette dernière sera automatiquement téléchargée sur votre portail avec votre récit.


      4. Nous allons maintenant commencer le récit proprement dit. Le principe est d'enchainer des blocs qui contiendront vos contenus. Ils peuvent être de différents types: paragraphe, titre, image, vidéo, carte, … et constituent la base de votre récit. Pour ajouter ces blocs, rien de plus simple, il suffit de cliquer sur le bouton "Ajouter un bloc de contenu". Dans notre exemple, nous allons commencer par plusieurs paragraphes de texte


      5. Après ces paragraphes de texte, nous souhaitons ajouter une carte présentant les chiffres du gaspillage dans les différents pays européens. A l'aide du bouton "Ajouter un bloc de contenu", sélectionner un bloc de type carte. Vous sélectionnerez la carte web souhaitée. A noter que vous pourriez également construire la carte interactivement grâce à l'option "Créer une carte express". Une fois la carte sélectionnée, vous pourrez modifier l'étendue et certaines options comme l'affichage de la légende.
       
       
      6. La carte apparaît maintenant dans votre récit. Vous pouvez modifier le sous-titrage de la carte qui prend par défaut le nom de votre carte. Une barre de bouton permet également de modifier la taille de la carte dans le récit. Par défaut, celle-ci est de taille moyenne mais nous choisirons ici de la réduire pour qu'elle fasse la même largeur que les paragraphes supérieurs.
       

      7. Après avoir ajouté différents blocs de paragraphes d'image et de cartes, il est important de varier la présentation du contenu avec des blocs plus dynamiques. Pour cela vous disposez par exemple de blocs de type "Compartiment latéral". Ce type de bloc permet d'afficher dans la partie principale des images, des vidéos, des cartes ou des contenus externes. Pour chacun de ces contenus principaux un bloc narratif permet d'associer un contenu qui sera déroulé par l'utilisateur au-dessus ou à côté du contenu principal. Insérons un bloc de type "Compartiment latéral".


      8. Nous allons utiliser ce bloc pour présenter les 3 mesures législatives prises en France ces dernières années pour réduire le gaspillage alimentaire. Nous cliquerons tout d'abord sur le bouton "Ajouter une image" pour ajouter une illustration dans la partie principale pour à la première mesure. Ensuite, nous ajouterons les contenus (du texte ici dans notre exemple) dans la partie narrative.


      9. A l'aide du bandeau situé dans la zone inférieure du bloc et du bouton "Ajouter une diapositive", vous pouvez ajouter un nouveau contenu dans les parties principales et narrative. Nous ajouterons ainsi deux autres images et les contenus narratifs associés pour illustrer les deux autres mesures législatives. Le bandeau permet également de revenir sur une des diapositives pour la modifier.


      10. Votre Story Map est enregistrée automatiquement tout au long de la conception et elle reste privée (non partagée) tant que vous ne l'avez pas publiée. À tout moment, en cliquant sur le bouton "Aperçu", vous pourrez visualiser le rendu final de votre récit sur différentes tailles d'écran. Une fois terminé, vous publierez votre récit simplement en cliquant sur le bouton "Publier". Vous indiquerez alors, si le partage est public ou restreint à l'organisation. Vous retrouverez ce récit à l'url suivante.

         
    • sur [Interview] La planification des interventions de maintenance, un enjeu stratégique pour ENGIE Solutions

      Posted: 30 March 2020, 10:08am CEST by Léa Dijoux
      [Interview] La planification des interventions de maintenance, un enjeu stratégique pour ENGIE Solutions

      Depuis le 1er janvier 2020, ENGIE Solutions regroupe sous une même bannière l’ensemble des activités énergétiques B2B* du groupe ENGIE. Auparavant organisées par métier, ces activités sont désormais structurées en 3 business units orientées client : Villes & Collectivités, Industries, Tertiaire & Proximité. Rattaché à cette dernière, Patrick Hourqueig, Responsable Outils & Méthodes, nous explique les défis et les enjeux de la planification des interventions des 7 000 techniciens et agents qui, sur tout le territoire, assurent la maintenance des installations des clients ENGIE Solutions.

    • sur Calculer la zone des 1 Km du confinement Covid-19

      Posted: 29 March 2020, 11:17am CEST

      Hasard de la météo, depuis le début de la crise du Covid-19 et des mesures de confinement, il fait plutôt beau et assez chaud. Bien qu'autorisée très ponctuellement, ces mesures permettent tout de même de pratiquer une activité physique individuelle en extérieur à proximité de mon domicile. Pour cela, la règle est simple, rester à moins de 1km de son domicile. Et bien voilà une contraindre très géographique !
      Même quand on connait parfaitement les environs de son domicile, il est parfois difficile de bien se représenter à quoi peut vraiment correspondre cette distance dans toutes les directions possibles et en empruntant les voies piétonnes. Pour cela, certains de mes collègues chez Esri France ont développé cette application qui permet de localiser son domicile puis de calculer cette zone des 1km.
          L'application présente différents avantage par rapport à d'autres applications mises en ligne depuis quelques jours. En effet, elle permet en particulier de:
      • Géolocaliser automatiquement l'utilisateur à l'aide de l'API de géolocalisation de son navigateur (qui utilise son adresse IP).
      • Saisir une adresse ou un nom de lieu pour centrer la carte et créer le point correspondant au domicile.
      • Créer une véritable zone intégrant les rues et les voies et non pas un simple cercle de rayon 1km.
      • Imprimer la carte une fois que la zone a été calculée.
        D'un point de vue technique, il s'agit d'une simple page HTML et de quelques lignes de JavaScript exploitant l'API JavaScript ArcGIS 4.x. Ces instructions consomment notamment le service de géocodage, un service de calcul d'itinéraire et un service d'impression haute-définition, tout les trois publiés par Esri France sur des serveurs ArcGIS Enterprise basés en France. Enfin, la cartographie est basée sur une couche de POI publiée elle aussi par ArcGIS Enterprise et le fond de carte OpenStreetMap diffusé en couche vectoriel sur ArcGIS Online et dont on a personnalisé le style pour cette application.   
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 28 March 2020, 12:42pm CET
      Pas évident de choisir cette semaine un récit cartographique sans retomber dans les centaines d'applications et tableaux de bord (ici par exemple pour la France) qui ont été publiés au sujet de la crise du Covid-19. Puisque de tout manière c'est l'unique sujet dans l'actualité depuis maintenant deux semaines, j'ai choisi une application qui aborde indirectement le thème du Covid-19 et plus particulièrement du confinement auquel presque tous les lecteurs francophones d'arcOrama sont désormais soumis. Il s'agit de cette application collaborative très simple qui permet à chacun d'exprimer ses humeurs, de raconter un moment sa journée, témoigner de son expérience,... sur sa situation de confinement. Tout cela à l'aide d'une photo, d'un titre et d'un petit message... avec souvent un peu d'humour .

      Réalisée à partir du modèle Story Map Crowdsource, l'application permet de présenter les photos dans une partie de l'interface et la position géographique correspondante sur la carte. Cette localisation est récupérée automatiquement dans la photo et/ou précisée manuellement par l'utilisateur lorsqu'il la poste, de manière anonyme. Un mécanisme de modération permet à l'auteur de la Story Map (ou quelqu'un d'autre) de valider les photos avant qu'elles apparaissent.
        A vous de participer dans les prochains jours pour nous faire part de votre quotidien de confiné, et en attendant je vous propose de retrouver celle que j'ai posté ce matin.

      Bon week-end !

    • sur ArcGIS pour les télétravailleurs

      Posted: 27 March 2020, 6:03pm CET
      [article publié le 27/03/2020 et complété le 31/03/2020]
       
       
      Avec la propagation du virus COVID-19, les gouvernements du monde entier tentent de diminuer et de ralentir le taux de contamination en encourageant la distanciation sociale entre les personnes. Dans ce contexte, la plupart des organisations publiques et privées ont adopté le télétravail pour leurs collaborateurs afin de réduire le risque d’infection.
      Ce passage accéléré au télétravail peut avoir pris de court certaines organisations mais il ne devrait pas être bloquant pour les utilisateurs de ArcGIS. En effet, depuis plusieurs années maintenant, l'approche de SIG Web des solutions ArcGIS permet de répondre en grande partie aux besoins des télétravailleurs. Ci-dessous je reprends quelques recommandations pour décrire les étapes que vous pouvez suivre pour utiliser ArcGIS afin de poursuivre vos activités dans ce nouveau contexte de confinement en France.


       
        ArcGIS est conçu pour répondre aux besoins des télétravailleurs   Les solutions ArcGIS sont conçues pour le travail dans un environnement distribué et potentiellement déconnecté. Lorsqu’elles sont déployées dans une infrastructure SIG Web, les solutions ArcGIS répondent aux besoins des télétravailleurs notamment parce que vous disposez de logiciels interconnectés qui sont accessibles de n’importe où, y compris lorsque les utilisateurs sont déconnectés du réseau. Avec un SIG Web, vous pouvez continuer à consulter, mettre à jour, analyser et diffuser les données de votre SIG via des applications simples d’utilisation à un grand nombre de télétravailleurs.  Pour les organisations qui n’ont pas encore adopté ce modèle de déploiement moderne du SIG Web, il s’agit d’une opportunité de se moderniser et de tirer parti de cette conception distribuée des solutions ArcGIS. La façon la plus simple de démarrer un SIG Web est d'utiliser l'abonnement à ArcGIS Online dont vous disposez avec vos licences ArcGIS existantes ou de souscrire à un nouvel abonnement ArcGIS Online, l’offre SaaS (Software-as-a-Service, logiciel en tant que service) d’Esri. Si vous n’avez pas encore accès aux produits SaaS d’Esri, Esri propose gratuitement des solutions SaaS pour vous aider à répondre à l’épidémie de COVID-19. Consultez ce site Esri France pour plus d’informations.

      Les solutions ArcGIS répondent aux besoins des télétravailleurs grâce à des rôles et types d’utilisateurs bien définis. Si vous avez mis en place une architecture SIG Web moderne, la plupart de vos collaborateurs pourront continuer à utiliser les solutions ArcGIS comme d’ordinaire, sans changement. Si vous disposez d’un accès à Internet ou au réseau approprié, vous ne constaterez que peu ou pas d’impact sur le travail des directeurs, responsables ou des experts consultants vos cartes, vos tableaux de bord, .... Les collaborateurs tels que les opérateurs de terrain, les analystes ou les administrateurs pourraient observer des impacts modérés lors du passage au télétravail. 

      Quelles sont les étapes suivantes ?

      Pour vous assurer que vos télétravailleurs sont informés des impacts potentiels sur leur travail, vous pouvez partager les documents mentionnés dans la suite de cet article pour maintenir la productivité de vos équipes dans un contexte de télétravail aussi bien lorsqu'ils utilisent habituellement des applications en ligne ou des applications bureautiques. Si l’un de vos collaborateurs doit utiliser ArcGIS depuis un environnement de bureau à distance, de nombreuses ressources sont disponibles sur la virtualisation d’ArcGIS Pro. Il existe également des options de déploiement d’ArcGIS Desktop sur le Cloud et d’octroi de licences pour ce produit dans les environnements Cloud.
      Si vous rencontrez des difficultés pour autoriser vos logiciels bureautiques dans un environnement déconnecté, vous disposez d’un processus d’autorisation hors connexion via My Esri :  
      1. Utilisez l’assistant d’autorisation du logiciel pour générer un fichier d’autorisation pour les numéros d’autorisation que vous souhaitez activer. Sélectionnez "Autoriser sur le site Web d’Esri ou par courrier électronique pour recevoir le fichier d’autorisation".
         
      2. Chargez le fichier d’autorisation via la page "Opérations des sites sécurisés" sur My Esri afin de générer un fichier de licence.
      La vidéo ci-dessous réalisée par nos collègue d'Esri Canada vous aidera à réaliser l'autorisation souhaitée:


        Si vous n’avez pas encore adopté pour une infrastructure SIG Web, c’est le moment de vous lancer. Identifiez l’option de déploiement répondant le mieux aux besoins de votre organisation (en collaboration avec nos experts chez Esri France, si nécessaire).


      ArcGIS Online est l'option SaaS idéale pour mettre rapidement en place un point d’accès aux cartes, applications et données dont vos collaborateurs ont besoin pour travailler efficacement. L'autre option pour le stockage, le traitement et la diffusion de vos contenus géographiques sur le web se nomme ArcGIS Enterprise.  Cette solution est installée sur votre propre infrastructure, contrôlée et gérée par vous, ce qui vous permet de concevoir un système hautement personnalisé, adapté aux exigences opérationnelles spécifiques de votre organisation.

      Les solutions ArcGIS sont conçues pour être résilientes face aux perturbations affectant l’environnement de travail. La plupart des collaborateurs ayant besoin de contenus et fonctionnalités SIG ne connaîtront que peu ou pas d’impact sur leur travail si vous avez mis en œuvre une infrastructure SIG Web et disposez d’un accès réseau à votre environnement.
      Si vous avez des questions ou avez besoin d’aide, vous pouvez contacter Esri France depuis cette page. Je vous recommande également la lecture de cet article "Comment accéder à la technologie Esri depuis son domicile".
        
    • sur Un nouveau tableau de bord plus complet et plus détaillé pour suivre l'épidémie du Covid-19

      Posted: 25 March 2020, 9:05am CET

      Quand nous avons réalisé ce premier tableau de bord pour le suivi des cas et des décès du Codiv-19 il y a deux semaines, nous n'avions pas imaginé qu'il serait vu plus d'un million de fois chaque jour et repris sur autant de sites. Supporter une telle charge à un coût aussi dérisoire (1.5 crédits pour les 2 semaines) sont deux avantages importants d'une plateforme comme ArcGIS Online.   Il y a deux semaines encore, nous n'avions pas imaginé non plus que le sujet du Coronavirus continuerait à occuper une large partie de mes journées. Parmi les différents applications que nous réalisons actuellement pour nos propres besoins ou pour aider nos utilisateurs dans la gestion de la crise, je voulais vous signaler ce nouveau tableau de bord (et sa version mobile) présentant pour la première fois des données départements sur l'évolution de l'épidémie.         J'ai réalisé ce tableau de bord à partir d'un nouveau jeu de données de Santé Publique France disponible en Open Data depuis une semaine et largement depuis jeudi dernier. Téléchargeable depuis le portail data.gouv.fr, il contient notamment le nombre de patients hospitalisés, placés en réanimation ou décédés à cause du Covid-19. Pour la première fois, un décompte des personnes de retour à leur domicile est proposé. On notera également une analyse de la répartition des hospitalisations par tranches d'âges ainsi qu'une répartition (hospitalisations et décès) par sexe. Le jeu de données offre aussi l'avantage d'être consolidé à l'échelle des départements.
      Enfin, pour mieux comprendre l'évolution dans le temps et dans l'espace, le tableau de bord permet un filtrage sur la date et sur le département, avec certains indicateurs dynamiques associés.

          Techniquement, l'intégration des données est automatisée à l'aide d'une série de géotraitements ArcGIS Pro intégrant et synthétisant ces données dans une Géodatabase qui, quotidiennement, est publiée pour mettre à jour un service d'entités hébergé sur ArcGIS Online.  La carte web et le tableau de bord ont été réalisés avec Operations Dashboard for ArcGIS.    Si vous avez besoin d'assistance pour la création d'applications de statistiques, d'inventaire de ressources, d'analyse sanitaire ou économique, d'applications solidaires ou collaboratives, ... n'hésitez pas à revenir vers moi ou vers n'importe qui chez Esri France pour solliciter de l'aide. La solidarité en ces moments difficiles est la seule voie possible.     Prenez soin de vous et de vos proches...   
    • sur Suivi des hospitalisations Covid-19 en France

      Posted: 24 March 2020, 11:00am CET

      Quand nous avons réalisé ce premier tableau de bord pour le suivi des cas et des décès du Codiv-19 il y a deux semaines, nous n'avions pas imaginé qu'il serait vu plus d'un million de fois chaque jour et repris sur autant de sites. Supporter une telle charge à un coût aussi dérisoire (1.5 crédits pour les 2 semaines) sont deux avantages importants d'une plateforme comme ArcGIS Online. 
      Il y a deux semaines encore, nous n'avions pas imaginé non plus que le sujet du Coronavirus continuerait à occuper une large partie de mes journées. Parmi les différents applications que nous réalisons actuellement pour nos propres besoins ou pour aider nos utilisateurs dans la gestion de la crise, je voulais revenir sur ce tableau de bord présentant de nouvelles données liées aux hospitalisations.

      J'ai réalisé ce tableau de bord à partir d'un nouveau jeu de données disponible en Open Data, depuis ce week-end, sur le portail data.gouv.fr. Il contient notamment les nombres de passages aux urgences, les hospitalisations liées au Covid-19 et la répartition des hospitalisations par tranches d'âges. Complémentaire des informations régionales des ARS relatives au nombre de cas confirmés et au décès, ce jeu de données est consolidé à l'échelle des départements.

      A l'aide d'ArcGIS Pro j'ai donc mis en place un modèle de géotraitements intégrant ces données dans une Géodatabase Fichier qui, quotidiennement est publiée pour mettre à jour un service d'entités ArcGIS Online.  La carte web et le tableau de bord ont été réalisés avec Operations Dashboard for ArcGIS, en une heure environ.   Si vous avez besoin d'assistance pour la création d'applications de statistiques, d'inventaire de ressources, d'analyse sanitaire ou économique, d'applications solidaires ou collaboratives, ... n'hésitez pas à revenir vers moi ou vers n'importe qui chez Esri France pour solliciter de l'aide. La solidarité en ces moments difficiles est la seule voie possible.   Prenez soin de vous et de vos proches...
    • sur Plan de continuité d’activité de Ciril GROUP

      Posted: 23 March 2020, 8:08pm CET by Isabelle Coulomb

      Comme tout un chacun, les personnes travaillant pour Géoclip s'adaptent au contexte imposé par la pandémie de Covid-19. Notre souhait est que chacun trouve les ressources pour traverser cette situation exceptionnelle dans les meilleures conditions possibles. Au sein de nos équipes, nous mettons tout en oeuvre pour assurer la poursuite de nos activités. Ciril GROUP met donc en place un plan de continuité de l'activité, dont les objectifs sont de contribuer à freiner la pandémie , tout en préservant l'activité économique.

      Cet article Plan de continuité d’activité de Ciril GROUP est apparu en premier sur Géoclip.

    • sur Les minutes ArcGIS Pro - Episode 12

      Posted: 23 March 2020, 5:22pm CET

      Je vous propose aujourd'hui un nouvel épisode de ma série "Les Minutes ArcGIS Pro". Dans cette épisode 12, toujours en moins de 5 minutes, vous découvrirez comment créer un profil en long à partir d'une entités polyligne 3D, puis comment le présenter avec la carte associée dans une mise en page ArcGIS Pro.
      Episode 12: Créer un profil en long à partir d'une polyligne 3D


      Vous retrouvez l'ensemble de la série de vidéos sur la playlist "Les minutes ArcGIS Pro".    
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 21 March 2020, 7:47am CET
          Bien qu'un peu paradoxal en cette période de confinement, je vous propose aujourd'hui une promenade dans les rues de Paris. Il s'agira certes d'une balade géographique mais également historique puisque l'application que j'ai retenu cette semaine permet de retracer la chronologie de la dénomination des rues de notre capitale.

      L'application réalisée par la Direction de l’Urbanisme de la Ville de Paris présente le référentiel des voies selon l'ancienneté de leur dénomination.  
      Configurée à l'aide du générateur Web AppBuilder for ArcGIS, l'application permet de naviguer sur les différents quartiers parisien et d'interroger chacune des rues.
        A l'aide d'un curseur temporel, vous pourrez également filtrer les plages de dates qui vous intéressent et découvrir ainsi la dynamique de création et de baptême des voies au cour des siècles.      
      Enfin, si vous vous intéressez à une époque plus contemporaine, vous aurez la possibilité de définir des dates plus précises via l'interface située à gauche de la carte.

             Bon week-end... 
    • sur Les minutes ArcGIS Pro - Episode 11

      Posted: 20 March 2020, 4:39pm CET

      Je vous propose aujourd'hui un nouvel épisode de ma série "Les Minutes ArcGIS Pro". Dans cette épisode 11, toujours en moins de 5 minutes, vous découvrirez la démarche permettant de transformer une couche de polylignes 2D en une couche contenant de véritable entités 3D (polylignes avec des coordonnées x,y,z) en utilisant les altitudes fournies par un MNT.
      Episode 11: Convertir des polylignes 2D en polylignes 3D à partir d'un MNT


      Vous retrouvez l'ensemble de la série de vidéos sur la playlist "Les minutes ArcGIS Pro".    
    • sur Les minutes ArcGIS Pro - Episode 10

      Posted: 19 March 2020, 2:49pm CET

      Nous sommes nombreux en ce moment à télétravailler et c'est une bonne nouvelle ! En effet, c'est une excellente opportunité pour profiter du temps gagné (transports, crèche, réunion à l'école, courses, .... et regarder quelques tutos pour compléter vos connaissances sur ArcGIS Pro. Je reprends donc aujourd'hui un travail démarrée en 2018 en vous proposant de nouveaux épisodes de la "Les Minutes ArcGIS Pro". Dans cette épisode 10, toujours en moins de 5 minutes, vous découvrirez quelques astuces pour accélérer la saisie de données dans vos tables.
      Episode 10: Quelques astuces pour la saisie de données attributaires 


      Vous retrouvez l'ensemble de la série de vidéos sur la playlist "Les minutes ArcGIS Pro".    
    • sur Coronavirus, suivre au plus près son évolution dans les pays européens

      Posted: 18 March 2020, 10:50am CET

      Depuis un peu plus d'une semaine le sujet de l'épidémie du Conovirus Covid19 est devenu l'actualité principale de l'humanité. Dans ces moments de crise ou la réactivité dans la prise décision et la communication est importante, on constate que la plupart des pays, à commencer par la Chine, ont tout d'abord commencé par la diffusion régulière (souvent quotidienne) des chiffres clés sur l'évolution de ce qui est aujourd'hui une pandémie.
      De nombreux utilisateurs ArcGIS ont alors commencé à configurer des applications ArcGIS, souvent avec Operations Dashboard for ArcGIS, pour suivre l'évolution du virus dans leur propre pays. J'ai référencé dans cet article 2 tableaux de bord incontournables au niveau mondial puis ceux qui concerne l'Europe. 
       
      Au niveau mondial

      Deux tableaux de bord font aujourd'hui référence et enregistrent déjà des centaines de millions de vues et plus de 2 milliards de requêtes cumulées depuis quelques jours.
      Tout d'abord de tableau de bord de l'université Johns Hopkins alimenté par des données du CRC et de l'OMS:


      Et ce tableau de bord ArcGIS de l'OMS:

           Au niveau Européen

      On pourra signaler ce tableau de bord ArcGIS de l'OMS réalisé spécifiquement sur l'Europe:

               On trouve ensuite beaucoup de tableaux de bord ArcGIS focalisés sur des pays en particulier avec des données bien souvent beaucoup plus fines que dans les applications précédentes. Voici ceux que j'ai pu trouver en date du 18 mars:
        
      Allemagne
            Belgique


      Danemark
            Espagne
              France
          Grèce
           Italie
          
      Lituanie
             Malte


      Pays-Bas
            Pologne
            Portugal
              Roumanie

               Royaume-Uni

            Je n'ai repris ici que les tableaux de bord publics et les plus à jour. Si vous souhaitez reprendre cette liste et l'intégrer dans une page web, vous pouvez utiliser ce groupe ArcGIS Online puis vous cliquerez sur "Partager > Incorporer dans un site web"
       
      Pour ces pays européens mais aussi pour tous les autres, vous trouverez des ressources depuis cette initiative ArcGIS Hub lancée par Esri il y a quelques jour.


        
    • sur ArcGIS Excalibur passe en version 1.2

      Posted: 17 March 2020, 3:24pm CET

         Avec la sortie d'ArcGIS Enterprise 10.8, une mise à jour en version 1.2 de l'application ArcGIS Excalibur est désormais disponible. Celle-ci est utilisable avec ArcGIS Enterprise 10.7, 10.7.1 et 10.8. Les évolutions de cette version 1.2 concernent différents aspects de l'application comme les workflows de comparaison d'image pour améliorer votre expérience d'imagerie, les outils de balayage et de scintillement, la possibilité d'afficher et de modifier les détails de votre projet, et d'étendre la prise en charge de nouvelle sources d'imagerie pour travailler avec une plus grande variété de services d'imagerie, y compris les services n'ayant pas la capacité "Query" activé.
        Afficher et modifier les détails du projet existant

      Lorsque vous affichez la liste de vos projets d'imagerie, vous pouvez désormais voir des détails supplémentaires de chaque projet pour mieux comprendre ce qu'il contient. Dans la section "Imagery Project Details" dans laquelle un utilisateur pouvait déjà afficher des informations telles que le type de projet, le résumé, le propriétaire et la date de création du projet, les utilisateurs peuvent désormais consulter les infos suivantes:

      • les instructions rédigées par l'analyste qui a créé le projet, 
      • les images contenues dans le projet, 
      • les informations sur la carte web et les couches de contexte utilisées,
      • les informations sur les couches d'observation correspondantes pour les types de projets "imagerie d'observation".
          Le propriétaire du projet peut dorénavant modifier ces détails à tout moment.

         Outil de balayage

      Dans le nouveau menu "Tools", un nouvel outil d'affichage nommé "Swipe" est disponible. Il vous permet de comparer de manière interactive deux couches verticalement ou horizontalement dans la fenêtre de carte courante. Cela permet de voir plus facilement les couches se trouvant sous votre image de premier plan. 
       
         Outil de scintillement

      Dans le même esprit, un nouvel outil "Flicker" a été ajouté aux outils d'affichage, pour faciliter également les comparaisons visuelles entre images dans Excalibur. L'outil "Flicker" vous permet d'afficher une couche sous une autre en l'activant et la désactivant rapidement de manière régulière et automatique selon une fréquence définie. Cet outil peut se révéler particulièrement utile pour la détection des changements, la comparaison et d'autres analyses visuelles.
       
        Prise en charge des services d'imagerie sans "Query"

      Nous continuons d'étendre notre support pour travailler avec de plus grandes variétés de services d'imagerie. Dans la version 1.2, vous pouvez désormais afficher et utiliser des images dont les capacités "Query" ne sont pas activées. Bien que ces types de services d'imagerie ne peuvent pas prendre en charge les capacités de catalogage, vous pourrez dorénavant visualiser tout de même ces images dans la fenêtre d'exploitation tout en utilisant la plupart des outils disponibles pour travailler avec le service d'imagerie.   Pour plus d'informations, vous pouvez consulter la documentation ou visitez notre site web ArcGIS Excalibur !
        
    • sur Retour sur le Developer Summit Esri 2020

      Posted: 16 March 2020, 5:47pm CET
        En cette période exceptionnelle d'épidémie du Coronavirus, Esri avait décidé la semaine dernière de maintenir le Developer Summit 2020 mais dans un format allégé et virtuel. Je n'étais donc pas à Palm Springs cette année, pour vous faire vivre depuis la Californie ce rendez-vous incontournable des partenaires et des développeurs Esri. Malgré tout, mercredi dernier se tenait la plénière du Developer Summit, à huis clos.
       
         Comme chaque année, ce fut l'occasion pour Esri de faire passer les informations importantes sur la stratégie et les évolutions technologiques de la plateforme ArcGIS pour les intégrateurs, développeurs et data-scientists réalisant des développements avec les outils et les solutions Esri. Je vous propose de voir quelques thématiques et annonces importantes abordées durant cette plénière.


      La plateforme ArcGIS

      Comme vous le savez, la plateforme ArcGIS est le socle technologique qu'Esri fait évoluer depuis presque 10 ans, brique par brique, avec le souci d'innover tout en garantissant l'homogénéité et la cohérence de ses différentes composantes. Esri démarre donc toujours la plénière du Developer Summit en repositionnant ces différents composants dans un schéma dont la structure varie finalement assez peu.

      Le premier tiers serveur concerne le stockage et la gestion des données dans différents Data Stores. Cette terminologie de Data Stores permet de regrouper différentes typologies de sources de données: SGBD, Serveurs de fichiers (Imagerie, Géodatabases fichiers, shapefiles, ....), Relational Data Stores ArcGIS, Tiles Data Stores, Spatio Temporal Big Data Stores, Cloud Data Stores (Amazon, Azure, ...). Ces derniers étants plus (Hosted) ou moins (User Managed) gérés par ArcGIS.

      Un second tiers serveur concerne la diffusion de services web géospatiaux (contenus ou fonctionnalités) opérés par les différents rôles serveurs d'ArcGIS Enterprise ou d'ArcGIS Online.

      Le dernier tiers serveur prend en charge la documentation et le partage des éléments de contenus de votre SIG Web à travers un portail assurant le catalogage, les capacités de recherche et l'accès sécurisé à ces contenus. Ce portail joue également un rôle essentiel pour mise en valeur et la collaboration autour de ces contenus avec la configuration de cartes, de scènes, modèles, d'outils et d'applications.

         
      La partie supérieure du schéma de la plateforme ArcGIS concerne les applications "sur étagère" ou "personnalisées" qui consomment les contenus et les fonctionnalités de votre SIG Web. Ces applications sont construites, par Esri ou par vous, à partir des SDKs et des APIs ArcGIS ou des composants de développement externes capables d'interagir en [HTTPS] Rest/JSON avec le portail ArcGIS.


      L'API JavaScript ArcGIS toujours plus riche et performante

      Une tendance forte en cartographie sur le web aujourd'hui réside dans l'affichage et l'analyse de jeux de données toujours plus volumineux et dynamiques. Que l'on parle de flux de données temps-réel ou de Big-Data, ces nouvelles générations de données géographiques doivent être représentées à la fois dynamiquement et de manière performante dans votre navigateur. C'est un des axes majeur de développement de l'API JavaScript ArcGIS 4.x. Esri a largement rappelé les récentes innovations apportées sur les couches d'entités et sur l'API JavaScript pour diviser de manière impressionnante les temps d'affichage et de traitement coté client dans un navigateur web.


      Esri a multiplié les démonstrations sur ce sujet en montrant à la fois la richesse des capacités de rendu (Smart Mapping) qui s'étendent à chaque version mais aussi le potentiel redoutable du filtrage à la volée (coté client) des données pour créer des applications web au comportement ultra-dynamique.

      Un message important également autour de l'API JavaScript ArcGIS c'est qu'elle permet aujourd'hui l'utilisation de données très variées et bien au delà des services web Rest ArcGIS et notamment un support complet en natif des flux CSV et GeoJSON prisés par les développeurs exploitant des sources de données en Open Data.


      La session plénière a été également été l'occasion pour Esri de montrer les nombreux avancement en termes de représentation 3D et l'homogénéité de l'API entre la 2D et la 3D. Esri a largement montré les nouvelles capacités de rendus 3D sur les couches de points, de lignes et de polygones qui n'ont désormais plus de limites en termes de volume ou de symbologie 3D mais aussi sur des modèles plus évolués comme les couches d'imagerie, les couches de tuiles vectorielles ou les couches de scènes nativement 3D (objets 3D, BIM, Lidar, Mesh 3D, ...).

      Par ailleurs, l'API JavaScript ArcGIS continue de se simplifier et se moderniser à chaque nouvelle version. Tout d'abord avec une orientation "mobile-first" dans la conception des widgets d'IHM mais aussi avec l'élimination presque totale désormais des dépendances à Dojo (fin des "declare" et "promise" Dojo en 4.16). Enfin, on notera une intégration quasi totale à TypeScript qui devient un langage cible pour permettre aux développeurs JavaScript ArcGIS de sécuriser et d'améliorer la production.


      Enfin, l'équipe de l'API JS annonce d'ici la fin de l'année l'implémentation que l'API sera accessible sous la forme de modules JS (ES modules).

           Des apps natives mobiles toujours plus puissantes
      Les capacités de développement d'applications natives bureautiques ou mobiles (Java, .Net, iOS, Android, Qt, C++) n'ont jamais été aussi larges avec la dernière version des SDKs ArcGIS Runtime. Ils constituent aujourd'hui la meilleure option pour le développement d'application métiers riches, transportables sur différents appareils, et surtout supportant des processus métiers connectés et/ou déconnectés au portail SIG Web ArcGIS.

      Durant la plénière, Esri a pris le temps de démontrer la palette de tous les types et formats de contenus (données locales, paquetage de données ou services web) qu'ArcGIS Runtime est capable de supporter en 2D et en 3D sur des volumétries potentiellement très importantes. On notera une innovation intéressante sur le support du format KML qui devient une source de données modifiable dans votre application ArcGIS Runtime.
         
      Depuis la version 100.6, ArcGIS Runtime supporte le puissant modèle de données des "Utility Networks" ainsi que l'accès aux capacités d'analyse associées, ce qui permet le développement d'applications métiers puissantes dans les métiers liés à la gestion de réseaux de distribution de gaz, d'électricité, d'eau ou des réseaux télécom.       De nombreuses innovations ont également été apportées à ArcGIS Runtime pour la prise en charge complète du "offline" sur tous les types de données 2D/3D en vecteur et en raster. On notera notamment le support complet d'extractions de cartes à la demande (ou préalablement préparées) depuis un portail ArcGIS. Dans ce contexte d'usage de contenus en mode déconnecté, la capacité remarquable d'ArcGIS Runtime est de permettre non seulement la consultation des données mais aussi leur mise à jour pour une synchronisation une fois reconnecté au portail ArcGIS. De même pour les capacités d'analyse tels que le calcul d'itinéraire, le géocodage, les analyses de visibilités, ... peuvent être exploitées en mode déconnecté.
      Plusieurs démonstration ont également été réalisées pour montrer les capacités d'AR/VR désormais incluses depuis la version 100.7 d'ArcGIS Runtime.
      ArcGIS Runtime évolue désormais plus rapidement avec 3 versions par an et des axes d'évolution guidés par les évolutions de la plateforme ArcGIS, les besoins des partenaires et des développeurs ainsi que par les besoins fonctionnels identifiés pour certains métiers spécifiques.             Python, Notebook et Data-Science
      La manipulation des données, leur analyse (spatiale ou non) et leur représentation devient un enjeu essentiel dans la transformation digitale des entreprises. Vous le constatez depuis plusieurs années maintenant, la plateforme ArcGIS s'enrichit considérablement, à chaque version de nouveaux outils de "Data-Science". Plus que les années précédentes, la plénière du Developer Summit a consacré une partie très importante à démontrer leur usage.
       
      Ces évolutions concernent tout d'abord l'introduction de nouveaux algorithmes de machine learning (classification, clustering, prediction) intégrant la dimension spatiale et conçus par les équipes IA d'Esri. On notera également l'ajout dans ArcGIS 10.8 de plusieurs innovations en termes d'analyse de données rasters multi-dimensionnelles.
       
      Mais les efforts d'Esri ne s'arrêtent pas là. En effet, pour fournir un environnement de "Data-Engineering" et de "Data-Science", Esri intègre dans la plateforme ArcGIS l'environnement de scripting "Notebook" désormais disponible dans ArcGIS Enterprise, ArcGI Pro et très prochainement ArcGIS Online. Cette intégration repose également sur une base technologique clairement annoncée depuis des années par Esri qui est d'utiliser le langage Python pour tout ce qui est traitement et analyse des données, et d'offrir en conséquence l'accès à tout l'écosystème de librairies et de frameworks Open-Source de "Data-Engineering" et de "Data-Science" directement dans ArcGIS.
       
       
      On notera également l'engagement d'Esri à fournir aux utilisateurs de R, une intégration étroite avec la plateforme ArcGIS via le connecteur "R-ArcGIS". Ce dernier permet à la fois l'accès aux contenus ArcGIS mais aussi l'exécution de géotraitement ArcPy depuis les workflows R. A l'inverse des workflows R peuvent être exécutés dans ArcGIS via les Notebooks ou directement dans certaines a application comme ArcGIS Insights.
       

          
      arcgis.learn, un environnement de Deep Learning intégré 

        Pour faciliter l'usage des algorithmes de Deep Learning et de les appliquer à des données géographiques, Esri a commencé il y a un peu plus d'un an à intégrer dans l'API Python ArcGIS un module nommé arcgis.learn pour permettre à la fois la préparation des données d'apprentissage, l'apprentissage du modèle mais aussi le déploiement et l'inférence de ce modèle.
       
          Avec la dernière version de l'API Python ArcGIS, le module arcgis.learn propose de nouvelles capacité allant au delà des capacités existantes de Deep Learning sur des sources de données raster mais adresse également les contextes de vidéo (voir cette démo), de nuages de points Lidar (voir cette démo), des sources d'imagerie multi-spectrales ou sur des données textuelles non-structurées avec des algorithme de traitement du langage naturel (voir cette démo). 
         Big Data    Le Developer Summit fut également l'occasion pour Esri de montrer la poursuite de sa stratégie de traitement des Big Data géographiques (ou non) avec la technologie ArcGIS GeoAnalytics Server. Basée sur le framework Spark, GeoAnalytics Server a largement évolué depuis la version 10.5 non seulement en termes d'outils d'analyse et de traitement de données qui s'enrichissent à chaque mais aussi en termes d'ouverture des formats en entrée et en sortie exploitables (partage de fichiers .shp ou .csv ArcGIS Enterprise, HDFS, buckets Amazon S3 et Microsoft Azure Data Lakes.

      Le choix de Spark par Esri prend aujourd'hui tout son intérêt avec l'implémentation de PySpark. C'est un potentiel important d'évolution pour vos wokflows Big Data avec la possibilité désormais d'exécuter des scripts Python personnalisés dans un processus contenant d'autres outils GeoAnalytics Server (notamment avec l'utilisation des DataFrames Spark) et d'enchainer différents outils sans produire de couches intermédiaires.
       
         Autre innovation annoncée et démontrée la semaine dernière à Palm Springs, c'est l'arrivée des mécanismes de GeoAnalytics dans une architecture mono-poste dans ArcGIS Pro. Bien que moins scalable et mono-utilisateur, elle constitue un progrès énorme pour le traitement de très gros volumes de données en divisant par 10 (ou même plus selon votre machine) le temps de certains géotraitements, et ceci sans aucune extension supplémentaire dans ArcGIS Pro.     
         Il ne reste plus pour Esri qu'a proposer les capacité de GeoAnalytics en mode Saas sur le Cloud. Ce sera en partie le cas avec la nouvelle solution ArcGIS Analytics for IoT.    
         ArcGIS for Games Engines   Depuis longtemps, à travers notamment l'application CityEngine, Esri permet aux concepteurs de jeux vidéos de construire des environnements urbains réalistes à l'aide d'un moteur de règles procédurales pour ensuite les exporter vers des environnements d'animation, de jeu vidéo ou de réalité virtuelle.
       
       
      Aujourd'hui, des standards de formats et d'outils émergent sur ce marché avec, en particulier, des game engines comme "Unity" et "Unreal" qui constituent de véritables environnements de développement. Esri souhaite rendre accessibles les contenus et les capacités de la plateforme ArcGIS aux développeurs sur ces environnements.
       
      L'objectif est d'offrir un accès simple à des contenus tels que les couches de tuiles raster (imagerie, fond de carte, couche d'élévation,...) ou encore des couches de scènes (objets 3D, mesh, nuages de points, ...) ou simplement des couches d'entités (points, lignes, polygones) issues de votre SIG Web. Plus encore, l'idée est de permettre aussi l'accès, depuis l'application immersive finale, à des service web comme le géocodage ou le calcul d'itinéraires !


      Pour cela, Esri va proposer "ArcGIS for Game Engines", un ensemble de 2 plugins (un pour Unity et pour Unreal). Ils permettront, directement depuis ces environnements de se connecter à un portail ArcGIS pour consommer les contenus dont ils ont besoin dans leur application de jeu, d'animation scientifique, de réalité virtuelle, ...

      Connexion à un portail ArcGIS depuis l'environnement Unity
          
      Utilisation d'une couche d'élévation et d'une couche géologique issues d'ArcGIS
      dans l'environnement Unity
          
      Animation dans Unreal consommant des points d'incendie issus d'ArcGIS
       
      ArcGIS for Game Engines sera bientôt accessible en version Beta. Si ce projet vous intéresse, vous pouvez participer à cette phase Beta (qui débutera au début de l'été) en vous inscrivant sur cette page. L'objectif est une sortie en version finale à la fin de l'année 2020.
            Les générateurs d'application 
      Enfin, je ne peux pas terminer cette synthèse sans évoquer les générateurs d'applications. Il en existe aujourd'hui 3 qu'Esri a pris le temps de représenter car ils sont souvent un excellent moyen construire ou de prototyper une application sans écrire la moindre ligne de code.

      Le premier "Web AppBuilder" permet la création d'une application mono-page dédiée à un besoin métier spécifique réunissant différents widgets fonctionnels interagissant avec la carte. WEb AppBuilder va continuer d'évoluer à chaque version d'ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise avec des mises à jour sur les différents widgets comme avec l'arrivée récente du widget "Business Analyst" ou le widget "Calcul de visibilités"

      Le second "Experience Builder" est nouveau, il a été annoncé et démontré lors de ce Developer Summit. Experience Builder permet de créer des "Expérience web", c'est à dire un ensemble composé d'une ou plusieurs pages totalement personnalisables avec différents widgets alimentés par des flux de données. Ces widgets (dont des cartes 2D/3D) communiquent les uns avec les autres pour créer un site web très interactif et dynamique.

      Le troisième "AppStudio for ArcGIS" concerne la création d'applications natives (bureautiques, tablettes, smartphones) cross-plateformes, avec pas ou peu de code. Basé sur SDK ArcGIS Runtime for Qt/QML il permet de configurer rapidement une application à partir de modèles, puis de les personnaliser. Une fois compilées, ces applications peuvent être diffusées via les App Stores des plateformes iOS, Android, Windows et MacOS.


      Quelques annonces supplémentaires...   
      Au delà des SDKs et APIs ArcGIS évoqués ci-dessus qui sont directement utilisés par les développeurs et les Data-Scientists, d'autres évolutions transverses à toute la plateforme ont été mises en avant par Esri lors de cette plénière du Developer Summit 2020.

      Par exemple, Esri confirme sa stratégie de proposer une spécification ouverte pour décrire le contenu d'une carte et la représentation cartographiques de ses différentes couches: le CIM (Cartographic Information Model). Déjà implémenté par ArcGIS Pro (dans les fichiers .lyrx, .mapx, et .pagx), par ArcPy, par le SDK .Net d'ArcGIS Pro, par l'API JavaScript ArcGIS 4.x et par les SDKs ArcGIS Runtime, ce format JSON est pour Esri le moyen d'assurer une cohérence et une interopérabilité en termes de capacité de représentation cartographique entre les différents applications internes ou externes à la plateforme ArcGIS.

      On notera également beaucoup de présentations autour d'Arcade, le langage d'expression qui se généralise dans de nombreux contextes (étiquettes, calcul de champs, règles attributaires, fenêtre contextuelles,...) et dans toutes les applications de la plateforme. Esri a, par exemple, annoncé le support d'Arcade dans la prochaine version d'Operations Dashboard for ArcGIS sur tous les widgets (et non plus uniquement pour la carte) afin d'appliquer des expressions sur les valeurs restituées dans vos tableaux de bord mais aussi sur le rendu des widgets (couleurs, polices, ...). Des capacités très puissantes, j'en reparle très bientôt...

      Utilisation d'Arcade dans Operations Dashboard for ArcGIS
          Revoir la plénière en vidéo

      Toutes les vidéos de la plénière du Developer Summit 2020 se trouvent dans cette playlist YouTube. Un certain nombre de workshop techniques vont être réalisés et mis en ligne dans les prochaines semaines. Je tacherai d'en faire la liste et de vous les signaler dès que possible sur ce blog.
          
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 14 March 2020, 12:04pm CET
      Chez Esri, comme j'imagine dans la plupart des entreprises en France, nous avons beaucoup évoqué cette semaine l'épidémie du Coronavirus et ses conséquences sur l'organisation de nos activités dans ce contexte inédit. Avec ce tableau de bord repris depuis deux jours par TF1 et LCI (déjà près de 2 million de requêtes sur la carte), nous mettons à jour quotidiennement les informations de propagation du Covid19 à partir des données de Santé Publique France. C'est donc un sujet qui marque clairement mes journées en ce moment !
      Cependant, j'ai décidé aujourd'hui de changer de sujet histoire de respirer un peu l'air des grands espaces. Ainsi, j'ai sélectionné cette Story Map réalisée par des étudiants de la Licence professionnelle SIG (LPSIG) pilotée par Frédéric Pouget.  Ce récit nous invite à découvrir la richesse et les beautés de la baie de Somme, le plus grand estuaire de France comme le rappelle le titre de cette narration cartographique très réussie. 
         
      L'application vous permettra de voyager sur cette étendue de nature à perte de vue qui offre à ses visiteurs un écosystème dont quelques spécificité faunistiques et floristiques sont mis en valeur dans la Story Map. Cette narration nous présente aussi certains traditions des habitants de la région et nous informe aussi sur les dangers qui menacent l'équilibre de cet espace pourtant protégée avec la réserve naturelle nationale.
        D'un point de vue technique, il s'agit d'un récit configuré avec ArcGIS StoryMaps. L'application et ses différents contenus sont  hébergés sur la plateforme ArcGIS Online.  
    • sur Réseaux de points de vente : les réponses de la géoptimisation aux défis de l’omnicanal

      Posted: 12 March 2020, 11:25am CET by Pascal Beauvillain
      Réseaux de points de vente : les réponses de la géoptimisation aux défis de l’omnicanal

      A partir du milieu des années 1990, les enseignes de retail traditionnelles ont répondu à la première offensive des pure players du e-commerce en créant leur propre site marchand. Elles l’ont fait dans une logique multicanal – consistant à juxtaposer les canaux de vente – faisant du e-commerce une activité séparée et bien souvent concurrente de l’activité historique : celle des réseaux de magasins physiques. Il a fallu près de 15 ans pour que cette approche dichotomique, voire antagonique, soit remise en cause par des consommateurs s’attendant de la part d’une même enseigne à une expérience cohérente d’un canal de vente à l’autre.

    • sur Modifier interactivement votre MNT/MNS avec l'éditeur de pixels d'ArcGIS Pro

      Posted: 12 March 2020, 11:22am CET

      Avec des sources de données comme les nuages de points Lidar aéroportés ou les traitements photogrammétriques issus de drones, les données d'élévation haute-résolution sont disponibles à des coûts vraiment accessibles. Qu'ils s'agissent de MNT (Modèle Numérique de Terrain) ou MNS (Modèle Numérique de Surface), leur usage dans un SIG est multiple: fournir une surface d'élévation pour une scène 3D, permettre des analyses de remblais/déblais, servir de base à des calculs d'inter-visibilité, l'analyse de bassins hydrographiques, .... Pour tous ces usages, votre MNT/MNS doit avoir la meilleure qualité et contenir un minimum de défauts. Pour s'en assurer, il faudra pouvoir corriger localement certains artefacts ou anomalies qui peuvent résulter des mesures ou des traitements automatiques réalisés lors de la génération du MNT/MNS. Dans ArcGIS Pro, l'éditeur de pixels vous permettra d'effectuer cette tâche de manière intelligente et productive.


      L'éditeur de pixels dispose d'une variété d'outils pour vous aider à modifier vos MNT et MNS. Dans les versions plus anciennes d'ArcGIS Pro, vous pouviez intégrer des masques, des surfaces locales, combler des zones sans valeurs, etc.... mais il fallait utiliser différent outils de géotraitement et ce n'était pas aussi simple et interactif qu'aujourd'hui. L'approche interactive de l'éditeur de pixel permet de modifier rapidement les valeurs des pixels de certaines zones de l'images que vous aurez identifié. Pour cela, une bibliothèque d'opérateurs fournit des outils pour les nombreux scénarios que vous pourriez rencontrer.
      La bibliothèques des différents opérateurs disponibles en standard:

          Exemples de cas d'usage
        Les plans d'eau sont des zones connues our être problématiques avec les levés Lidar en raison des propriétés d'absorption et de réflexion de la lumière sur ce type de surface. De plus, les plans d'eau peuvent avoir des bateaux, des bouées ou de la végétation sur (ou au-dessus) de la surface qui peuvent provoquer des artefacts indésirables dans le jeu de données raster généré. L'éditeur de pixel d'ArcGIS Pro peut résoudre certaines de ces situations. Dans l'image ci-dessous, nous pouvons voir qu'il y a différentes zones de pixels en NoData au large de la zone côtière. On peut facilement résoudre ce problème en dessinant la zone à traiter (ici affichée en bleu) puis en utilisant l'opérateur "Remplir les vides".          Dans l'image ci-dessous, nous avons un MNT avec des bassins. Pour certains d'entre eux, il y a des artefacts sur la surface de fond que l'on souhaite corriger. Dans ce type de cas, vous pouvez utiliser l'opérateur "Définir une moyenne" pour niveler la surface de vos bassins ou de vos lacs. ArcGIS Pro calcule alors l'élévation moyenne et affecte à tous les pixels de la région la valeur calculée. Dans de tels cas, vous pourriez également utiliser "Définir une constante" sur chaque région si vous connaissez l'altitude à appliquer à la surface.   
               Dans l'exemple suivant, vous pouvez voir sur les autoroutes, des éléments comme les véhicules ou les différents équipements. L'utilisation de filtres permet de corriger cela, en particulier un "Filtre moyen" ou un "Filtre médian" fonctionnera très bien pour supprimer ces "anomalies" de surface. La corrections des routes, des ponts et des viaducs peut être un enjeux important si vous souhaitez utiliser votre MNT pour produire des orthophotos.          
         Dans le dernier exemple ci-dessous, nous avons une parcelle qui a été réaménagée. Elle a tout d'abord été remblayée puis une place a été construite. A l'aide de l'opérateur "Filtre de terrain" nous pouvons tout d'abord recréer le terrain "naturel" et éventuellement l'aplanir à l'aide d'un opérateur comme "Définir une moyenne". Ensuite, en dessinant successivement les différentes formes de notre atrium nous pouvons faire appel à l'opérateur "Ajouter à" qui permet d'ajouter une altitude constante à la surface existante. Ainsi, on a pu rapidement construire l'atrium ouvert au centre avec une fontaine circulaire et deux boîtiers de climatisation sur le toit.
       
        L'éditeur de pixel n'est qu'un des nombreux outils de traitement des couches d'imagerie d'ArcGIS Pro. On notera que l'éditeur de pixel est accessible avec l'extension Image Analyst.  
    • sur Suivre l'évolution du Coronavirus spécifiquement sur la France

      Posted: 11 March 2020, 6:48pm CET
      J'ai évoqué à plusieurs reprises sur ce blog différentes cartographies et tableaux de bord réalisées sur ArcGIS Online pour suivre l'épidémie du Coronavirus Covid-19. Pour prendre en compte les retours de certains utilisateurs français un peu frustrés d'un niveau de détails pas assez fin sur leur territoire, un de mes collègues d'Esri France a configuré ce nouveau tableau de bord qui permet désormais un suivi plus fin sur la France.

      L'application reprise dans différents médias (dont LCI ce matin) est réalisées à l'aide de la solution Operations Dashboard for ArcGIS sur la base d'informations issues des bulletins de Santé Info France et consolidées dans une couche d'entités hébergée sur ArcGIS Online. 
      La plateforme Saas ArcGIS Online est particulièrement adaptée à ce type de contexte qui permet, pour un coût très faible (quelques crédits par an), de servir potentiellement des millions d'utilisateurs sur un sujet particulièrement d'actualité. Par exemple, le tableau de bord mondial réalisé par l'Université Johns Hopkins a déjà largement dépassé le milliard de vues !
    • sur Extraire une partie du fond de carte OSM en tuiles vectorielles

      Posted: 10 March 2020, 4:26pm CET
      Performantes, simples à gérer et à mettre à jour, les couches de tuiles vectorielles présentent aussi l'énorme avantage d'être totalement personnalisables en termes de rendus cartographiques. Pour toutes ces raisons, l'usage des couches de tuiles vectorielles se généralise dans vos cartes et vos applications ArcGIS, que ce soit pour vos fonds de carte mais aussi pour certaines couches de votre SIG. Avec les apps de la plateforme ArcGIS, ces couches de tuiles vectorielles peuvent être utilisées dans n'importe quel contexte: application bureautique (ArcGIS Pro), application web dans navigateur (API JavaScript ArcGIS) ou application mobile (SDK ArcGIS Runtime). Un autre point important avec les couches de tuiles vectorielles est leur caractère transportable et utilisable en mode déconnecté avec les fichiers VTPK. Ces derniers peuvent non seulement servir à la publication du service web de la couche de tuiles mais aussi être consommés directement en local par des applications bureautiques ou mobiles.         Dans cet article, je vous propose un outil intéressant pour extraire des fichiers VTPK à partir du fond de carte vectoriel OpenStreetMap publié par Esri sur ArcGIS Online. Ceci vous permettra, par exemple, d'extraire le fond de carte OSM sur votre territoire (en tant que fichier VTPK) puis de l'utiliser en local dans une application bureautique ou mobile. Ceci vous permettra également publier ce fichier VTPK sur votre portail ArcGIS Enterprise et définir ensuite un ou plusieurs styles personnalisés, sans avoir la moindre dépendance au fond de carte OSM d'ArcGIS Online.         Avant de démarrer...
      Tout d'abord, on précisera que l'outil que je vous propose repose sur un prototype d'application publié en l'état à des fins de démonstration par Esri et que celui-ci n'est donc pas supporté. On signalera également que le nombre d'entités pouvant être extraites est limité à 25 000 (en réalité un peu plus depuis une mise à jour récente de l'outil).      La démarche, étape par étape :      
      1. Ouvrir l'application puis se connecter avec un compte ArcGIS Online (il peut s'agir d'un compte public ou d'un compte d'organisation).
           
      2. Sur la carte, zoomez sur la zone que vous souhaitez extraire. Cliquer ensuite sur le bouton "Create Task from extent" pour dessiner l'étendue de la zone à extraire. Notez que vous pouvez également utiliser un polygone pour définir la zone d'extraction).
         
             
      3.  Dès que votre zone est dessinée, une nouvelle tâche s'affichera dans la partie droite de l'interface. Vous pourrez alors la modifier, la supprimer ou définir les LODs.
         
            
      4. En effet, avec le bouton "Select LODs" vous pourrez spécifier les niveaux d'échelles que vous souhaitez extraire du fond OSM.
         
            
      5. Une fois l'export paramétré, vous pourrez exécuter la tâche en cliquant sur le bouton téléchargé indiqué ci-dessous:
         
            
      6. Selon l'étendue de la zone, l'extraction peut prendre plusieurs minutes. Une fois terminé, le lien de téléchargement s'affiche. Il vous permet de télécharger en local le fichier VTPK de vos tuiles OSM.
         
           
      7. Vous pouvez maintenant utiliser le fichier VTPK dans vos application mobile ou dans ArcGIS Pro. Vous pouvez également le publier sur portail ArcGIS Enterprise (ou ArcGIS Online). Une fois publiée, la couche de tuiles vectorielles peut être utilisée dans vos cartes et vos scènes web.
         
             
      8. Si, comme moi, vous n'êtes pas fan du style par défaut d'OSM, vous pourrez le modifier avec l'éditeur de style de tuiles vectorielles.
         
        
    • sur Esri annonce l'arrivée d'ArcGIS Analytics for IoT

      Posted: 9 March 2020, 10:57am CET
        
      Depuis de nombreuses années, Esri permet aux utilisateurs d'ArcGIS Enterprise d'intégrer, de visualiser et d'analyser des flux de données temps-réel grâce au rôle serveur "GeoEvent Server". Ce dernier permet également le traitement et la rediffusion à la volée vers d'autres systèmes IoT. Depuis la version 10.5 d'ArcGIS Enterprise, il est également possible d'archiver les données de ces flux dans un entrepôt Big-Data pour réaliser de puissantes analyses spatio-temporelles avec le rôle serveur "GeoAnalytics Server".   
           Cette semaine, à l'occasion de l'Esri Partner Conference et du Developers Summit à Palm Springs, Esri annonce la première version d'une nouvelle solution nommée "ArcGIS Analytics for IoT". Il s'agit d'une nouvelle solution Saas de traitement et d'analyse de flux temps réel et de Big Data pour ArcGIS Online. Analytics for IoT utilise les capacités de traitement distribué du Cloud pour offrir la scalabilité des tâches, vous permettant d'ingérer, de visualiser, d'analyser, de stocker et d'interagir avec des flux de données à haute vélocité et volumétrie issus des capteurs IoT.
       
          Pourquoi et pour qui ?
      ArcGIS Analytics for IoT peut être utilisé dans une multitude de domaines métiers dès que vous devez ingérer et traiter des flux de données temps-réel. La simplicité de l'interface et les nombreuses capacités d'analyse proposées font d'Analytics for IoT une solution utilisable par différents profils: des experts SIG, des responsables d'opérations, des gestionnaires d'équipements, des Data Scientists ou d'autres professionnels travaillant avec des données IoT. Par exemple, un expert SIG travaillant pour le service des transports d'une métropole peut utiliser Analytics for IoT pour exploiter les données temps-réel issues des véhicules connectées. Les capteurs routiers collectent des données sur les conditions de circulation (comptage, météo, ...) qui peuvent être collectées dans Analytics for IoT en tant que flux, pour une visualisation en temps réel de la vitesse, du trafic et des autres données télématiques. Grâce à ces informations, le service des transports est informé en temps-réel des incidents et prendre les mesures appropriées, qu'il s'agisse d'envoyer des messages d'information, de créer des déviations ou de faire intervenir des équipes sur le terrain.
      Un gestionnaire de réseau d'eau peut utiliser ArcGIS Analytics for IoT pour gagner de la visibilité et de la réactivité sur les problèmes de son infrastructure de réseau, mieux anticiper les ressources d'intervention, engager une meilleure communication vers ses clients et suivre en temps-réel l'évolution des opérations engagée par les équipes sur le terrain. Exploiter les flux des relevés en temps réel à partir de compteurs intelligents et des capteurs IoT sur votre réseau permet, via les analyses à la volée d'Analytics for IoT pourra par exemple permettre de déclencher différents types d'alertes ou d'effectuer des analyses en temps réel sur les données du flux pour anticiper des pannes potentielles. Au delà du temps réel, l'archivage puis l'analyse des Big Data ainsi collectés pourra aussi permettre l'analyse des fréquences des pannes et des conditions associées pour aider l'organisation à prioriser les actions de maintenance sur les équipements les plus vulnérables. 
         Comment ça marche?
      La prise en main de cette nouvelle solution est vraiment très simple. Dans Analytics for IoT, vous commencez par configurer un flux qui permet l'ingestion des données en temps réel et qui sont dès lors visualisables immédiatement sur une carte web.
       

      En choisissant parmi différents types de flux, vous pourrez vous connecter à des sources de données externes telles que des flux standardisés issus de plateformes IoT, des systèmes émettant des messages ou des API tierces permettant l'accès à des donnés dynamiques. Vous pourrez extraire ou filtrer dynamiquement des données de vos couches web ArcGIS, de fournisseurs de services IoT sur le Cloud (tels que Azure IoT et AWS IoT) ou de systèmes de diffusion de messages tels que Kafka, MQTT et RabbitMQ.


      Analyse et traitement à la volée

      Dès lors que les données transitent dans Analytics for IoT, vous pouvez concevoir des analyses en temps réel qui vous permettent d'effectuer des traitements (filtrage attributaire, filtrage géographique, alerte, geofencing, calcul de valeur, ...) sur les messages au fur et à mesure qu'ils sont reçus. Les analyses en temps réel sont souvent utilisées pour transformer les données (les géoréférencer, les enrichir, les simplifier, les classer, ...). Par exemple, cela permet d'identifier un message comme étant un incident par rapport aux valeurs qu'il contient et/ou par rapport à sa localisation géographique. Les résultats de cette analyse à la volée peuvent être stockés dans une couche d'entités, envoyés par e-mail aux parties prenantes ou rediffusés vers des systèmes de messages tiers tels que Kafka ou RabbitMQ. 
            
      Analyse et traitement de Big Data
       
      Alors que les analyses en temps réel s'appliquent aux flux de données au fur et à mesure qu'ils sont reçus, les analyses de Big Data vous permettent d'effectuer une analyse et un traitement spatio-temporel sur les gros volumes de données stockées depuis vos flux temps-réel. L'analyse de Big Data est généralement utilisée pour extraire une information synthétique à partir des observations de vos capteurs, d'effectuer des analyses de tendances, de valider des modèles ou encore de détecter des anomalies parmi un grand nombre de mesures. L'analyse de Big Data peut être configurée pour s'exécuter une seule fois mais elle peut aussi être planifiée pour s'exécuter de manière récurrente.  Lorsque des analyses en temps réel ou des analyses Big Data sont exécutées, les résultats sont envoyés vers une sortie. Une sortie est un résultat à écrire ou une action à déclencher en dernière étape. Analytics for IoT peut émettre des données en sortie vers différentes destinations différentes, y compris un stockage de données dans une couche d'entités, l'envoi d'un flux de données vers une couche de flux (Stream Layer ArcGIS), l'envoi d'un e-mail, l'écriture dans des espaces de stockage Cloud tels qu'Amazon S3 et la transmission vers des systèmes IoT tiers pour le déclenchement d'actions sur l'appareil connecté.
       
         Comment puis-je y accéder ?
      Pour accéder à ArcGIS Analytics for IoT, vous aurez besoin d'une licence ArcGIS Analytics for IoT en complément de votre abonnement ArcGIS Online. Cette licence vous fournira les capacités de calcul et de stockage pour les différents cas d'usage de votre organisation. Puisqu'il s'agit d'une solution Saas, aucune infrastructure ou configuration système n'est requise de votre part et il n'y a pas de limite au nombre d'utilisateurs. Tout membre de votre organisation disposant d'un type d'utilisateur "Creator" ou "GIS Profesional" peut avoir accès à Analytics for IoT et commencer immédiatement à créer des flux, des analyses en temps réel, des analyses de données Big Data et créer des flux ou des services d'entités en sortie.
      Où puis-je en savoir plus ?
      Vous pouvez en savoir plus sur ArcGIS Analytics for IoT en visitant cette page de ressources pour accéder aux vidéos des produits, aux leçons rapides, à la documentation et plus encore. Je reviendrai dans les prochaines semaines sur cette nouvelle solution avec article plus didactique.
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 7 March 2020, 10:28am CET
      Au risque de ne pas faire dans l'originalité ce week-end, l'actualité de la semaine a vraiment été focalisée sur l'épidémie du Coronavirus Covid-19, rendant donc le sujet incontournable. J'ai donc choisi à nouveau de mettre en avant une application qui, après en avoir visualisé des dizaines, me semble être le plus pertinent pour le suivi de la situation au niveau mondial. Réalisé avec Operations Dashboard for ArcGIS par le CSSE (Center for Systems Science and Engineering) à l'Université Johns Hopkinsce tableau de bord suit la crise depuis les tous premiers jours.     Parmi ses points forts on notera les points suivants:
      • il est très régulièrement actualisé (plusieurs fois par jour)
      • les sources de données sont multiples (OMS, CDC, ECDC, NHC)
      • la représentation cartographique est pertinente ce qui n'est pas le cas de nombreuses cartes publiées sur le sujet (voir cet article de Numerama)
      • il permet facilement de filtrer sur les différents pays et de distinguer la Chine du reste du monde pour faciliter les comparaisons
      • il est un des rare tableau de bord à fournir les information sur le nombre de cas soignés

      Parmi les points faibles, on peut noter que les statistiques sont à l'échelle du pays ce qui peut être un frustrant pour suivre l'évolution de l'épidémie sur un seul pays. Concernant la France, Esri France travaille sur une application et des sources de données plus fines sur le territoire... à suivre.
      Bon week-end !
    • sur Developer Summit Esri 2020 en vue... virtuelle !

      Posted: 6 March 2020, 1:09pm CET
      Nous sommes à quelques jours du Developer Summit Esri 2020 qui aura lieu la semaine prochaine à partir de mardi 10 mars. Ce rendez-vous rassemble environ 2500 développeurs venus du monde entier pour découvrir, se former et échanger autour des technologies de développement et de data-science de la plateforme ArcGIS. Depuis 15 ans, il s'agit d'un événement incontournable pour Esri et ses partenaires et clients qui étendent et spécialisent les usages des solutions ArcGIS. 

      Malheureusement cette année, par mesure de précaution liée à l'épidémie du Coronavirus Covid-19, Esri est contraint de faire évoluer cette édition 2020 du DevSummit en un événement virtuel. La session plénière sera ainsi retransmise en Live (inscription gratuite ici) pour que vous puissiez tout de même découvrir l'actualité et les innovations technologiques à venir autour de l'écosystème Esri. Certains ateliers techniques prévus tout long de la semaine seront également diffusés en vidéos. 
    • sur ArcGIS Pro 2.5 est disponible en version française

      Posted: 5 March 2020, 8:55pm CET
      Disponible depuis un mois en langue anglaise (voir les principales évolutions dans cet article), la version 2.5 de l'application ArcGIS Pro est désormais disponible dans différentes langues dont le français. 
           Si vous n'avez pas encore installé ArcGIS Pro, vous trouverez le média d'installation complet en français sur votre espace "My Esri". Si vous disposez déjà d'ArcGIS Pro 2.4 en français sur votre poste, la mise à jour vous sera proposée automatiquement au démarrage de l'application. Si vous avez installé ArcGIS Pro 2.5 en anglais, il vous suffit de télécharger et d'installer uniquement le supplément français depuis "My Esri".
         
    • sur ArcGIS QuickCapture passe en version 1.4

      Posted: 5 March 2020, 8:50am CET

      Comme ses compères Collector for ArcGIS et Survey123 for ArcGIS, ArcGIS QuickCapture est une application mobile qui connait un grand succès depuis sa sortie il y a moins d'un an. Aujourd'hui, QuickCapture passe en version 1.4 sur toutes les plateformes prises en charge (iOS, Android et Windows) et le concepteur web a été lui-aussi actualisé. Plusieurs capacités nouvelles sont à noter dans cette mise à jour, je vous les présente rapidement dans cet article.

      Cartes configurables

      Dans la plupart des workflows QuickCapture, l'utilisation de la carte est largement secondaire voir même inutile et contre-productive. Cependant, dans certains cas, il peut y avoir un intérêt à pouvoir examiner les données capturées à l'aide d'une carte. Les cartes sont également utiles lorsque vous souhaitez voir les données collectées par d'autres personnes ou lorsque vous avez besoin d'un certain contexte fourni par la carte avant de pouvoir capturer vos propres entités.
      À partir de la version 1.4, vous pouvez facilement configurer vos projets QuickCapture avec vos propres cartes web en mode connecté ou déconnecté. Dans les versions précédentes, vous pouviez définir votre propre carte, mais vous deviez le faire en utilisant l'éditeur JSON, ce qui était un peu technique. Vous pouvez désormais définir rapidement la carte à afficher à partir du concepteur QuickCapture. 
       
      Comme indiqué dans l'animation ci-dessus, Esri a ajouté un paramètre "Carte" et une nouvelle boîte de dialogue dans le concepteur pour sélectionner la parmi la galerie des fonds de carte configurés pour votre organisation ArcGIS ou parmi les cartes que vous possédez ou qui sont partagées avec vous. 
      Les cartes affichées dans les catégories "Mes cartes" et "Partagées avec moi" peuvent être de différents types. Il peut s'agir de:
      • cartes web, 
      • paquetages de tuiles image (TPK) ,
      • paquetages de tuiles vectorielles (VTPK),
      • paquetages de cartes mobiles (MMPK).

      Dans cette version 1.4, les paquetages de cartes mobiles (MMPK) contenant plusieurs cartes ou une date d'expiration ne sont pas pris en charge.
      Si vous optez pour une carte en déconnecté pour votre projet, la carte sera téléchargée avec le projet. Les utilisateurs de l'application mobile QuickCapture n'auront rien à faire pour obtenir leur carte en local sur leur appareil: si le projet est téléchargé, la carte le sera aussi. 
       
      Boutons et cartes: côte à côte

      Certains utilisateurs ont fait remonter le besoin de pouvoir afficher la carte côte à côte avec l'interface de capture de données (les "gros boutons"). Depuis cette version 1.4, vous pouvez activer cette nouvelle fonctionnalité dans vos projets QuickCapture. Le paramètre d'affichage côte à côte ne se visualise pas dans l'interface de conception, il ne prend effet que lorsque le projet est utilisé à partir d'une tablette.
      En utilisant une carte appropriée avec la vue côte à côte, vous pouvez améliorer l'expérience de capture de données. L'ajout des couches de votre projet QuickCapture dans la carte web permettra aux utilisateurs de l'application mobile de voir instantanément les données capturées par eux-même et par les différents membres de l'équipe. La carte peut également servir à visualiser quelles zones ont déjà été collectées. Grâce à ces informations, vous pouvez éviter les doublons et éviter les zones non collectées. 
             
      L'option de visualisation côte à côte est également extrêmement utile lorsqu'une carte fournit un contexte supplémentaire à l'utilisateur pour faciliter la capture des données. Par exemple, pour rationaliser les inspections rapides d'équipements, vous pouvez ajouter la couche correspondant à ces équipements dans la carte et aider les utilisateurs sur le terrain à naviguer vers leur localisation.
       
      L'option "Enregistrer sous" est là !

      Il s'agit certes d'une petite amélioration, mais très pratique, dans le concepteur QuicCapture. Une nouvelle option d'enregistrement "Enregistrer sous" vous permettra de créer des copies de vos projets, au cas où vous souhaiteriez réaliser un second projet similaire, tester les modifications de votre projet sans affecter votre projet de production ou simplement pour créer une sauvegarde.
             
      Autres améliorations

      De nombreuses améliorations, ajustements et correctifs mineurs ont été intégrés à l'application mobile et au concepteur web. En voici quelques uns:
      • La taille de l'application mobile a été réduite sur iOS: le téléchargement de l'application mobile sur l'App Store d'Apple a été réduit de 74 Mo à 48 Mo.
      • Vous noterez des téléchargements de données plus rapides dans l'application mobile.
      • Prise en charge d'AppConfig: à partir de la version 1.4, vous pouvez désormais configurer automatiquement l'URL de votre portail ArcGIS Enterprise à l'aide d'un fichier AppConfig
         
         
      Prochaines étapes

      Toute l'équipe de QuickCapture travaille déjà sur la prochaine mise à jour, prévue un peu avant la conférence utilisateur Esri de juillet 2020. Comme d'habitude, l'application sera mise à jour sur toutes les plateformes prises en charge (iOS, Android et Windows) y compris le concepteur web. Des versions beta du logiciel seront disponibles sur le site web "Early Adopters" fin mars ou début avril.
    • sur ArcGIS Experience Builder "Developer Edition" est disponible !

      Posted: 4 March 2020, 12:20pm CET

      Il y a environ deux semaines, j'annonçais sur ce blog la sortie de la première version officielle d'ArcGIS Experience Builder sur ArcGIS Online. Comme indiqué dans cet article, la déclinaison autonome et "on-premise" du nouveau générateur d'applications et de sites web de la plateforme ArcGIS est disponible depuis aujourd'hui.

      Pour télécharger ArcGIS Experience Builder Developer Edition, vous vous rendrez sur la page dédiée du portail développeur ArcGIS, puis vous cliquerez sur le bouton "Download SDK" (ou directement sur ce lien).
           Documentation du SDK
        Pour vous aider à augmenter votre productivité, un gros travail de documentation du SDK a été réalisé depuis la dernière version beta. Les informations sur les classes, les méthodes et les propriétés dans la section "Reference" de l'API sont extraites dynamiquement du code source d'Expérience Builder. Par conséquent, vous pouvez accéder aux dernières informations d'API lorsqu'une nouvelle version arrive.
        Avec le guide et les exemples de code, vous pouvez apprendre à étendre Experience Builder, non seulement avec des widgets et des thèmes personnalisés, mais aussi avec des actions entre widgets spécialement développées pour vos besoins. Et tous les échantillons sont disponibles sur GitHub à télécharger. Esri travaille actuellement sur des tutoriaux pour aider les développeurs à démarrer rapidement leur personnalisation avec le SDK d'Experience Builder.

      Il existe plusieurs façons d'accéder à Developer Edition sur le site Web d'ArcGIS for Developers. L'un des itinéraires les plus rapides commence par l'onglet Documentation, comme illustré ci-dessous.
         
           
      Télécharger vos applications pour les héberger

      En plus des nouvelles fonctionnalités ajoutées à la version finale de l'édition ArcGIS Online, l'édition développeur a ajouté le bouton "Télécharger" à deux endroits dans l'interface, comme indiqué ci-dessous. Ce bouton permet de télécharger l'ensemble des ressources de votre application web (une ou plusieurs pages) afin que vous puissiez facilement la déployer sur votre propre serveur. Les applications téléchargées sont des fichiers zip.


             
      Utiliser React et TypeScript

      Experience Builder est construit sur la base de frameworks de développement web modernes, notamment React, TypeScript et l'API JavaScript ArcGIS 4.x, qui par conséquence font également partie du SDK d'Experience Buildert. Vous trouverez une présentation détaillée des concepts de base pour comprendre les composants sur lesquels le SDK d'Experience Builder est construit. Pour apprendre React et TypeScript, vous pouvez notamment vous reporter aux sites web suivants recommandés par Esri pour commencer:


         
      Enfin, n'hésitez pas à consulter les échanges et interagir avec la communauté des utilisateurs d'Experience Builder sur GeoNet, elle a largement aidé à façonner ce produit au cours de la phase beta et ce sera encore le cas pour les prochaine mise à jour.
            
    • sur GeoAnalytics Desktop vs. GeoAnalytics Server

      Posted: 3 March 2020, 8:22am CET
      Depuis la version 2.1, ArcGIS Pro propose plus de 70 outils de géotraitement qui prennent en charge le traitement parallélisé de vos données sur votre porte bureautique. Ces traitements parallèlisés exploitent les capacités de calcul de votre machine pour obtenir des performances plus rapides et une meilleure évolutivité que les outils classiques des boîtes à outils d'ArcGIS. Pas de magie dans ces nouveaux outils, mais plutôt de l'innovation basée sur les possibilités offertes par les stations de travail actuelles. Le principe consiste à diviser une tâche de traitement volumineuse en tâches de traitement plus petites qui peuvent être traitées en parallèle en utilisant plusieurs processeurs, cœurs ou processus en même temps, ce qui entraîne souvent un temps de traitement global plus rapide.   
         Dans la version ArcGIS Pro 2.4, Esri a poursuivi les travaux dans ce sens et propose une nouvelle boîte à outils "Outils GeoAnalytics Desktop" pour fournir encore plus d'outils de traitement parallélisé. La particularité de ces outils c'est qu'ils exécutent des analyses via le framework Apache Spark, en local sur l'ordinateur exécutant ArcGIS Pro.

      Spark est un framework Open Source de calcul distribué. Il s'agit d'un ensemble d'outils et de composants logiciels structurés selon une architecture définie. Développé à l'université de Californie à Berkeley, Spark est aujourd'hui un projet de la fondation Apache largement adopté (concurrent à d'autre framework comme Hadoop) car il est un des plus performants framework applicatif de traitement big data pour effectuer des analyses complexes.

      Ces traitements parallèlisés sont prêts à l'emploi dans ArcGIS Pro, sans nécessiter aucune installation supplémentaire. La boîte à outils "GeoAnalytics Desktop" contient 15 outils en version 2.4 et 19 outils en version 2.5. D'autres outils arriveront à chaque nouvelle version de Pro. On notera que vous aurez besoin d'une licence ArcGIS Pro Advanced (ou un utilisateur GIS Professional Advanced) pour accéder à ces outils.
        GeoAnalytics Server a été publié dans ArcGIS Enterprise 10.5 et, depuis cette première version, a régulièrement été complété de nouveaux outils et des algorithmes supplémentaires pour vous aider à analyser, gérer et explorer les Big-Data. Désormais, ces mêmes algorithmes sont disponibles dans GeoAnalytics Server avec ArcGIS Enterprise et dans GeoAnalytics Desktop avec ArcGIS Pro.  Cela signifie que vous pouvez désormais accéder aux puissantes fonctionnalités de GeoAnalytics dans deux environnements:
      • Outils GeoAnalytics Server: Propose des traitements distribués sur plusieurs cœurs de différentes machines serveur avec ArcGIS Enterprise
      • Outils GeoAnalytics Desktop: Propose des traitements distribués sur plusieurs cœurs de votre ordinateur exécutant ArcGIS Pro
          Les outils GeoAnalytics Desktop ne remplacent pas les outils GeoAnalytics Server. Ils répondent à des cas d'usage et des profils d'utilisateurs souvent différents. Ci-dessous, je vous propose quelques éléments pour faire le bon choix:   Vous utiliserez GeoAnalytics Server lorsque vous souhaiterez:
      • Proposer des capacités d'analyse du Big Data à l'ensemble de votre organisation
      • Tirer parti de la puissance de calcul d'une ou de plusieurs machines serveur
      • Connecter des espaces de stockage externes de Big-Data (Cloud, HDFS, Hive, ...) et aux couches SIG très volumineuses déjà existantes dans ArcGIS Enterprise (SpatioTemporal Big-Data Store)
      • Étendre le traitement distribué pour réaliser une analyse personnalisée (pipelines avec PySpark)
      • Accéder aux outils d'analyse de GeoAnalytics depuis différents types de clients: un navigateur web, ArcGIS Pro ou via l'API Rest ArcGIS
       
      Vous utiliserez GeoAnalytics Desktop lorsque vous souhaiterez:
      • Traiter des données volumineuses locales (à partir de Géodatabases Fichier et Entreprise, des Fichiers de formes) plus rapidement qu'auparavant sur votre propre ordinateur
      • Prototyper des flux de travail que vous voulez utiliser déployer sur GeoAnalytics Server
      • Intégrer la dimension temporelle dans une analyse spatiale existante sur une volumétrie importante de données
       
      Le tableau ci-dessous présente un peu plus d'éléments techniques sur l'usage de l'un ou de l'autre:
            Comme tous les outils d'analyse que vous connaissez, le temps de traitement des outils de GeoAnalytics varient en fonction de la complexité des outils et des paramètres, mais aussi en fonction de facteurs liés à la donnée tels que la volumétrie ou la distribution des données. Certes, il n'y a pas de règle un nombre d'entités ou une volumétrie de données précises définissant le seuil des Big-Data et donc à quel moment envisager GeoAnalytics Server. Cependant, on peut considérer que GeoAnalytics Desktop Tools permet de gérer jusqu'à quelques dizaines de millions d'enregistrements.

      Pour certains outils plus simples, tels que l'agrégation de points, GeoAnalytics Desktop dans Pro peut traiter des volumétries au-delà de cette taille. Pour des algorithmes plus complexes, comme la recherche de clusters de points, considérez que vous pourrez traiter de quelques millions à une dizaine de millions d'entités. Si vos jeux de données sont plus volumineux, il faudra alors envisager une véritable architecture distribuée offrant un meilleur contrôle de la quantité de ressources allouées à l'analyse avec GeoAnalytics Server.

      Plus d'infos sur GeoAnalytics Desktop dans cette page de la documentation d'ArcGIS Pro.
      Plus d'infos sur GeoAnalytics Server dans cette page de la documentation d'ArcGIS Enterprise.
        
    • sur Matrice des fonctionnalités ArcGIS Enterprise 10.8

      Posted: 2 March 2020, 11:37am CET
      Comme je l'évoquais dans cet article, a version 10.8 d'ArcGIS Enterprise est désormais disponible. Esri vient donc de publier une version actualisée de la matrice de fonctionnalités d'ArcGIS Enterprise. Il s'agit d'un document synthétique reprenant les principales fonctionnalités par niveau de licence (Basic, Standard et Advanced) et pour les différents composants (Serveur SIG, Portail, Rôles serveur complémentaires et extensions).            Le document intègre les capacités relatives aux différents types d'utilisateurs introduits en 10.8 mais également des informations actualisées concernant:
      • les versions des SGBD supportés
      • les environnements Cloud sur lesquels ArcGIS Enterprise est déployable
      • les versions des services web OGC et Open supportés
      • les standards de sécurité implémentés

      Vous trouverez le fichier PDF à cette URL.
    • sur Esri lance l'initiative "#COVID-19 GIS Hub"

      Posted: 1 March 2020, 4:01pm CET
      Pour aider les organisations concernées par la surveillance et l'anticipation de décision relative au Coronavirus Covid-19, Esri propose l'initiative "#COVID-19 GIS Hub" dans le cadre de son programme "Disaster Response". 

      Cette initiative, concrétisée par ce site ArcGIS Hub,  propose une série d'applications et de tableaux de bord déjà disponibles et un catalogue de données SIG pertinentes pour le traitement de cette crise. Au delà de ces ressources, le programme "Disaster Response" d'Esri permet d'obtenir de l'aide également en terme de dotations logicielles.   
      Si vous pensez être concerné, rendez-vous sur cette page: go.esri.com/coronavirus



    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 29 February 2020, 3:48pm CET
      Exceptionnellement cette semaine, je vous propose un coup de projecteur sur une seconde narration cartographique qui est en lien avec le même sujet que mon article de ce matin: l'épidémie du Coronavirus Covid-19. Ce récit de Raphaèle Minconé (étudiante journaliste) nous rappelle qu'après la Chine, l'Iran est le deuxième pays le plus touché en nombre de décès coronavirus. 
         
      En quelques jours, l'Iran est devenu le principal foyer de l'épidémie au Moyen-Orient. Une situation de crise non sans conséquences pour les pays voisins. Comme l'illustre une des cartes de cette Story Map, des cas ont été détectés en Israël, au Liban, aux Émirats arabes unis, en Irak, au Koweït et au Bahreïn.        Réalisée à l'aide d'ArcGIS StoryMaps et d'un compte ArcGIS Online public (gratuit), cette application illustre bien les capacités de cartographie (cartes express) et les contenus que l'on peut intégrer dans une Story Map sans souscription ArcGIS Online. Comme l'application, les cartes et les images sont stockées sur la plateforme ArcGIS Online.  Bon week-end !
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 29 February 2020, 12:35pm CET

      En cette fin de semaine, le coronavirus Covid-19 gagne inexorablement du terrain en France. Le virus continue en effet de faire de nouvelles victimes dans le monde et on ne compte plus les événements annulés, la chute des marchés boursiers qui semblent n'être que le début des conséquences de la propagation du coronavirus. Pour ces raisons, l'Organisation Mondiale de la Santé a relevé le niveau de la menace à son degré maximum. Alors qu'en France, au moment de la publication de mon article, le nombre de cas vient de dépasser les 50, il est évident que ce chiffre va largement s'accélérer durant le week-end.   J'ai donc décidé de reprendre mon tableau de bord réalisé avec Operations Dashboard for ArcGIS pour mettre en évidence et suivre en temps-réel les évolutions de la situation ces derniers jours en Europe. 

      Parmi les évolutions apportées, j'ai ajouté la capacité de filtrer l'ensemble du tableau de bord par pays, y compris pour les statistique chronologiques. J'ai également réalisé une seconde version mieux adaptée aux écrans de téléphones mobiles. Cette dernière reprend les principaux indicateurs sauf ceux relatifs aux mesures de restriction prises dans les aéroports.  


      Bon week-end !
    • sur Les nouveautés d'ArcGIS Enterprise 10.8

      Posted: 28 February 2020, 11:14am CET
      En ligne avec le calendrier annoncé en début d'année, la version 10.8 d'ArcGIS Enterprise est disponible depuis quelques jours. Cette version majeure propose à la fois des innovations et des améliorations sur l'ensemble des composants de la solution serveur de plateforme ArcGIS, notamment les capacités fonctionnelles, l'administration des données, des cartes et des applications.       Ce article présente les points les plus notables de cette nouvelle version. Je vous proposerai  ultérieurement des articles sur certains aspects spécifiques pour approfondir des évolutions tels que les sites ArcGIS Enterprise, le mode lecture seule, ArcGIS Mission et bien plus encore.    Support d'ArcGIS Enterprise 10.8  Il est tout d'abord important de noter qu'ArcGIS Enterprise 10.8 est une version STS (Short-Term Support). La version 10.8.1 (juillet 2020) sera quand à elle une version LTS (Long-Term Support). Pour plus d'informations sur les cycles de vie de la prise en charge d'ArcGIS Enterprise, visitez la page Mise à jour du cycle de vie des produits ArcGIS Enterprise.      Administration d'ArcGIS Enterprise   Mode "lecture seule"  Le mode "lecture seule" permet désormais de figer votre environnement ArcGIS Enterprise afin que les administrateurs puissent effectuer des opérations de maintenance du système, installer des correctifs pour effectuer des mises à jour sans faire subir de temps d'interruption de service ou de perte de données. Le mode "lecture seule" existait auparavant individuellement pour certains composants d'ArcGIS Enterprise comme ArcGIS Server et ArcGIS Data Store (et continue d'ailleurs d'exister). Cependant, le fait de mettre ces composants en mode lecture seule n'empêchait pas certaines opérations telles que la modification des données dans le portail ArcGIS et ne s'appliquait pas, par exemple, au serveur d'hébergement.
      Avec la version 10.8, vous pouvez mettre, en une seul manipulation, tous les composants d'ArcGIS Enterprise en mode "lecture seule". Ue fois dans ce mode, les utilisateurs peuvent se connecter et afficher des contenus d'ArcGIS Enterprise, mais ils ne peuvent pas modifier les données, créer ou enregistrer des éléments comme les cartes web ou encore mettre à jour les paramètres de configuration du portail ArcGIS. Pour une liste complète des opérations autorisées et bloquées, consultez la rubrique d'aide "Read-only mode"  dans ArcGIS Enterprise.   En tant qu'administrateur, vous pouvez mettre ArcGIS Enterprise en mode "lecture seule" dans l'interface Rest ou le Portal Administrator Directory (illustrée ci-dessous). Vous pourrez personnaliser le message affiché aux utilisateurs une fois qu'une action est empêchée en raison du mode "lecture seule".  
      Mettre son ArcGIS Enterprise en mode "lecture seule"

      Affichage de l'avertissement à l'utilisateur lorsque votre ArcGIS Enterprise
      est en "lecture seule"
            Bannière d'information
      Beaucoup d'administrateurs souhaitaient pouvoir afficher une bandeau personnalisé dans leur portail ArcGIS Enterprise ou ArcGIS Online pour informer les utilisateur d'une information importante liée à l'activité du portail (perturbation ou restriction de certains services, mise à jour planifiées, changement de version, ...).
      Avec la nouvelle bannière d'informations, vous pouvez afficher un message statique qui apparaît pour chaque utilisateur en haut ou en bas de chaque page du portail Enterprise. Votre bannière peut informer les utilisateurs de la maintenance du système à venir, diriger les utilisateurs vers de nouvelles ressources ou informations, ou même être utilisée pour distinguer votre environnement ArcGIS Enterprise de votre organisation ArcGIS Online.       La nouvelle bannière d'informations s'affiche en haut et en bas de chaque onglet de votre portail d'entreprise. Pour plus d'informations, consultez la rubrique d'aide Configurer les paramètres de sécurité > bannière d'informations
          Notification de connexion
      De la même manière, vous avez demandé des options pour afficher une notification aux utilisateurs au moment de leur connexion au portail.    Une fois configurée, la notification de connexion apparaît sous forme de boîte de dialogue à chaque fois qu'une personne accède à votre portail ArcGIS Enterprise. Avant d'accéder à la ressource demandée, l'utilisateur doit accepter la notification. Si la notification est refusée, l'utilisateur ne peut pas accéder à la page souhaitée. Il pourra s'agir d'une notification uniquement pour les membres 
         Pour plus d'informations, consultez la rubrique cette rubrique de l'aide en ligne.
        Nouveaux événements de webhook
      Les webhooks permettent d'émettre des événements lorsque certaines opérations se produise dans votre portail ArcGIS Enterprise (ajout/suppression d'un utilisateur, ajout/suppression d'un contenu, ....). Ils sont utilisés pour envoyer des e-mails, des SMS et d'autres notifications aux utilisateurs et aux applications lorsque ces événements se produisent. Un exemple pourrait être: lorsqu'un nouvel élément est ajouté à un groupe, j'informe les responsables de ce groupe par e-mail afin qu'ils soient au courant de la mise à jour.
      En version 10.8, de nouveaux déclencheurs de webhooks sont disponibles sur la création, la mise à jour ou la suppression des rôles d'utilisateur. Une autre amélioration des webhooks en 10.8 c'est la possibilité de s'abonner à des événements spécifiques sur tous les éléments, tous les groupes ou tous les utilisateurs.
      Pour plus d'informations, consultez cette rubrique de l'aide en ligne.
         Mises à jour du gestionnaire de serveur
      Certaines petites mises à jour du gestionnaire de serveur (Server Manager) facilitent désormais la recherche, notamment de services. Les mises à jour incluent la possibilité de rechercher vos services par type d'instance (partagée ou dédiée) mais aussi par auteur (propriétaire). 
         
      Données, publication et services
       
      De nombreuses évolutions ont été apportées à la gestion des données et la publication de services en 10.8. Voici quelques point notables:
       
      De nouvelles options permettent aux administrateurs de portail Enterprise 10.8 de créer des éléments de type "Data Store" pour référencer des Data Store existants (par exemple des Géodatabase Enterprise, des points de partage de fichiers, ...) directement dans le portail. ceci permet ensuite de réaliser des opération comme la publication en batch de services.
       
      ArcGIS Enterprise 10.8 supporte désormais Oracle 19c et IBM Db2 V12 for z/OS.
       
      Les requêtes Rest sur les couches d'entités peuvent dorénavant renvoyer des résultats en GeoJSON (RFC7946).
       
      Vous pouvez désormais tirer parti de symbologies plus complexes en publiant des couches d'images de carte hébergées (hosted image map layers) à partir de vos couches d'entités hébergées et de couches d'entités spatio-temporelles hébergées à l'aide d'ArcGIS Pro 2.5. Ces couches d'images de carte hébergées sont rendues sur les machines ArcGIS Enterprise et fourniront de meilleures performances pour les gros volumes de données. A noter que les couches d'images de carte hébergées fournissent un accès en lecture seule aux données, ce qui signifie que vous pouvez partager la couche d'images de carte hébergée avec un public plus large.
       
      Les couches d'entités hébergées incluent maintenant des champs gérés par le système qui stockent les valeurs de longueur et de surface pour les entités linéaires et surfaciques. 
       
      Pour aider les utilisateurs à déterminer comment utiliser, représenter et modifier les données dans les couches d'entités hébergées, vous pourrez désormais ajouter des descriptions et définir les types de valeurs qui doivent être stockées dans chaque champ.
       
                   Couches de tuiles vectorielles
         ArcGIS Enterprise 10.8 apporte deux nouvelles options intéressantes pour les couches de tuiles vectorielles. La première est une amélioration du workflow de publication permettant de remplacer les couches de tuiles vectorielles existantes. L'opération "Remplacer la couche" permet de remplacer le contenu d'une couche de tuiles vectorielles hébergée par le contenu d'une nouvelle couche de remplacement tout en conservant la même URL pour l'élément et ainsi éviter toute interruption de service sur cette couche. L'ancienne est soit conservée sous un nom et une url différentes, soit supprimée. Vous serez également averti lorsque la couche de tuile vectorielle actuelle et la couche de remplacement ne correspondent pas.
         
           Les évolutions sur les couches de tuiles vectorielles ne s'arrêtent pas là. En effet, à partir de la version 10.8, ArcGIS Enterprise intègre l'éditeur de styles permettant de personnaliser les styles des couches de tuiles vectorielles. Depuis la visionneuse de cartes, vous pourrez ouvrir la nouvelle application "ArcGIS Vector Tile Style Editor".

         L'éditeur de styles des tuiles vectorielles est un outil très puissant pour améliorer et diversifier vos rendus cartographique, en particulier pour vos fonds de carte. Il vous permet de modifier les styles de rendu de vos couches vectorielles et des fonds de carte (ceux d'Esri ou les vôtres) afin de mieux répondre aux différents besoins de cartographie selon vos cibles d'utilisateurs, vos différents métiers, vos types applications, ...        Améliorations 3D
      Dans cette version 10.8, de nombreuses améliorations de performance relatives aux couches de scène déjà intégrées sur ArcGIS Online font leur arrivée dans ArcGIS Enterprise. La visionneuse de scène de votre portail charge les couches de scène de photomaillages (Textured Mesh Scene Layers), les couches de scènes d'objets 3D (3D Objects Scene Layers) et les couches de scène de bâtiments (Building Scene Layers) jusqu'à quatre fois plus rapidement. De plus, l'affichage des couches de tuiles vectorielles offrent de bien meilleures performances lors de la navigation dans les scènes 3D.     Dans la visionneuse de scène, de nouveaux styles de "Smart-Mapping" vous permettent de représenter vos lignes et vos polygones en 3D avec de nouvelles options. Par exemple, vous pouvez créer des bâtiments par extrusion 3D basée sur des attributs à partir des emprises 2D de ces bâtiments et les colorer par un attribut (par exemple ici la date de construction).
         
                   Vous pouvez désormais afficher des fenêtres contextuelles sur les couches de scènes de nuage de points et même sélectionner des points individuels pour inspecter leurs propriétés afin de voir les attributs, tels que l'élévation.
           
              Dans vos scènes, vous pouvez désormais utiliser un type de rendu spécifique pour les surfaces en eau qui peut être animé (voir illustration ci-dessous).
         
          Vous pourrez aussi profiter de librairies de symboles 3D avec de nouveaux modèles 3D tels que les vélos, les bornes d'incendie, ....  pour donner vie à vos scènes.
         
         Nouveaux modèles d'application configurables
      Trois nouveaux modèles d'application configurables, déjà présents sur ArcGIS Online, sont disponibles dans le portail d'ArcGIS Enterprise 10.8:
      - Visionneuse de pièces jointes,
      - À proximité
      - Recherche de zone.

      L'application "Visionneuse de pièces jointes" est conçue pour mettre en évidence les pièces jointes de vos données directement dans votre carte, qu'il s'agisse de photos, de vidéos ou de fichiers PDF. Avec une expérience de navigation intuitive entité par entité, c'est un moyen rapide de visualiser toutes les pièces jointes liées à vos entités.         L'application "À proximité" permet de découvrir ce qui se trouve à proximité d'une position courante et comment se rendre aux points d'intérêts trouvés. Vous pouvez rechercher les services les plus proches (écoles, commerces, parcs, équipements sportifs, lieux touristiques, .....) et même spécifier la distance que vous êtes prêt à parcourir (à pieds, en vélo, en voiture) 
          L'application "Recherche de zone" aide les utilisateurs à déterminer si l'emplacement sélectionné se situe dans des zones prédéfinies. Il leur renvoie également des informations sur cette zone particulière, telles que des informations sur des bureaux par exemple.
              Nouveaux widgets Web AppBuilder
      Les améliorations apportées à ArcGIS Web AppBuilder dans 10.8 incluent des nouveaux widgets, et des améliorations sur les widgets et les thèmes existants.
          On notera le nouveau widget "Business Analyst", le widget "Requête et Filtre" et "Notification publique". Le widget "Business Analyst" génère des infographies, en plus des rapports classiques. Le widget "Requête et Filtre" vous permet d'effectuer une requête sur une combinaison de champs de date et d'heure.
         
      Vous pourrez configurer le widget "Notification publique" qui permet aux autorités locales d’identifier un ensemble de propriétés et de créer des étiquettes de publipostage (ou un fichier de texte structuré) pour les propriétaires et les occupants.
       
      Désormais le widget permet d'ajouter des noms de champs dans le fichier CSV.   
          Sites ArcGIS Enterprise
      Les sites ArcGIS Enterprise constituent un excellent moyen de présenter vos cartes, vos données et vos applications à un large public à l'aide de sites web et de pages web totalement personnalisées et adaptées à la charte graphique de votre organisation. La première mise à jour importante apportées dans ArcGIS Enterprise 10.8 concerne l'interface utilisateur. Vous découvrirez désormais un affichage simplifié pour la création et la gestion de tous vos sites. Vous constaterez aussi qu'il est beaucoup plus simple de créer un nouveau site et de le configurer en quelques secondes.

           Également en 10.8, vous pouvez voir rapidement combien de sites ont été créés, y compris leur URL et combien de pages font partie de chaque site.   
         Une autre évolution concerne la possibilité de cloner un site existant de votre portail. C'est une fonctionnalité intéressante car elle fait gagner parfois beaucoup de temps et permet d'avoir une conception et une mise en page cohérente entre tous vos sites web.   
             Vous pouvez cloner un site en cliquant sur le bouton illustré ci-dessous. Cela crée un site entièrement nouveau qui a exactement la même apparence. Vous pouvez ensuite ajouter vos données, noms, couleurs, déplacer quelques éléments ou autrement ajuster de la manière souhaitée.
      Enfin, on notera qu'il est dorénavant possible d'affecter des droits d'administration site par site. Lors de la création d'un site en 10.8, deux groupes sont créés automatiquement. Le groupe "Contenu " est destiné aux éléments affichés sur le site. Le groupe "Equipe principale " destiné aux administrateurs du site. Les membres du groupe "Equipe principale" peuvent modifier et mettre à jour le contenu et la structure du site.               Améliorations sur la gestion des groupes

      De nouvelles options sont disponibles pour les groupes dans votre portail d'entreprise. En tant que propriétaire et/ou gestionnaire de groupe, vous pouvez choisir de masquer la liste des membres du groupe dans l'onglet "Membres" de la page du groupe lors de la création d'un nouveau groupe.
      Par exemple cette nouvelle capacité peut être utile pour une commune qui diffuse des contenus a plusieurs entrepreneurs de différentes sociétés dans un groupe. Les entrepreneurs peuvent tous avoir accès aux mêmes données partagées dans le groupe, mais n'ont pas besoin de connaître les autres contacts des autres sociétés ayant également accès à ces données.
      En outre, comme sur ArcGIS Online, la notion de groupe d'administration est désormais disponible,. Ces groupes garantissent que les membres ne peuvent pas quitter le groupe, sauf s'ils sont supprimés par le propriétaire du groupe ou un gestionnaire du groupe.   
             L'expérience a été améliorée pour inviter des membres à un groupe. Vous pouvez désormais rechercher des membres par nom, type d'utilisateur, rôle et groupe (ce qui pourrait être particulièrement utile si vous nommez vos groupes administratifs d'après les départements, bureaux, régions ou emplacements). Cette évolution de l'interface est particulièrement utile lors de l'ajout de plusieurs membres au groupe à la fois.   
      Evolutions sur les rôles serveur

      Il existe de nombreuses nouvelles capacités et mises à jour intéressantes concernant les différents les rôles serveur en version 10.8. J'en liste ci-dessous seulement quelques unes.
      ArcGIS GeoAnalytics Server

      ArcGIS GeoAnalytics Server (traitement des Big-Data) inclut désormais le nouvel outil "Find Dwell Locations", qui identifie les zones avec peu ou pas de mouvement. L'outil "Find Point Clusters" inclue désormais la dimension temporelle des données. Pour les analystes qui doivent réécrire les résultats de leur analyse Big-Data dans des formats de stockage externes, vous noterez le support du format de stockage d'objets blob Azure en plus des autres Data Store Big-Data pris en charge dans les versions précédentes. Pour une liste des nouveautés, consultez cette page de l'aide relative à ArcGIS GeoAnalytics Server.


      ArcGIS GeoEvent Server 

      Pour ceux qui débutent avec ArcGIS GeoEvent Server (suivi et traitement de flux de données temps réel), un nouveau guide de démarrage rapide est disponible. Lorsque vous utilisez GeoEvent, vous verrez que de nombreuses améliorations ont été apportées à l'ergonomie du concepteur de services dans le "GeoEvent Manager". Vous remarquerez que désormais les entrées et les sorties sont arrêtées par défaut une fois créées.
         
         
      En version 10.8, Esri a introduit de nombreuses options d'aide au déboggage sur vos flux de données, avec la possibilité de visualiser plus facilement les données reçus/envoyées y compris pour leur composante cartographique le cas échéant.
       

      Pour une liste des nouveautés, consultez cette page de l'aide relative à GeoEvent Server.


      ArcGIS Image Server 

      ArcGIS Image Server (analyse et traitement d'images et publication de gros volumes de données rasters) comprend de nouveaux outils et tâches d'analyse raster multidimensionnelle ainsi que des améliorations sur le module OrthoMaker. Pour une liste des nouveautés, consultez cette page de l'aide relative à ArcGIS Image Server.

      Dans ArcGIS Notebook Server (Data Science et administration des données avec Python), il existe une nouvelle interface nommée "Notebook Manager" pour gérer vos notebook. Vous pourrez également réduire des sections dans votre notebook et planifier l'exécution de vos notebooks. Pour plus d'informations sur les nouveautés d'ArcGIS Notebook Server, assurez-vous de consulter les nouveautés d'ArcGIS Notebook Server.

            ArcGIS Mission
      ArcGIS Mission est une nouvelle solution (premium) qui apporte aux organisations la connaissance et la compréhension d'un théâtre d'opération en temps réel. ArcGIS Mission permet de suivre et d'organiser des missions opérationnelles avec des collaborateurs se trouvant sur le terrain. Différents outils collaboratifs d'ArcGIS Mission permettent aux utilisateurs de créer, de partager et de superviser leurs missions en temps réel, de fournir des cartes et d'autres documents aux intervenants pour les opérations, etc.
       
         ArcGIS Mission se compose d'un rôle serveur (ArcGIS Mission Server) prenant notamment en charge les capacités de collaboration peer-to-peer, une application web de supervision temps-réel des missions (ArcGIS Mission Manager) et une application mobile (ArcGIS Mission Responder) utilisée par les intervenants sur le terrain.   
         Mises à jour de la documentation

      Des mises à jour importantes ont été apportées à la documentation et aux ressources d'ArcGIS Enterprise. Un exemple est la nouvelle page relatives aux applications , qui met en évidence les différents types d'applications pouvant être utilisées avec ArcGIS Enterprise. D'autres ajouts issus également de vos retours incluent des rubriques d'introduction comme celle sur les services dans ArcGIS Enterprise ou celle sur les services et les éléments de contenu des portails ArcGIS. Ces sujets et d'autres sont tous inclus dans le nouvel onglet "Essentials".

         Pour l'instant l'aide en ligne est encore en anglais, elle sera disponible en français d'ici quelques semaines (normalement 6 à 8 semaines).


      Ressources supplémentaires
       
      Difficile d'énumérer ici toutes les ressources supplémentaires disponibles pour maîtriser ArcGIS Enterprise 10.8 mais retenez qu'elles sont quasiment toutes accessibles depuis le point d'entrée incontournable: la page d'accueil de l'aide en ligne.
      Je vous recommande également de suivre le séminaire web organisé par Esri France et présenté par mon collègue Sébastien Szollosi le 3 mars prochain à 14:30. Il reviendra en détails sur certaines de ces nouveautés avec différentes démonstrations. Toutes les informations se trouvent ici.
    • sur Se préparer à l'évolution majeure de sécurité sur ArcGIS Online

      Posted: 27 February 2020, 3:43pm CET
      Toutes les organisations ArcGIS Online instanciées depuis septembre 2018, par défaut, n'autorisent que la communication [HTTPS] (chiffrée) pour la diffusion et l'accès aux contenus de leur portail.  Cependant, certaines organisations n'ont pas encore opté pour cette stratégie de n'utiliser que des accès [HTTPS] pour leurs services web. Si votre organisation ArcGIS Online utilise déjà [HTTPS] et si aucun système externe n'accède à vos services en [HTTP,] cet article ne vous concerne pas. Dans le cas contraire je vous recommande de lire les informations ci-dessous.
                    Les organisations qui n'appliquent pas encore le protocole "HTTPS only" sur leur portail doivent commencer dès maintenant à s'y préparer car à partir du 15 septembre 2020, ArcGIS Online appliquera l'exclusivité du protocole [HTTPS] pour toutes les organisations. Cette évolution vise à améliorer la sécurité des données échangées depuis la plateforme ArcGIS Online et répondre ainsi aux exigences de sécurité imposées par les DSI et appliquées progressivement sur toutes les plateformes Cloud en France et dans le Monde avec l'implémentation du standard HTTP Strict Transport Security (HSTS).
      La transition vers le mode "HTTPS only" peut s'avérer une tâche importante pour les utilisateurs partageant encore des services en HTTP et pour ceux ayant construit des cartes/scènes web et des applications avec des références à leurs services en HTTP que ce soit sur ArcGIS Online mais aussi dans des applications externes. Pour faciliter cet effort, Esri a mis en ligne une version mise à jour d'ArcGIS Online Security Advisor qui inclut un outil de vérification des références HTTP dans les éléments de contenus d'un portail ArcGIS Online. Pour utiliser cet outil, il suffit que l'administrateur de votre organisation ArcGIS Online se rende le site ArCGIS Trust Center et qu'il clique sur le bouton "Launch Security Advisor" (situé dans le coin supérieur droit de la page).
       
      ">[HTTPS_Only.png">] [HTTPS_Only.png"] />  Il pourra tout d'abord vérifier que l'organisation applique actuellement le protocole [HTTPS.] Ensuite, il pourra utiliser le nouvel outil "HTTP checker" pour effectuer la recherche des références HTTP au sein des contenus de l'organisation afin que vous puissiez ensuite les corriger rapidement.

      Un script exploitant l'API Python ArcGIS peut également être utilisé à la fois sur ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise pour retrouver les éléments de contenus utilisant des références HTTP qui doivent être corrigées en [HTTPS.  ]
    • sur Field Service Management : plongée dans le quotidien du technicien de demain

      Posted: 27 February 2020, 11:33am CET by Christian Brunet
      plongée dans le quotidien du technicien de demain

      La gestion des interventions sur site connaît des évolutions rapides et cela va encore s’accélérer grâce à la généralisation et à la convergence de technologies qui vont profondément changer l’organisation des entreprises et, de ce fait, le quotidien de ceux qui interviennent sur le terrain – que ce soit à des fins d’installation, de maintenance, de réparation, d’inspection ou d’expertise. Pour les analystes du marché du Field Service Management, il ne fait aucun doute que les entreprises qui veulent rester performantes et se démarquer en matière d’intervention sur site vont devoir poursuivre leurs investissements dans des technologies leur permettant à la fois de :

    • sur Une nouvelle version 1.1 de la spécification I3S est adoptée par l'OGC

      Posted: 24 February 2020, 10:44am CET
      J'ai déjà évoqué sur ce blog l'adoption par l'OGC des spécifications ouvertes I3S proposées par Esri pour l'échange et le streaming de couches 3D sur le web. L'Open Geospatial Consortium (OGC) a annoncé, le 11 février dernier, l'approbation de la version 1.1 de la spécification des couches de scènes (I3S) et d'empaquetage de scènes 3D (SLPK) en tant que standard de communauté OGC, plus communément appelée I3S.       I3S permet le streaming et le stockage de grandes quantités de données géographiques 3D. Un jeu de données I3S, appelé couche de scène, peut contenir des millions d'objets 3D avec leurs attributs, des maillages de surface texturés, des points 3D symbolisés ou des milliards de données en nuages ??de points couvrant de vastes zones géographiques. Conçue pour des performances optimum et une évolutivité (notion de profil I3S), une couche de scène permet l'encodage et la transmission efficaces de divers types de contenu géospatial pour une expérience de visualisation interactive sur des navigateurs web, des applications natives mobiles ou bureautiques. Le format d'empaquetage d'I3S permet également la prise  d'accès en mode connecté ou déconnecté. Une couche de scène est accessible sous la forme d'un service web (Rest/JSON) ou d'un paquetage de scène (SLPK), un format d'échange basé sur des fichiers.   Les modifications incluses dans la version 1.1 de la norme communautaire OGC I3S comprennent:
      • Ajout du type PCSL (Point Cloud Scene Layer). Un PCSL est conçu pour afficher rapidement de grands volumes de données de nuages ??de points (Lidar par exemple) pouvant être symbolisés et filtrés. Un PCSL, en plus d'être évolutif, permet une découverte et une sélection rapides du niveau de détail approprié par une application cliente, qu'elle soit consommée sur une plate-forme mobile, web ou bureautique.
      • Pour les types de couches existants, l'ajout des boîtes de délimitation orientées (Oriented Bounding Box) comme volume minimum de délimitation, des règles de domaine d'attribut spécifiant un schéma d'attributs et une table de hachage d'index pour les paquetage de couches de scène afin d'améliorer les performances d'accès aux fichiers du cache.
      • Nombreuses mises à jour et corrections pour améliorer la lisibilité de la documentation de la spécification I3S.

      Pour plus d'infos, vous pouvez consulter ici l'annonce de l'OGC. Comme pour toute norme OGC, la norme de communauté I3S est ouverte et donc téléchargeable gratuitement. Les développeurs, producteurs de données et utilisateurs intéressés peuvent consulter et télécharger la description de ce standard OGC à partir de la page des normes de la communauté I3S de l' OGC .  
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 22 February 2020, 4:03pm CET

      En faisant ma sélection de Story Maps hebdomadaire, j'ai découvert cette semaine plusieurs récits présentant l'oeuvre de différents artistes qui ont marqué l'histoire de la peinture à des époques et dans des styles très différentes. J'ai donc décidé de les référencer dans un groupe sur mon portail ArcGIS Online pour vous les présenter à travers une application de type "Bibliothèque minimale".

      Chaque récit est construit avec ArcGIS StoryMaps et présente le peintre et ses principales oeuvres.

      Bien que ces récits ne contiennent aucune cartographie, ces exemples illustrent une fois encore qu'ArcGIS StoryMaps est adapté à bien d'autres contextes.

    • sur ArcGIS 10.8 est disponible !

      Posted: 21 February 2020, 6:06pm CET

      Depuis la nuit dernière, ArcGIS est disponible en version 10.8. Cette nouvelle version 10.8 concerne les produits suivants:
      • ArcGIS Enterprise
        (interfaces en français, documentation en anglais pour le moment)
      • ArcGIS Desktop (ArcMap, ArcScene, ArcGlobe, ..)
        (interfaces et documentation en anglais pour le moment)
      • ArcGIS Engine
        (interfaces et documentation en anglais pour le moment)


      Les packages d'installation d'ArcGIS 10.8 sont conçus pour détecter et mettre à niveau une installation existante du même produit ArcGIS. Les paramètres de l'emplacement d'installation, du gestionnaire de licence (pour les licences flottantes) ou des informations d'autorisation (pour une utilisation unique) sont conservés pendant la mise à niveau. Vous pouvez consulter le guide d'installation pour plus d'informations sur les mises à niveau et les nouvelles installations.
      Licences fixe ArcGIS 10.8
      Si ArcGIS 10.8 doit être installé sur une machine différente de celle sur laquelle un produit ArcGIS 10.x précédent est actuellement installé et que vous souhaitez utiliser le numéro d'autorisation ArcGIS 10.1–10.7.1 existant pour ArcGIS 10.8, la version antérieure du produit ArcGIS 10.x doit d'abord être retiré avant d'autoriser ArcGIS 10.8.
      Licences flottante ArcGIS 10.8  Le mécanisme de protection d'ArcGIS Desktop 10.8 et l'utilisation simultanée d'ArcGIS Engine 10.8 nécessite l'installation d'ArcGIS License Manager 2019.2 pour prendre en charge ces produits.  Les numéros d'autorisation ArcGIS 10.1–10.7.1 existants fonctionnent avec ArcGIS Desktop et ArcGIS Engine 10.8.  Les numéros d'autorisation ArcGIS Enterprise 10.7–10.7.1 existants ne fonctionneront pas avec ArcGIS Enterprise 10.8. Vous devez obtenir un numéro d'autorisation 10.8.   Obtention des numéros d'autorisation du logiciel
      Si nécessaire, le contact principal de maintenance de votre compte peut obtenir des numéros d'autorisation sur my.esri.com . Après vous être connecté avec votre compte Esri, cliquez sur Mes organisations > Licences > Afficher les autorisations . Cliquez sur un nom de produit pour obtenir son numéro d'autorisation.
      • Pour ArcGIS Desktop et ArcGIS Engine 10.8, la version de licence sur les autorisations éligibles pour une utilisation avec cette version s'affichera comme 10.1–10.8.
      • Pour ArcGIS Enterprise, la version de licence sur les autorisations éligibles pour une utilisation avec cette version s'affichera comme 10.8.

           Télécharger ArcGIS 10.8   Pour télécharger votre logiciel Esri, connectez-vous à my.esri.com avec votre compte Esri puis cliquez sur Mes organisations> Téléchargements. Cliquez ensuite sur Afficher les téléchargements pour le produit que vous souhaitez télécharger.


      Si vous avez besoin d'une assistance technique pour utiliser ArcGIS 10.8, une documentation en ligne est disponible sur doc.arcgis.com. Si vous avez besoin d'une assistance technique supplémentaire, vous pouvez contacter le service de support d'Esri.    ArcGIS Pro
      ArcGIS Pro suit un cycle de publication indépendant plus court le programme "core". Une nouvelle version 2.5 est disponible depuis quelques jours (voir cet article).
    • sur Découvrir les Notebooks dans ArcGIS Pro 2.5

      Posted: 21 February 2020, 8:45am CET

      Depuis la version 2.5 d'ArcGIS Pro, vous pouvez créer, modifier et enregistrer des documents de scripting (notebooks) Jupyter directement dans le contexte de votre projet ArcGIS Pro. Avec les Notebooks ArcGIS, vous disposez désormais de l'environnement de scripting et de documentation Jupyter dans votre interface de travail ArcGIS Pro, et ça change tout !
      Pour mémoire, un Notebook Jupyter est tout d'abord un document contenant à la fois des blocs de code Python (ou R) et le résultat étape par étape de leur exécution.

       
      Un notebook est cependant plus riche qu'un simple script car il contient également la description, la documentation et la visualisation des résultats de ces différents blocs de code. Ceci rend ainsi les notebooks facile à comprendre et à partager avec des collaborateurs.

       
          Vous avez donc désormais la possibilité, dans vos projets ArcGIS Pro, de créer des notebooks qui pourront exploiter l'environnement ArcPy et l'API Python ArcGIS pour interagir avec les couches de votre SIG qu'elles soient en local, sur vos serveurs de bases de données ou sur votre portail ArcGIS. que vous pouvez personnaliser et enrichit via le gestionnaire de packages Python, l'invite de commandes Python ou via Anaconda.

      Exemple de notebook analysant les couches SIG dans ArcGIS Pro

      Pourquoi utiliser des notebooks ArcGIS ?
      Cette intégration a pour objectif d'assurer une interactivité entre les contenus gérés dans ArcGIS Pro et les Notebooks Jupyter. Il y a de nombreux avantages  à utiliser des notebooks dans ArcGIS Pro:     
      • Gardez la connectivité entre Pro et Jupyter. Plutôt que de réaliser une partie de votre analyse dans ArcGIS Pro et une autre partie dans un environnement Jupyter séparé, vos Notebooks font partie intégrante de vos projets ArcGIS Pro et vous permettent de profiter, dès que vous en avez besoin, de la richesse et l'interactivité de cet environnement de scripting.
           
      • Collaboration plus facile entre les équipes SIG et les Data Scientists. Les notebooks ArcGIS dans Pro offrent aux experts SIG un environnement Python complet sans quitter l'interface ArcGIS Pro qui leur est familière. Vous pouvez facilement importer des notebooks existants (fichiers .ipynb) de toute votre organisation et disposer également d'un environnement intégré pour créer vos propres notebooks. Tout notebook créé dans ArcGIS Pro peut être exécuté dans un environnement Jupyter Open Source ou dans un notebook ArcGIS hébergé dans ArcGIS Enterprise ou ArcGIS Online (actuellement en version beta) dans la limite que les librairies utilisées dans le notebook sont disponibles dans ces autres environnements.
            
      • Accès plus pratique à Python et ses librairies Open Source L'intégration de librairie Open Source, notamment en ce qui concerne la partie scripting Python, est depuis longtemps une caractéristique d'ArcGIS Pro. Mais désormais, avec des notebooks Python intégrés, vous pouvez exploiter plus facilement tout ce que les nombreuses librairies de Data Science ont à offrir. Par exemple vous pourrez créer "data frame" avec Pandas, visualiser des données avec des librairies comme Matplotlib ou encore manipuler des ensembles de données volumineux à l'aide de Dask. L'interface très interactive des notebooks fournit des résultats pour chaque bloc, ce qui permet de débogguer chaque partie du script sans l'exécuter en entier. Cette approche par blocs (les "cellules") les rendent idéal pour l'analyse itérative et la découverte de données.
      • Travaillez étroitement entre les notebooks et l'interface utilisateur d'ArcGIS Pro. Vous pourrez utiliser ArcPy pour faire référence aux couches de votre projet ArcGIS Pro dans votre notebook et renvoyer les résultats d'une opération du notebook vers la Carte ou la Scène dans ArcGIS Pro. En plus de pouvoir se déplacer n'importe où dans l'interface de Pro, le panneau des notebooks peuvent être ancrés, ce qui vous permet de le lancer en plein écran ou de le placer à coté de vos cartes, graphiques et tables de données afin que vous puissiez voir l'intégralité des contenus dans un seul écran.
         
            
      • Automatisez votre travail. Un point important des notebooks ArcGIS dans Pro est de permettre l'automatisation des tâches répétitives et de pouvoir documenter ces flux de travail. Les notebooks peuvent être utilisés pour automatiser des processus de gestion, d'analyse ou de représentation de vos données et, lorsqu'ils sont connectés à un portail ArcGIS Online (ou ArcGIS Enterprise), peuvent être utilisés pour automatiser la publication, le partage et la gestion des contenus dans le SIG Web ainsi que son administration (utilisateurs, groupes, ...).
            
      • Créez des scripts plus facilement réutilisables. En utilisant des blocs (cellules) de documentation dans vos notebooks, vous pouvez contextualiser vos analyses en combinant du code avec des éléments visuels interactifs, des applications et du texte pour créer des flux de travail qui aident à communiquer l'intention et les résultats de l'analyse de manière à rendre votre travail plus réutilisable, adaptable et compréhensible que de partager le code Python seul.

        Prise en main des notebooks ArcGIS dans Pro  Dans ArcGIS Pro 2.5, vous pouvez créer ou ajouter un notebook à votre projet en accédant à Ila commande Insérer > Nouveau notebook. Vous nommerez alors votre nouveau notebook ou vous ajouterez un fichier .ipynb existant au projet.      Vous pouvez également créer votre notebook depuis le panneau "Catalogue" à l'aide d'un clic droit sur le dossier dans lequel vous souhaitez l'enregistrer.


      Une fois que vous avez ajouté le notebook, vous pouvez l'ouvrir dans votre projet à l'aide du panneau "Catalogue".  Pour tester les notebooks dans ArcGIS Pro, c'est simple. Il vous suffit d'installer ou de mettre à niveau ArcGIS Pro en version 2.5 (basic, standard ou advanced). Aucune installation, licence ou application supplémentaire n'est nécessaire pour bénéficier de cette nouvelle capacité.   
    • sur ArcGIS Experience Builder est disponible en version finale !

      Posted: 19 February 2020, 9:13am CET
      Après presqu'un an d'une phase beta très active, c'est désormais officiel, ArcGIS Experience Builder est en ligne en version finale sur ArcGIS Online.      ArcGIS Experience Builder est un générateur interactif permettant de créer des expériences web sans écrire la moindre ligne de code. Une expérience web est une interface, composée d'une ou plusieurs page(s), qui exposent des éléments tels que cartes 2D et 3D, des widgets, des textes et des contenus multimédias. Ces éléments peuvent être autonomes ou dépendants les uns des autres, par exemple en exploitant les mêmes sources de données et étant reliés par un mécanisme de déclencheurs et d'actions. Les expériences peuvent se concentrer sur un type de contenu spécifique ou peuvent associer différents types de contenus pour créer une expérience et une destination complète pour votre public. On notera également une forte orientation "mobile" des expériences web qui peuvent s'afficher et s'adapter à tous les types d'écran.        Pour créer une expérience, vous faites simplement glisser des widgets sur votre page pour les positionner et les configurer. Il peut s'agir de cartes, d'images, de textes ou d'autres outils. Vous pouvez ajouter des déclencheurs et des actions pour que les widgets fonctionnent ensemble, sur une seule page ou sur plusieurs pages. Commencez une expérience en utilisant un modèle existant ou créez-en un à partir de zéro. Vous pouvez enregistrer votre travail en tant que nouveau modèle réutilisable.
      ArcGIS Experience Builder est intégré à ArcGIS Online, vous pouvez donc exploiter tous vos contenus existants qu'ils soient cartographiques ou non. En utilisant ArcGIS Experience Builder Developer Edition, les développeurs de votre organisation pourront étendre Experience Builder avec leurs propres widgets, modèles et thèmes. Cette dernière sera disponible à la fin de ce mois de février.
                Principales caractéristiques  Avec ArcGIS Experience Builder, vous créez des applications simples et multipages (mapcentric ou non) pour un affichage sur un écran en mode fixe ou mode défilant. Vous pourrez:
      • Interagir avec les contenus 2D et 3D dans une seule et même application.
      • Ajouter des outils interconnectés avec des widgets par simple glisser-déposer.
      • Appliquer un "branding" à vos applications grâce à des thèmes.
      • Déployer des applications modernes et réactives sur n'importe quel appareil.
      • Concevoir des modèles personnalisés pour accélérer et homogénéiser votre production d'applications.
      • Concevoir, déployer et gérer des applications à partir d'un seul et même outil.
              
      Construisez une expérience   L'objectif d'ArcGIS Experience Builder va bien au delà de la construction d'une application web cartographique. Il s'agit de construire une expérience web dont le contenu est largement basé sur vos données. La conception d'une expérience repose sur ces principales étapes:
      Étape 1 - Commencer à créer votre application à l'aide d'un modèle existant ou commencer de zéro.
      Étape 2 - Modifier les widgets déjà présents dans le modèle ou ajoutez des widgets à votre application, tels que des cartes, des images, des zones de texte ou des listes. Organiser ces widgets sur une seule page ou sur plusieurs pages.
      Étape 3 - Se connecter aux sources de données que les widgets utiliseront dans votre application. Vous pouvez vous connecter aux cartes web, aux scènes web, aux couches d'entités (et tables) hébergées et aux couches d'entités (et tables) ArcGIS Server. Vous utiliserez ensuite des déclencheurs et des actions pour connecter ces widgets lorsque nécessaire.
      Étape 4 - Personnaliser l'apparence de votre application avec des thèmes. Définir ensuite des couleurs qui feront ressortir votre expérience et paramétrer les couleurs, images, ... pour obtenir votre propre "look-and-feel".
      Étape 5 - Afficher et interagir avec votre application terminée à l'aide de la vue "en direct", notamment en utilisant différentes tailles d'écran pour garantir que le contenu est correctement adapté. Une fois terminé, publier et partager l'expérience avec votre cible (privé, groupe, organisation ou public).      Galerie des expériences   La galerie des expériences affiche toutes les expériences que vous avez créées, celles qui sont partagées avec vous ou simplement celles que vous avez ajoutées à vos favoris. Vous utiliserez la galerie pour afficher ou modifier l'expérience, afficher des modèles ou créer une nouvelle expérience.
      Après vous être connecté à l'aide de votre compte ArcGIS, la galerie apparaît et montre vos expériences. A noter que ces expériences constituent un nouveau type de contenu dans votre portail ArcGIS.
             La galerie des expériences vous permet de:
      A - Afficher vos expériences.B - Rechercher des expériences à l'aide de mots clés.C - Filtrer les expérience par propriété et par cible de partageD - Filtrer par dossierE - Choisir la méthode de triF - Basculer entre l'affichage par grille ou par liste      Vous pouvez afficher les expériences en mode grille ou liste. Les vues par grille et par liste offrent des outils et des options supplémentaires, qui sont décrits dans l'image ci-dessous à l'aide de la vue de carte.
      Chaque élément de la galerie possède une étiquette d'état (brouillon ou publié), une miniature et des détails tels que le nom, le propriétaire, la date de modification et le nombre de vues. Cliquez sur la vignette pour modifier l'expérience et cliquez sur les icônes pour mettre à jour son état de partage, ajouter l'élément à vos favoris et lancer l'expérience dans un navigateur.
      "Plus d'options" vous permet de dupliquer l'élément dans votre contenu, de modifier ses détails, d'afficher la page de l'élément ou de supprimer l'élément.
                Galerie de modèles
      Dans la galerie d'expérience, cliquez sur "Créer" pour ouvrir la galerie de modèles.

      La galerie de modèles contient les modèles par défaut, ainsi que les modèles que vous avez créés, ceux partagés avec vous et les modèles publics.       En passant la souris sur n'importe quel modèle, vous afficherez sa description.    


           Vous pourrez ensuite afficher un aperçu du modèle ou cliquer sur "Créer" pour utiliser le modèle pour créer une application.             Interface de générateur    Lorsque vous cliquerez sur "Créer" ou ouvrirez une expérience web existante pour la modifier, le générateur s'ouvrira avec les outils et les options que vous utiliserez pour créer ou modifier votre expérience. Ceux-ci inclus:
      A - La barre latérale qui permet d'ouvrir le widget, la page, les données et les panneaux
            thématiques.B - Le panneau de gauche affiche vos pages et les éléments qu'elles contiennent dans une liste
            structurée consultable. Le plan contient une liste extensible de tous les widgets de
            votre application.C - La barre d'en-tête affiche les outils que vous utilisez pour verrouiller la mise en page,
            prévisualiser votre expérience, enregistrer, annuler/rétablir, publier, etc.D - La page est l'endroit où vous concevez et créez votre application en ajoutant et en déplaçant des       widgets autour du canevas.E - Le panneau de configuration affiche les paramètres du widget ou de la page sélectionné.                 Les Pages   Une page constitue la fondation de la structure de votre application. Elle comporte trois éléments principaux pouvant exposer du contenu: l'en-tête, le pied de page et le corps de la page. Votre application peut contenir une ou plusieurs pages.  Chaque page a un plan, qui répertorie tous ses widgets et comment ils sont regroupés. Un plan affiche le contenu dans l'en-tête et le pied de page (si activé pour la page) et le corps (le conteneur global dans la page).
      Ci-dessous, la page 1 de notre application contient un widget de volet fixe contenant un widget d'image, deux widgets de texte, un contrôleur de widget et une carte. Le contrôleur de widget est lui-même un widget et contient un widget de couches de carte et un widget de légende .

                 Les Widgets
      Les widgets sont les principaux éléments qui constituent votre expérience. Dans ArcGIS Experience Builder, il existe deux types de widgets: les widgets de base et les widgets de mise en page.
      Les widgets de base sont des widgets fonctionnels qui se comportent comme des outils dans votre application.
      Les widgets de mise en page sont des conteneurs qui aident à organiser les widgets sur la page.
      Lorsque vous sélectionnez un widget, le panneau de configuration affiche les paramètres actuels. Chaque widget est différent et aura des paramètres différents. Dans l'exemple ci-dessous, le widget "Couches cartographiques" a été sélectionné, affichant ses propriétés dans le panneau de configuration.    
      Le panneau de configuration affichera les onglets "Contenu", "Style" et "Action", selon les cas, pour le widget actuellement sélectionné.           Le contenu de votre expérience   Le contenu est ce qui se trouve dans un widget; la chaîne de texte dans un widget "Texte", les couches dans un widget "Couches de carte" ou la carte dans un widget "Carte". Ci-dessous, l'onglet "Contenu" d'un widget de carte montre la source de la carte que contient le widget, ainsi que les propriétés que vous pouvez activer et modifier.


      Le Style
      L'onglet "Style" vous permet de modifier l'apparence du widget. L'exemple ci-dessous montre quelques-unes des propriétés de style disponibles pour un widget d'image.            Déclencheurs et actions    Les déclencheurs et les actions sont des fonctionnalités importantes dans ArcGIS Experience Builder. Vous pouvez les utiliser pour connecter deux widgets (ou plus) entre-eux, et faire en sorte que lorsque quelque chose se produit dans un widget, une action se produise dans un autre widget.    Tous les widgets ne prennent pas en charge les déclencheurs et les actions, vous cliquerez sur l'onglet "Action" pour voir si le widget sélectionné supporte telle ou telle action. Si c'est le cas, le bouton "Ajouter un déclencheur" sera disponible.        Un déclencheur est quelque chose qui se produit dans le widget. Par exemple, un widget de carte prend en charge deux déclencheurs:- lorsque l'étendue de la carte change
      - lorsque la sélection change.    Ces déclencheurs sont utilisés pour exécuter une action dans un autre widget. Par exemple, vous pouvez synchroniser deux cartes de telle sorte que lorsque l'étendue d'une carte change, la deuxième carte change également pour correspondre à la même étendue.  Vous trouverez ci-dessous un exemple des déclencheurs et des actions utilisés pour synchroniser deux cartes. Pour plus d'informations, voir la rubrique d'aide en ligne: Ajouter des déclencheurs d'action aux widgets.
              Autres informations  On notera qu'ArcGIS Experience est disponible en langue française et fait partie du Bundle "Essential Apps", ce qui veut dire que ce nouveau générateur reprend exactement les mêmes conditions d'utilisation que Web AppBuilder for ArcGIS. Il est accessible à tous les types d'utilisateur de la plateforme pour consulter des expériences et aux types d'utilisateur "Creator" et "GIS Professional' pour créer et modifier des expériences.
      Je reviendrais bien entendu en détails sur l'immense champ des possible qu'ouvre ce nouveau générateur d'interfaces web. En attendant, vous pouvez vous lancer et accéder à plus d'informations à travers ces quelques liens (en anglais pour l'instant) que j'ai sélectionné pour vous:    
    • sur Les nouveautés de Drone2Map for ArcGIS 2.1

      Posted: 18 February 2020, 8:13am CET

      J'expliquais dans cet article, en début d'année, que 2020 serait une année importante pour les utilisateurs souhaitant exploiter des données d'imagerie par drone dans la plateforme ArcGIS. En effet, de nouvelles options arrivent dans les mois prochains pour répondre aux multiples workflows et cas d'usage d'images collectées par drone. Ceci commence, ce mois-ci, par la sortie d'une nouvelle version de Drone2Map for ArcGIS, l'outil bureautique ArcGIS permettant de créer des produits cartographiques professionnels 2D et 3D de haute qualité. Je vous propose un résumé des principales évolutions proposées dans cette version 2.1.

        Mises à jour des modèles de caméras

      Esri maintient une base de données interne de caméras qui est mise à jour dans Drone2Map plusieurs fois par an. En plus de la base de données de caméras interne, Drone2Map dispose également d'une base de données de caméras gérée par l'utilisateur. Avec l'outil "Camera Model Editor", les utilisateurs peuvent désormais modifier les caméras existantes dans de la base de données interne des caméras pour y stocker des modèles de caméras spécifiques.

        
      Les améliorations concernent les caméras métriques de haute-résolution, où les paramètres de l'objectif photogrammétrique tels que la distance focale, le point principal et la distorsion sont stables et connus. Drone2Map prend déjà en charge les caméras grand public, de sorte que ces paramètres peuvent (par défaut) être ajustés pendant le traitement. Pour les caméras métriques, l'outil "Camera Model Editor" permet aux utilisateurs de saisir des paramètres connus avec une haute précision et, le cas échéant, de conserver ces valeurs d'un projet à l'autre pour normaliser vos productions.

       
       
      Contrôle de votre projet

      Le volet "Control Manager" a été amélioré pour proposer aux utilisateurs une interface plus efficace lors de l'affichage des propriétés de chaque point de contrôle. Par exemple, vous pouvez dorénavant filtrer en fonction du type de point de contrôle et lancer l'éditeur de liens en quelques clics. Les utilisateurs pourront désormais créer et associer des points de liaison à des images de manière manuelle.
      Pour certaines entités géographiques, telles que les surfaces en eau, il peut être difficile de générer suffisamment de points de liaison et faire correspondre ces points à l'aide d'algorithmes automatisés. Désormais, les utilisateurs peuvent créer et lier des points de rattachement à des images dans des zones géographiques qui posaient parfais problème auparavant.
       
       
      Associer des points de liaison à vos images peut être un processus long. Avec Drone2Map version 2.1, Esri a introduit la notion de liens d'image assistés. Ce workflow nécessite un traitement initial avant d'être exécuté, puis après avoir entré un lien, Drone2Map est capable de trouver automatiquement vos points de contrôle dans les images suivantes. Il sera alors capable de fournir un retour visuel relatif à l'exactitude de ce lien. Une fois satisfait du positionnement des points de contrôle sur les images, vous cliquerez simplement sur "Auto Link" et Drone2Map associera le point de contrôle vérifié pour vous.
       
       
       
      Améliorations du modèle d'élévation

      Plusieurs évolutions sont à noter l'exploitation des MNT/MNS:


      • Les utilisateurs de Drone2Map peuvent désormais publier leurs propres couches de surfaces sur ArcGIS Online ou ArcGIS Portal pour un MNT ou un MNS générés par Drone2Map ou pas. Ces surfaces peuvent être utilisées ensuite dans des scènes Web 3D pour garantir des valeurs de hauteur précises pour les nuages ??de points et les maillages générés par Drone2Map.
         
            
      • Les utilisateurs peuvent ajouter leur propre surface d'élévation dans le projet (il écrasera alors la surface d'élévation par défaut d'Esri: World Terrain), pour s'assurer que toutes les vues 3D incorporent la surface d'élévation faisant autorité dans votre organisation. Cela peut être très utile dans les zones de projet qui sont capturées à plusieurs dates (par exemple en agriculture de précision) ou dans les cas où l'usage d'un MNT précis est important (par exemple un aéroport, un chantier de construction, un cours d'eau, une zone inondée, une bordure côtière ou un site industriel).
         
         
        De plus, si des points de contrôle au sol sont ensuite extraits de la carte, les valeurs Z sont fournies par la surface d'élévation personnalisée. Ceci est important pour garantir la cohérence de date en date des sites qui sont traités et analysés dans le temps.
            
      • Les utilisateurs sont désormais en mesure de générer des profils d'élévation en coupe transversale dans tous les projets Drone2Map qui ont été traités avec production de surfaces en sortie (MNS et/ou MNT).
           
            
      • Pour les utilisateurs de caméras multispectrales, Drone2Map permet également l'extraction de profils spectraux (définis par des échantillons ponctuels, des transects linéaires ou des zones d'intérêt 2D) pour effectuer une analyse détaillée de la végétation ou d'autres types de surfaces terrestres.
         
            
      • Des améliorations ont été apportées sur les indices colorisés afin que ces indices créés à partir de produits d'imagerie multispectrale soient désormais colorisés par défaut.
       
           
      Nouveau modèle d'inspection

      Un modèle de projet d'inspection a été ajouté dans Drone2Map pour permettre à tous les utilisateurs qui le souhaitent de créer des projets axés sur l'inspection, l'annotation et le partage des images brutes de vos drones.
         
         
      A noter également que Drone2Map est désormais une application qui, comme les autres applications premium de la plateforme ArcGIS, peut être associée à un utilisateur existant de votre portail ArcGIS (de type "Creator" ou "GIS Professional").
         
      Gestion des licences Drone2Map dans votre portail ArcGIS
         
      La version 2.1 de Drone2Map sera la première version à être disponible en langue française. Le supplément français sera accessible d'ici quelques semaines.
       
       
      Pour terminer, on signalera que des corrections de bugs ont également été apportées dans cette version 2.1. Vous en trouverez la liste complète dans cette page de l'aide en ligne de Drone2Map 2.1.
        
    • sur Nouvelles capacités d'étiquetage dans le Map Viewer Beta

      Posted: 17 February 2020, 10:32am CET

      Comme vous le savez, la future visionneuse de carte d'ArcGIS Online (et d'ArcGIS Enterprise) est en cours de développement avec des mises à jour régulières que vous pouvez tester en version beta depuis quelques mois. Cette version beta est pour l'instant en langue anglaise uniquement, en version finale la nouvelle visionneuse sera déployée dans toutes les langues supportées par le portail ArcGIS.    Dans une récente mise à jour du Map Viewer Beta, Esri a introduit de nouvelles fonctions concernant l'étiquetage de vos couches d'entités. Je reprends dans cet article les nouveautés relatives à l'étiquetage qui sont pour certaines de véritables avancées par rapport à la visionneuse de carte classique des portails ArcGIS:
      • Support d'étiquettes multi-lignes
      • Prise en charge de différentes classes d'étiquettes
      • Fourniture de nouvelles polices de caractères
      • Exploitation des expressions d'arcade
      • Association des étiquettes à des plages d'échelle
      • Option de rotation des textes
      • Décalage par rapport au point d'origine
           
       
             

      Plusieurs lignes et plusieurs classes d'étiquettes   Lorsque vous choisissez une couche d'entité dans le panneau droit du Map Viewer Beta, vous pouvez désormais cliquer sur la propriété "Labels" pour gérer une ou plusieurs classes d'étiquettes et spécifier ainsi différentes configurations d'étiquettes. La carte ci-dessous indique les valeurs foncières moyennes les plus basses et les plus élevées en Californie en utilisant deux classes d'étiquettes. Les zones en vert ont des valeurs d'habitation moyennes plus élevées tandis que les zones en bleu ont des valeurs d'habitation moyennes plus faibles.  Vous remarquerez que le texte est différent dans chaque classe d'étiquettes et qu'il permet de n'afficher (grâce à une expression Arcade) que la valeur la plus haute et la valeur la plus basse. On notera aussi que ce texte passe automatiquement sur une nouvelle ligne. Cette capacité est l'une des évolutions les plus demandées dans la visionneuse classique, elle est désormais implémentée le dans le Map Viewer Beta. Vous pouvez également créer de nouvelles lignes à l'aide d'expressions Arcade que vous verrez plus loin dans ce blog. 
       
       
      Nouvelles polices
       
      Le choix d'une police peut faire la différence pour rendre votre carte plus ou moins efficace. Le Map Viewer Beta propose désormais une large palette de polices ornementales ou décoratives, sans empattement, avec empattement et script.  
       
      Dans la partie "Label style" vous pourrez dorénavant parcourir la liste des différentes polices et appliquer celle qui correspond à la tonalité, au thème ou au public de vos données. 
         
         
      Expressions d'arcade
       
      Les étiquettes sont basées sur les données de vos champs ou sur des expressions personnalisées rédigées avec le langage Arcade. Les deux classes d'étiquettes que nous avons mentionnées ci-dessus utilisent des expressions Arcade pour étiqueter les valeurs foncières les plus basses et les plus élevées. Pour ce faire, sélectionnez l'option "Expression" dans la section des attributs d'étiquette. L'image ci-dessous montre une expression qui désigne la valeur d'accueil moyenne la plus élevée.
      Une nouvelle capacité du Map Viewer Beta permet d'ajouter une nouvelle ligne à votre étiquette en utilisant l'instruction "TextFormatting.NewLine".



       
      Dépendance à des plages d'échelles

      Autre fonctionnalité intéressante du Map Viewer Beta, c'est la possibilité de spécifier des intervalles d'échelles auxquels les étiquettes apparaissent. Ceci est particulièrement utile lorsque vous souhaitez révéler des informations plus détaillées quand le lecteur zoome sur la carte. Vous pouvez définir la plage visible pour chaque classe d'étiquettes.


      Dans l'illustration animée ci-dessous, la valeur foncière moyenne la plus élevée est affichée à des échelles plus petites (zoom arrière). Au fur et à mesure que le lecteur effectue un zoom avant, la valeur d'accueil moyenne apparaît pour tous les groupes de blocs. Remarquez à quel point la valeur d'accueil moyenne change d'un ilot à l'autre.
         
       
      Rotation des étiquettes

      Tout comme la rotation de la carte est supportée dans le Map Viewer Beta, la rotation des étiquettes l'est aussi. Le Map Viewer Beta est ainsi bien adapté à l'usage de cartes sur des appareils mobiles dont l'orientation peut évoluer en permanence. 
       
         
      Décalages des étiquettes

      Si vous utilisez régulièrement des étiquettes dans vos cartes web, vous avez probablement souhaité pouvoir repositionner les étiquettes en les décalant par rapport à leur point d'implantation par défaut. Le Map Viewer Beta introduit une nouvelle option de décalage horizontal (x) et un décalage vertical (y) que vous définirez en pixels. 
                 Encore des choses à venir sur les étiquettes ?
      Dans une prochaine version, le Map Viewer Beta proposera, lorsque ce sera possible, les polices similaires à celles utilisées dans le fond de carte. Cela vous permettra de garantir une cohérence entre tous les éléments de votre carte. Une autre évolution concernera la possibilité d'utiliser des filtres pour contrôler les entités étiquetées dans chaque classe d'étiquette (au lieu d'utiliser des expressions Arcade).
      Toutes ces évolutions sur les étiquettes peuvent être testées dès maintenant sur votre portail ArcGIS Online. N'hésitez pas à rejoindre la communauté relative au Map Viewer Beta sur GeoNet pour engager les échanges, et vous informer sur les mises à jour et l'évolution du Map Viewer Beta. La disponibilité en version finale du nouveau Map Viewer est prévue pour cet été.   
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 15 February 2020, 10:59am CET
      Loin des tumultes de la vie politique parisienne, des virus qui attaquent le monde réel et virtuel et des cinéastes françaises qui font leur révolution, je vous propose de partir au bout du monde pour les îles de Polynésie. Dit comme cela, ça fait rêver ! Malheureusement, le sujet que je vous propose n'est pas si enthousiasmant. En effet, cette semaine, j'ai choisi ce récit parmi ces Story Maps réalisées par des étudiants à qui on a demandé de commenter l'ouvrage de Chantal Spitz: "L'île des rêves écrasés".       Ce roman publié en 1991 est le premier ouvrage d'une écrivaine tahitienne. Il décrit la vie de personnages sur l’île de Ruahine qui cherchent l’amour, leur culture, et l’indépendance dans un contexte où les européens colonisent l’île pour les essais nucléaires.          Bien que cet exemple de récit ne présente pas d'élément de cartographie interactive, il montre la diversité des usages des narrations que l'on peut envisager avec ArcGIS StoryMaps.   
    • sur AZURE MAP for PowerBI

      Posted: 14 February 2020, 1:34pm CET
      je trouve dans ce forum , la petite indiscrétion suivante: Azure Maps announced that they will be shipping a Power BI visual in the first half of 2020. The initial set of features planned are; 3D bar charts, support for custom tile layers, traffic overlays,...
    • sur Des nouveautés pour la 3D en mode déconnecté

      Posted: 12 February 2020, 6:03am CET
      Les paquetages de scènes mobiles (fichiers *.mspk) ont été introduits dans ArcGIS Pro 2.3. Depuis, la prise en charge des paquetages de scènes mobiles s'est étendue sur la plateforme ArcGIS. Vous pouvez empaqueter vos contenus 3D et vos scènes pour les consommer en mode déconnecté dans différentes applications clientes basées sur ArcGIS Runtime telles que: ArcGIS Earth, ArcGIS Earth mobile ou encore AppStudio for ArcGIS. Vous pouvez également créer des applications ArcGIS Runtime personnalisées qui seront capables de consommer ces nouveau type de paquetage. Dans ArcGIS Pro 2.5, Esri a apporté plusieurs fonctionnalités supplémentaires qui vont non seulement faciliter la création de ces paquetages de scènes mobiles, mais qui permettrons aussi de prendre en charge de nouvelles fonctionnalités demandées par les utilisateurs d'applications mobiles  3D déconnectée.              Vos couches rasters comme sources d'altitude  Dans les premières versions des fichiers mspk, les paquetages de tuiles étaient les seules sources d'élévation autorisées dans les paquetages de scènes mobiles. ArcGIS Pro 2.5 prend en charge l'écriture de fichiers raster non tuilés en tant que sources d'élévation dans des paquetages de scènes mobiles. La lecture de fichiers raster non tuilés en tant que sources d'élévation depuis des paquetages de scènes mobiles est prise en charge dans ArcGIS Runtime 100.7. Gardez à l'esprit cependant que tous les clients Esri tels que ArcGIS Earth ne seront pas tout de suite migrés sur cette version 100.7 d'ArcGIS Runtime.   
            Intégrer vos réseaux de transport  Les réseaux de transport (Network Datasets) sont désormais pris en charge dans les paquetages de scènes mobiles. Si vous avez un jeu de données réseau dans votre scène, il sera désormais intégré en tant que réseau de transport dans le paquetage de scène mobile pour prendre en charge les calculs d'itinéraires 3D, en étant déconnecté, dans les applications clientes ArcGIS Runtime.

         Référencement de services web
      Jusqu'à présent, les paquetages de scènes mobiles étaient une fonctionnalité dédiée uniquement au contexte "déconnecté". Afin de prendre en charge des workflows mixant des phases "connecté" et "déconnecté", ArcGIS Pro 2.5 permet de référencer certains services dans le paquetage de scène mobile. Il s'agit notamment des services de carte, de scène et d'image. L'objectif est de pouvoir accéder en ligne à certaines couches dans les phases "connectées", de mettre en cache localement pour les utiliser dans les phases "déconnectées". La prise en charge ce cette capacité dans ArcGIS Runtime arrivera plus tard cette année. Jusqu'à ce que cette fonctionnalité soit prise en charge dans ArcGIS Runtime, vous devez utiliser les jeux de données locaux uniquement lorsque vous travaillez avec ArcGIS Earth ou d'autres applications basées sur ArcGIS Runtime. 
         Enregistrements associés   Un nouveau paramètre "Sélectionner les enregistrements reliés" a été ajouté à l'outil de création de paquetage de scène mobile lorsque vous réaliserez un paquetage en sélectionnant uniquement une partie des entités de la scène. Vous pourrez désormais indiquer d'extraire uniquement les enregistrements associés aux entités conservées par l'extraction. Cela permet de réduire la taille des paquetages ainsi générés.   
         Ressources complémentaires sur les paquetages de scènes mobiles

      Pour résumer, vous trouverez dans le tableau ci-dessous les différentes sources de données pouvant être incluses dans un paquetage de scènes mobiles.
       
         Enfin, pour compléter cet article sur les nouveautés des paquetages de scènes mobiles, on pourra citer quelques ressources intéressantes à parcourir (certaines sont en anglais tant que la version française d'ArcGIS Pro 2.5 n'est pas disponible).
        
    • sur Les nouveautés d'ArcGIS Pro 2.5 en vidéo !

      Posted: 11 February 2020, 8:09am CET
      J'annonçais en fin de semaine dernière sur ce blog, la sortie de la version 2.5 d'ArcGIS Pro (en anglais) en détaillant certaines évolutions notables. Je vous propose aujourd'hui d'en découvrir bien d'autres à travers cette vidéo commentée en français.              La vidéo ne reprend évidement pas les 312 évolutions de cette version 2.5 mais vous les retrouverez en détails dans cette page de l'aide en ligne.    A propos de la version française    Pour répondre à la question concernant la disponibilité du supplément français, celle-ci devrait être téléchargeable dans 2 mois environ. En attendant, si vous disposez d'ArcGIS Pro 2.4 en français  et que vous souhaitez utiliser la version 2.5 (en anglais), il vous suffit de désinstaller le supplément français d'ArcGIS Pro 2.4 actuellement présent sur votre poste. Au prochain démarrage d'ArcGIS Pro, la mise à jour vers la version 2.5 vous sera proposée.
        
    • sur ArcGIS Insights 2020.1 est disponible

      Posted: 10 February 2020, 9:02am CET
         En décembre dernier, j'annonçais sur ce blog l'arrivée d'une nouvelle version 2020.1 d'ArcGIS Insights. D'abord déployée sur ArcGIS Online dans le cadre de la mise à jour de décembre, ArcGIS Insights 2020.1 est dorénavant disponible aussi pour ArcGIS Enterprise (10.7.1 et 10.8). Evolution importante depuis la version 2020.1, vous pouvez installer l'application en local sur votre poste (Windows ou MacOS), celle-ci se nomme "ArcGIS Insights Desktop".      Activer ArcGIS Insights Desktop   ArcGIS Insights Desktop peut potentiellement fonctionner de manière déconnectée d'un portail ArcGIS. Cependant, il faudra tout d'abord l'activer en vous connectant avec un utilisateur nommé sur votre portail ArcGIS (Online ou Enterprise) disposant d'une licence ArcGIS Insights.
             Une nouvelle interface utilisateur
      Dans cette version 2020.1, vous remarquerez tout d'abord un nouveau look et un nouvel agencement offrant plus d'espace sur l'écran et une expérience utilisateur plus simple et donc plus productive. J'avais détaillé ces évolutions dans un article dédié sur ce blog.

                  Exportez les jeux de données
        Dans ArcGIS Insights vous transformez rapidement vos sources de données et il est parfois intéressant de conserver une copie de vos données hors de l'application Insights, dans d'autres formats, tels que fichier de formes, CSV ou GeoJSON. Pour cela vous pouvez désormais utiliser la commande "Expoter" directement depuis le volet des sources de données. Vous pouvez ensuite partager ces jeux de données avec d'autres collaborateurs ou utiliser les utiliser dans d'autres applications hors SIG. Pour mémoire, dans le même menu, la commande "Enregistrer sous" permet de publier le jeu de données en tant que services web sur votre portail (ou en local avec ArcGIS Insights Desktop).
       
         
      Prise en charge des domaines et sous-types
      Bien qu'il soit fréquent d'utiliser ArcGIS Insigths avec des données qui ne viennent pas du tout de votre SIG, il est important d'exploiter au mieux les données qui viennent de couches géospatiale ArcGIS. Pour cela, Esri propose désormais dans Insights le support des domaines de valeurs codés et les sous-types issues des classes d'entités de Géodatabases ou des couches web d'entités pour rapidement classer, agréger ou analyser ces données. Les cartes, les filtres et les widgets affichent désormais les libellés des valeurs codées pour faciliter la lecture et la compréhension de votre analyse lors de l'utilisation d'ensembles de données définis avec des domaines et des sous-types. 
         
         Nouveaux calculs horaires sur les champs

      Deux opérateurs de calcul TIME() et TIMEDIF() peuvent désormais être utilisés pour manipuler les valeurs des champs horaire de vos sources de données. Utilisez le calcul TIME() pour calculer un champ horaire basé sur les heures, les minutes et les secondes que vous spécifiez. Si vous avez deux champs horaires, vous pouvez ensuite utiliser TIMEDIF() pour déterminer la différence de temps totale entre les deux champs.

      Des tableaux récapitulatifs améliorés
      Vous constaterez des améliorations dans les tableaux récapitulatifs. Les statistiques de récapitulation affichées en en-tête peuvent être réduites ou développées. Il est également plus facile d'identifier où de déplacez les champs.

         
      Prise en charge d'ArcGIS Enterprise 10.8

      La prise en charge d'ArcGIS Enterprise 10.8 a été ajoutée dans cette version. ArcGIS Enterprise 10.8 sera disponible fin février.   
      Authentification d'entreprise et connexions ArcGIS Enterprise multiples pour Insights Desktop

      Lorsque vous vous connectez à votre portail ArcGIS Enterprise, ArcGIS Insights supporte désormais les authentification d'entreprise. Vous pourrez dorénavant enrichir votre classeur ArcGIS Insights Desktop avec les données issue d'une connexion sur un portail ArcGIS Online mais d'une ou plusieurs connexion(s) sur des organisations ArcGIS Enterprise. La création de plusieurs connexions vous permet d'utiliser les données de toutes vos organisations ArcGIS dans un même classeur.
             Réduire les sous-champs de date/heure

      Vous pouvez réduire l'encombrement en réduisant les sous-champs de date / heure pour afficher davantage de champs existants sous le champ de date / heure dans le volet de données.
           
      Organisation de votre travail dans Insights

      Vous pouvez désormais créer des dossiers pour organiser vos classeurs, modèles, jeux de données, connexions, pages et thèmes. Cela pouvait déjà se faire dans ArcGIS Insights Enterprise et ArcGIS Insights Online, cette fonctionnalité est désormais également disponible dans ArcGIS Insights Desktop. Le placement d'éléments dans des dossiers facilite la recherche d'éléments liés les uns aux autres, tels que des données, des classeurs et des modèles qui sont utilisés dans un même projet. 
              Paramètres utilisateur pour ArcGIS Insights Desktop
       
      ArcGIS Insights Desktop permet de définir des paramètres utilisateurs valables pour toutes les sessions pour éviter de les modifier à chaque fois que vous ouvrez l'application.
      À l'aide des paramètres utilisateur, vous indiquerez par exemple si vous souhaitez utiliser l'aide en ligne ou hors ligne. Vous pourrez également modifier le niveau de journalisation et modifier l'onglet par défaut sur lequel l'application s'ouvre.
              Pour plus de détails sur Insights 2020.1, vous pouvez consulter l'aide en ligne. On notera pour terminer qu'ArcGIS Insights Enterprise 2020.1 est disponible sur votre espace "My Esri". ArcGIS Insights Desktop est téléchargeable pour Windows et MacOS depuis cette page.    Si vous n'avez pas encore utilisé ArcGIS Insights vous pouvez le faire dès aujourd'hui en téléchargeant la version d'évaluation de 21 jours.    
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 8 February 2020, 10:38am CET
        L'épidémie du Coronavirus 2019-nCoV poursuit son expansion et vient de dépasser ce matin le nombre de morts enregistrés pour l'épidémie du Sras en 2003/2004. Après mon article, il y a 2 semaines, concernant le premier tableau de bord de suivi des cas du Coronavirus, plusieurs autres variantes réalisées avec Operations Dashboard for ArcGIS ont été réalisés, celui de l'OMS par exemple ou encore ce dashboard en français et même des versions exploitant une visualisation en 3D.                 Plus de 250 millions de vues ont été actuellement faites sur le service d'entités ArcGIS Online fournissant les informations de comptage et de localisation des différents cas issues de l'OMS et du CDC. 
      Aujourd'hui, pour conclure sur le sujet de la représentation, de l'analyse et de la compréhension de l'épidémie à l'aide d'outils de narration cartographique, je vous propose ce récit cartographique qui reprend les enjeux, la situation actuelle en chiffres et les mesures de précaution mises en place pour lutter contre sa propagation. Réalisé à l'aide d'ArcGIS StoryMaps, il a été traduit cette semaine en français par un de mes collègues chez Esri France.
           Le récit cartographique montre différentes cartes et diagrammes et indicateurs (actualisés en temps-réel) issus de services web ArcGIS Online pour expliquer la naissance et la propagation de l'épidémie du Coronavirus depuis 2 mois. Le récit met également en lumière les difficultés de soin, de mise en confinement et d'anticipation des actions face à un phénomène qui a très vite dépassé la région de Wuhan. 
       
      Comme l'ont fait récemment les autorités américaines, la Story Map rappelle également à quel point le nombre de décès liés au Coronavirus est à relativisé par rapport à Influenza (la Grippe) a fait tellement plus de mort sur la même période.   Le récit se termine en évoquant les conséquences économiques Chinoises et mondiales qui s'accélèrent depuis la déclaration d'urgence de l'OMS. C'est probablement le second phénomène qui touchera un nombre beaucoup plus important de personnes. Un autre sujet passionnant de Story Map à envisager pour les prochains mois !   
    • sur ArcGIS Pro 2.5 est disponible (en anglais)

      Posted: 7 February 2020, 8:15am CET
      Depuis aujourd'hui, la version 2.5 d'ArcGIS Pro est disponible (en anglais). Cette 11ème version d'ArcGIS Pro finalise les dernières évolutions relatives à l'équivalence fonctionnelle avec les anciennes application ArcGIS Desktop. La phase de migration vers ArcGIS Pro est terminée pour la plupart des utilisateurs d'ArcMap, c'est désormais une accélération des innovations fonctionnelles et des améliorations de qualité/performance qui caractérisent les futures mises à jour d'ArcGIS Pro, et ça commence maintenant !             
      Dans cet article je vous propose une liste que j'ai volontairement réduite à ce qui me semble être les nouveautés essentielles de la version 2.5. Vous pourrez retrouver l'ensemble des 312 évolutions dans cette page de l'aide en ligne.     Arrivée des Notebooks Python
      Les Notebooks Python sont désormais intégrés au coeur d'ArcGIS Pro. Cela veut dire que vous disposez dorénavant de l'environnement de scripting Jupyter Notebooks pour réaliser vos analyses, interagir avec les données et visualiser immédiatement les résultats dans un contexte géographique. Plus encore, vous pouvez utiliser les notebooks pour documenter vos données, automatiser vos traitements dans ArcGIS Pro mais aussi vos interactions avec votre SIG web (contenus, utilisateurs, groupes, analyses, ...). Une fois vos Notebooks Python enregistrés, vous pourrez aussi les partager avec d'autres. 

      Toutes les capacités Python habituelles d'ArcGIS Pro sont exposées via Notebook. Cela inclut les fonctionnalités de base du langage Python, les bibliothèques standards Python, ArcPy, l'API Python ArcGIS mais aussi des bibliothèques tierces, notamment numpy et pandas. L' environnement Python d'ArcGIS Pro peut également être étendu avec des bibliothèques Open Source populaires telles que scikit-learn et TensorFlow, faisant de Notebook dans ArcGIS Pro une plateforme unifiée pour les workflows de Data Science, de Machine Learning et de Deep Learning.

         

      Impression offset et gestion des couleurs

      ArcGIS Pro 2,5 marque une évolution dans le domaine de l'impression et du contrôle du rendu des couleurs.

      Important sur des postes de cartographie avancée, ArcGIS Pro propose désormais des paramètres de gestion des couleurs pour garantir un rendu cohérent de celles-ci sur tous les écrans. Vous pouvez définir une stratégie de gestion des couleurs appliquée aux cartes, aux mises en page, aux rapports et aux styles. Vous pouvez également spécifier des règles de conversion des couleurs pour déterminer le rendu des couleurs lors de leur déplacement d'un de ces éléments vers un autre.

      Vous pouvez maintenant spécifier des options de "surimpression" pour une couche de votre symboles afin de vous assurer qu'elle s'imprime au-dessus des autres couches qui constituent votre symbole, plutôt que de la supprimer. La surimpression est généralement utilisée pour éviter les erreurs au moment de l'écriture de fichiers dans des formats d'export qui prennent en charge la notion de surimpression, tels que le PDF.

      Vous pouvez désormais définir des couleurs en tant que tons directs pour pouvoir spécifier des encres personnalisée lors de l'export de votre travail pour des sorties chez un imprimeur.


      Automatisations relatives aux Métadonnées

      Un module Python dédié aux métadonnées "arcpy.metadata" est désormais disponible pour explorer et modifier les informations décrivant vos cartes et données. Vous pourrez utiliser ce module pour gérer le contenu de vos métadonnées et automatiser certains workflows de création et de mise à jour de vos métadonnées, en particulier en ce qui concerne la génération de métadonnées géospatiales conformes aux normes.


      Création des jeux de données de réseau

      L'extension Network Analyst nécessite de disposer d'un jeu de données réseau (Network Dataset). Un jeu de données réseau est créé à partir de sources d'entités linéaires et ponctuelles telles que des routes, des intersections de voies,  des lignes de métro, des arrêts, ... Dans cette version 2.5, Esri a ajouté l'outil de géotraitement "Créer un jeu de données réseau", qui permet de crée "from scratch" un jeu de données réseau. Une fois créé, comme vous le faisiez déjà dans Pro sur des jeux de données réseaux existants, vous pourrez modifier ses propriétés en ajoutant plus d'attributs, de nouvelles classes d'entités, des données d'historiques de trafic, .... Pour en savoir plus, consultez le didacticiel Créer un jeu de données réseau.

          Workflows de réplication de géodatabase

      Comme vous pouvez le faire depuis de nombreuses années avec ArcMap, ArcGIS Pro prend désormais en charge les workflows de réplication de géodatabases pour travailler dans des contextes de données distribuées. La réplication permet la distribution de données sur deux ou plusieurs géodatabases avec la possibilité de synchroniser les modifications effectuées sur les données. Il peut s'agir d'un mécanisme unidirectionnel ou bidirectionnel.

         Des outils et des interfaces sont fournis pour créer des réplicas, gérer ces réplicas et synchroniser les modifications. La réplication de géodatabases nécessite l'utilisation de données versionnées pour la plupart des workflows. Les données d'une géodatabase "parent" pour un réplica d'extraction ou les données d'une géodatabase "enfant" pour un réplica simple unidirectionnel peuvent également se faire sans versionnement.


      • Un nouveau menu contextuel de géodatabase distribuée est disponible pour les géodatabases dans ArcGIS Pro. Cela vous permettra de créer, de synchroniser et de gérer des réplicas d'extraction, unidirectionnels et bidirectionnels pour la géodatabase.
      • Un nouveau volet "Gérer les réplicas" est disponible pour créer, gérer et synchroniser des répliques dans votre géodatabase.
      • Un volet "Gérer les réplicas" affiche les réplicas existants

      • Les nouveaux outils de création et de synchronisation des modifications pour les répliques se trouvent également dans le jeu d'outils Géodatabase distribuée , dans la boîte à outils Gestion des données.  

       
      Export vers Adobe Illustrator

      Un nouveau format d'export .AIX a été ajouté pour permettre l'exploitation de vos cartes dans Adobe Illustrator CC.  Le format Adobe Illustrator Exchange .AIX est un format que vous pouvez utiliser avec l'extension (gratuite) ArcGIS Maps pour Adobe Creative Cloud. Avec cette extension, le contenu des couches vectorielles et raster de votre carte est converti en couches d'éléments modifiables pour une expérience d'édition améliorée dans Adobe Illustrator. Une fois ouvert dans Illustrator, le fichier peut être utilisé pour des workflows de conception graphique ou de finition de carte haute-qualité et éventuellement migré vers les autres applications Adobe Creative Cloud.

        
      Trois nouvelles projections supportées

      Les projections Adams square II (aspect normal ou Spilhaus), Tobler cylindrique I et Tobler cylindrique II ont été ajoutées dans ArcGIS Pro. Vous retrouverez la liste de toutes projections supportées dans cette page.

                 Symbologie par diagramme
      Vous pouvez désormais représenter les vos couches avec une symbologie par diagramme (camemberts, diagrammes à barres et diagrammes à barres empilées).

              Regroupement d'entités
      La symbologie par regroupement dynamique d'entités apparaît désormais immédiatement sur une couche après l'activation des capacités de regroupement d'entités. Il n'est plus nécessaire de supprimer et de rajouter la couche.
      ArcGIS Pro respecte désormais la capacité de regroupement d'entités sur les couches d'images cartographiques (services de carte) et les couches d'entités spatio-temporelles.     Amélioration des styles de symboles système   Les librairies de styles système s'enrichissent de nouveaux styles de symboles 3D:
      "Infrastructure 3D" et "Loisirs 3D".

       "Scene de rue 3D"


      "Transport 3D"


      On notera également l'ajout de nouveaux symboles de polygone dans le style de système ArcGIS 2D.
                 Correspondance avec un style
      Les utilisateurs d'ArcMap retrouverons la capacité de faire correspondre la symbologie des entités d'une couche avec à un style pour créer une symbologie par valeurs uniques. Très pratique, cette option permet d'associer automatiquement des symboles d'un style à des valeurs (ou expressions Arcade) d'entités en fonction du nom de chaque symbole. Il s'agit là d'un très bon moyen pour normaliser vos cartographie pour des couches de référence (PLU, occupation des sols, référentiels techniques métiers, ...).          Intégration de données BIM
      Un nouvel outil de géotraitement "BIM File to Geodatabase" (Fichier BIM vers Géodatabase) permet d'importe le contenu d'un ou plusieurs fichiers BIM Autodesk Revit dans un jeu d'entité de Géodatabase. Ce modèle de données BIM dans la Géodatabase permet de regrouper différentes sources BIM dans un jeu de données unique (donc une seule couche SIG) pour l'affichage dans ArcGIS Pro mais aussi pour le publier sur le web en tant "Building Scene Layer" 'Couche de scène de construction/bâtiment). On notera aussi que ce modèle de Géodatabase pour les données BIM peut également permettre l'import de fichiers IFC (avec FME ou avec l'extension Data Interoperability).     Un nouvel outil de géotraitement "Make Building Layer" (Créer une couche de construction/ bâtiment) permet de créer une couche de construction/bâtiment composite soit à partir d'un jeu de données de Géodatabase (issus de l' outil "Fichier BIM vers Géodatabase") ou directement depuis un fichier .rvt Autodesk Revit. Cet outil permet également dorénavant d'automatiser et de scripter la publication de couches de scène à partir de vos source de données BIM.       Outils de paquetage   L'outil de géotraitement "Share Package" (Partager le paquetage) vous permet désormais, en une seule fois, de publier automatiquement la couche web lorsque vous partagez le paquetage de tuiles, de tuiles vectorielles ou de couches de scènes sur votre portail ArcGIS.L'outil de géotraitement "Create Map Tile Package" (Créer un package de tuiles de carte) prend désormais en charge une variable d'environnement permettant de spécifier le facteur de traitement parallèle pour obtenir de meilleures performances lors de la génération des tuiles sur votre poste ArcGIS Pro.     Géotraitements  Comme à chaque version, de très nombreuses améliorations ont été apportées aux différentes boîte à outils d'ArcGIS Pro. Je noterai simplement une évolution importante qui concerne la possibilité dorénavant de planifier l'exécution de vos géotraitements. Vous pourrez par exemple définir le jour et l'heure d'exécution d'un traitement lourd le soir ou pendant la nuit sur votre poste; ceci même si ArcGIS Pro est fermé.
            Modèles de géotraitement
      Là aussi beaucoup d'évolutions. On pourra noter la capacité d'exporter son modèle de géotraitement sous la forme d'un fichier vectoriel (SVG ou PDF) pour faciliter son intégration dans des documents externes.     Lors de l'export de vos modèles de géotraitement en scripts Python, de nombreuses améliorations ont été apportées sur la qualité et la clarté du code Python généré. On notera également que les sous-modèles sont pris en charge et exportés dans des scripts Python séparés.   Rapports  Les images en pièces jointes associées d'entités peuvent désormais être ajoutées à la section "Détails" d'un rapport en tant que nouvel élément. Par défaut, seule la première pièce jointe à l'image est incluse dans un élément de pièce jointe, mais vous pouvez le configurer pour afficher des pièces jointes supplémentaires.
                       Arcade 
      ArcGIS Pro prend en charge Arcade version 1.9. Voir les notes de publication sur les mises à jour depuis la version 1.7.

      On notera aussi différentes améliorations dans les interfaces permettant la saisie d'expressions Arcade. Par exemple, vous pourrez désormais afficher les numéro de lignes et identifier plus facilement les erreurs lors de la validation de vos expressions.

           
             Autres évolutions

      Beaucoup d'autres améliorations ont été apportées à ArcGIS Pro dans cette version 2.5, en particulier sur l'affichage et le traitement des sources de données raster et sur les couches multidimensionnelles, ou encore sur les capacités de Geonalytics Desktop en termes de machine Learning et de Deep Learning. Je reviendrai bien entendu sur les évolutions mentionnées ou pas dans cet article dans semaines et mois à venir. en attendant, vous pouvez vous reporter à cette page de la documentation en ligne d'ArcGIS Pro.


    • sur Dois-je utiliser ArcGIS Insights ou Operations Dashboard for ArcGIS ?

      Posted: 5 February 2020, 6:43pm CET
             La plateforme ArcGIS propose plusieurs applications pour analyser et présenter les données de votre SI et de votre SIG. Les deux applications les plus utilisées sont aujourd'hui ArcGIS Insights et Operations Dashboard for ArcGIS. Bien que ces deux applications aient des caractéristiques très différentes, vous vous posez parfois la question de l'usage de l'une ou de l'autre en fonction de vos besoins:
      • Quelle est la différence entre ArcGIS Insights et Operations Dashboard for ArcGIS ?
      • Quand dois-je utiliser Insights plutôt qu' Operations Dashboard for ArcGIS ?


      Pour y répondre, vous devez d'abord comprendre les objectifs et les capacités de chaque produit. C'est ce que je vous propose tout d'abord d'aborder.      Quelle est la différence entre Operations Dashboard et Insights?
      L'application Operations Dashboard for ArcGIS traite des données relatives à ce qui s'est passé ou ce qui se passe actuellement. Vous voyez vos données en temps réel (ou presque en temps réel) pour comprendre une activité, un phénomène, un projet, ... qui vient de dérouler ou qui se déroule en ce moment.        Les données sont issues de services d'entités publiés sur un portail ArcGIS Online ou ArcGIS Enterprise et mis à jour par différentes applications (ArcGIS Pro, Web AppBuilder, Survey 123 Collector ou encore QuickCapture) ou flux de données temps-réel, via GeoEvent par exemple. Ces données sont automatiquement synchronisées dans Operations Dashboard, ce qui fourni aux utilisateurs de votre tableau de bord un aperçu actualisé de ce qui se passe.
      Une fois que vous avez fait le constat de ce qui se passe, les questions qui se posent ensuite c'est de comprendre pourquoi cela se produit ou encore qu'est ce qui pourra se passer dans le futur. C'est là qu'ArcGIS Insights intervient. L'application ArcGIS Insights vous aide à répondre à vos interrogations, en vous permettant de manipuler et de croiser les différentes sources de données à l'infini pour mettre en évidence des tendances, des phénomènes, ...  ArcGIS Insights vous permet d'exécuter des analyses statistiques avancées (y compris Machine Learning / Deep Learning), d'appliquer des données démographiques et d'utiliser plusieurs sources de données pour obtenir des informations détaillées sur ce qui se passe sur votre territoire. Avec cette compréhension, vous pourrez également commencer à réaliser des analyses prédictives.
      En termes simples, Operations Dashboard for ArcGIS permet plutôt de constater (observer) ce qui se passe actuellement, tandis qu'ArcGIS Insights permet plus généralement de comprendre pourquoi cela se produit ou ce qui pourrait se passer plus tard.       Dois-je utiliser Insights ou Operations Dashboard?
      Bien qu'il n'y ait pas de règles absolues, maintenant que l'on connait la finalité de chaque application, voyons un peu les questions à se poser:
      Recherchez-vous une synchronisation en temps réel ou une mise à jour automatique de vos données dans un tableau de bord ?
      Si la réponse est oui, alors la réponse est probablement Operations Dashboard for ArcGIS.
      Je souhaite afficher les données dans un tableau de bord sans manipulation ni analyse ?
      Dans ce cas les deux solutions peuvent être utilisées, mais Operations Dashboard for ArcGIS sera généralement le choix le plus logique.
      Avez-vous des données tabulaires que vous souhaitez activer spatialement ou conserver dans un tableau ?
      Si oui, ArcGIS Insights est conçu pour fonctionner seul avec des données spatiales et tabulaires et vous permet de joindre des données tabulaires aux couches d'entités géographiques déjà existantes dans votre organisation.
      Voulez-vous exécuter des analyses spatiales, des enrichissements, des jointures, des calculs de temps de parcours, des agrégations dynamiques ou tout autre analyse statistique sur vos données avant de créer et de tableau de bord ?
      Si oui, ArcGIS Insights est le meilleur choix.    

      Conclusion
      Bien que les rendus obtenus dans un tableau de bord ou dans une page (c'est le terme dans Insights) peuvent parfois se ressembler,  il est important de retenir qu'ArcGIS Insights n'est pas seulement fait pour la visualisation finale de votre travail. ArcGIS Insights est conçu pour analyser vos données, spatiales et non spatiales, avec des processus statistiques et analytiques très puissants mais très simples à mettre en oeuvre. En d'autres termes, Insights vous donne la liberté d'effectuer toute les analyses et manipulations de données que vous souhaitez alors qu'un tableau de bord est avant fait pour restituer des informations.
      J'espère que cela aura pu vous éclaircir et vous aidera à faire le bon choix. Les équipes techniques d'Esri sont toujours là pour vous orienter si des doutes persistent.   
    • sur La samedi, c'est Map Story !

      Posted: 1 February 2020, 9:34am CET
        Au début des années 1970, la conception d'un projet d'aéroport sur les terres de la commune de Notre Dame des Landes est lancée, ce qui a laissé entrevoir une possibilité d'impact sur l'environnement, mais a aussi protégé le bocage de tout remembrement. Au début des années 2000, le projet d'aéroport du Grand Ouest est relancé, amplifiant la contestation qui lui est liée entraînant la mise en place d'une ZAD par des citoyens. Il est définitivement abandonné le 17 janvier 2018. Ce projet qui avait pour but de répondre à l'éventuelle saturation de l'aéroport international de Nantes Atlantique est devenu le symbol de la remise en cause de la légitimité des grands projets de construction et de l'accroissement des mouvements écologistes et des mises en garde visant à réduire les effets néfastes sur l'environnement.           
      J'ai choisi ce sujet cette semaine avec cette Story Map ArcGIS qui présente les enjeux de ce long et coûteux projet finalement avorté et pose la question du pourquoi cette controverse d'un point de vue environnemental ?        Basé sur le nouveau générateur ArcGIS Story Maps, le récit présente un premier constat territorial puis les enjeux de biodiversité sur le territoire du projet. Le récit rappelle ensuite ce qu'a été la ZAD et l'organisation de la lutte pour finalement évoquer les pistes alternatives autour de l'agrandissement.

      Certes ce récit est clairement partisan, mais il constitue une illustration intéressante de l'utilisation de outils de narration d'ArcGIS Online pour expliquer, argumenter ou décrypter un phénomène.   
    • sur Support d'Internet Explorer 11 dans ArcGIS

      Posted: 31 January 2020, 2:30pm CET
      Malgré les nombreux annonces et avertissements de Microsoft (je vous recommande celui-ci), même si cela est de plus en plus rare, des organisations utilisent encore Internet Explorer 11 comme navigateur par défaut. Pour répondre aux enjeux de support des prochaines versions d'ArcGIS, Esri vient d'ajouter des précisions spécifiques à la prise en charge d'Internet Explorer 11 dans les récentes mises à jour du plan de dépréciation des solutions ArcGIS. Elles seront ajoutées également dans les futures mises à jour de la documentation ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise. Le plan de dépréciation mis à jour est disponible à cette adresse.  
      Copyright: ZDNet
        Je reprends ci-dessous les principaux éléments:
      L'utilisation d'Internet Explorer 11 avec ArcGIS Online et ArcGIS Enterprise est déconseillée (mais supportée) dans les versions actuelles (10.7.x). Les utilisateurs sont fortement encouragés à passer à un navigateur récents et modernes tel que Mozilla Firefox, Google Chrome ou Microsoft Edge pour toutes leurs applications web. Bien qu'Internet Explorer 11 continue d'être pris en charge dans ArcGIS Online (mise à jour de décembre 2019) et ArcGIS Enterprise 10.8.x, son utilisation est globalement déconseillée et la prise sa charge sera interrompue dans les versions futures d'ArcGIS. Une communication supplémentaire sera de toute manière réalisée par Esri avant la suppression du support.
      Esri encourage fortement ses utilisateurs à commencer à introduire d'autres navigateurs plus récents et modernes tels que Microsoft Edge, Google Chrome ou Mozilla. Firefox. Cela facilitera la transition lorsque de la fin de la prise en charge d'Internet Explorer 11. Bien que Microsoft ne précise pas encore de date pour la fin du support de son navigateur né en 2013, un éditeur comme Esri doit anticiper cette fin prochaine et annoncer une fin du support d'Internet Explorer 11 probablement en 2021 à partir d'ArcGIS 10.9.x (à confirmer).
      Par ailleurs, Microsoft a annoncé la disponibilité générale du nouveau navigateur Microsoft Edge basé sur le même moteur Chromium que Google Chrome.
      Alors que Microsoft poussait déjà ses utilisateurs à travailler avec Edge depuis un certain temps, la grande différence est que ce nouveau Edge est disponible non seulement pour Windows 10 mais également Windows 7 et Windows 8 + 8.1 (et même macOS!). Il s'agit donc d'un bon choix pour un usage avec les apps ArcGIS et qui inclut également la compatibilité d'Internet Explorer en cas de besoin. Enfin, il est disponible pour toutes les versions courantes de Windows.  
    • sur Séminaire web "Python libraries for Spatial Data Science"

      Posted: 31 January 2020, 11:38am CET
      Dans le cadre de ses séminaires de formation gratuits, Esri organise prochainement un séminaire de formation aux librairies Python qui permettent une approche spatiale en Data Science. 
      Python est l'un des langages les plus utilisés en science des données, avec une communauté d'utilisateurs dynamique qui repousse les limites de ce que Python peut faire en créant de nouvelles bibliothèques, modules et API presque tous les jours. Avec un écosystème aussi massif, il est difficile pour les analystes de savoir avec quelles bibliothèques travailler. Dans ce séminaire, les présentateurs proposeront un panorama des bibliothèques Python les plus essentielles pour les professionnels de la donnée géospatiale et les experts en Data Science qui souhaitent inclure des données et des approches spatiales dans leurs workflows d'analyse.
         Ce séminaire d'une heure, en anglais, aura lieu le 20 février prochain. Pour plus d'informations sur les différents horaires, vous pouvez consulter cette page.
      Pour mémoire, le portail Esri Academy propose près de 600 formations en ligne (en anglais) dont 272 gratuites (522 si vous êtes un utilisateur ArcGIS sous conditions de maintenance).
    • sur EASY TERRITORY

      Posted: 31 January 2020, 10:24am CET
      Presque un an sans post ! n'y aurait il plus rien à dire sur ce sujet ? en fait si , c'est plutôt le temps qui me manque pour parler de tout ce qui ce passe! Tableau annonce dans sa prochaine version des outils d'analyse spatiale , avec pour commencer...
    • sur Un nouveau type d'utilisateur "Storyteller" pour ArcGIS Online

      Posted: 29 January 2020, 5:41pm CET
      Utilisant quotidiennement la plateforme ArcGIS pour votre SIG, vous êtes dorénavant familiarisés avec la notion de type d'utilisateur sur votre portail ArcGIS (Online ou Enterprise). Ces types d'utilisateurs permettent d'associer un ensemble de capacités fonctionnelles et d'applications à vos utilisateurs pour coller au plus près à leur besoin et à votre budget. Dans la continuité des types d'utilisateurs introduits en 2019, Esri lance aujourd'hui un nouveau type d'utilisateur "Storyteller" qui leur donnera l'accès à ArcGIS StoryMaps. Avec cette nouvelle option, vous pouvez donner à toutes les personnes de votre organisation susceptibles de créer des récits cartographiques la possibilité de créer de magnifiques narrations multimédias inspirantes et innovantes à partir des carte web ArcGIS et les autres contenus de votre organisation.


      Voici ce que vous devez savoir:
      Storyteller est destiné aux personnes qui souhaitent uniquement créer ArcGIS StoryMaps
      Ce type d'utilisateur a été conçu pour permettre aux créateurs de contenu passionnés, aux spécialistes du marketing, aux équipes de communications, aux rédacteurs de site web et à toute autre personne de votre organisation, de créer des Story Maps ArcGIS à un prix abordable (proche de celui d'un utilisateur de type "Viewer"). Avant l'introduction du type d'utilisateur "Storyteller", chaque concepteur de récit cartographique avait besoin d'un type d'utilisateur "Creator" ou "GIS Professional" pour utiliser ArcGIS StoryMap. Désormais, un type d'utilisateur leur a dédié.    Aucune expérience SIG ? Aucun problème.
      ArcGIS StoryMaps est vraiment simple à utiliser, et n'importe qui peut créer une récit cartographique. En utilisant le générateur pour ajouter des blocs multimédias (vidéos, photos, texte, etc.) dans sont récit un utilisateur "Storyteller" pourra réaliser des narrations convaincantes, interactives et faciles à publier et à partager. La bibliothèque de contenu partagé par votre organisation est intégrée directement dans ArcGIS StoryMaps, de sorte qu'il est facile pour cet utilisateur d'exploiter les cartes web, les scènes web et les autres applications web qui ont été créées par d'autres utilisateurs ayant plus de compétence en SIG ou en cartographie. Le "Storyteller" peut également utiliser les contenus publics et gratuits du Living Atlas ArcGIS dans ses récits. Il pourra cependant, si il le souhaite, créer ses propres cartes interactives avec des points, des fenêtres contextuelles associées et des flèches de flux, .... à l'aide de l'outils de création de cartes express.       Ce qui est inclus (et ce qui ne l'est pas)
      Le type d'utilisateur "Storyteller" offre la possibilité de créer des récits avec ArcGIS StoryMaps. Étant donné que vous pouvez intégrer du contenu créé par d'autres membres de votre organisation dans votre Story Map, il permet un accès en lecture seule à tous ces contenus. Comme les autres types d'utilisateurs, les Story Maps créées par le type d'utilisateur "Storyteller" peuvent être publiées et partagées publiquement, partagées uniquement via des groupes au sein de votre organisation, ou rester privées (pas partagées du tout). Le type d'utilisateur "Storyteller" ne permet pas aux utilisateurs de créer du contenu avec ArcGIS Online ou toute autre application ou produit ArcGIS. On notera que les modèles de Story Maps classiques d'Esri (Cascade, Map Tour, Map Journal, Map Series, etc...) ne sont pas accessibles avec le type d'utilisateur "Storyteller".    Le type d'utilisateur "Storyteller" est destiné à une organisation ArcGIS Online existante
      Étant donné que le type d'utilisateur "Storyteller" consiste à permettre aux nouveaux narrateurs de votre organisation de tirer parti de vos contenus ArcGIS existants, il doit déjà y avoir au moins un utilisateur de type "Creator" ou "GIS Professional" sur le portail de votre organisation. Si vous souhaitez travailler de manière autonome sur propre portail ArcGIS Online et que vous souhaitez essayer ArcGIS StoryMaps par vous-même, vous pouvez vous reporter à la licence ArcGIS for Personal Use.    Pour conclure
      Le type d'utilisateur "Storyteller" est donc disponible dès aujourd'hui sur ArcGIS Online et vous pouvez facilement en ajouter à votre organisation. N'hésitez pas échanger avec votre contact Esri habituel pour évoquer cette nouvelle option et évaluer sa pertinence par rapport à vos besoins.   
    • sur Mise à jour d'ArcGIS StoryMaps - Janvier 2020

      Posted: 27 January 2020, 8:47am CET
          Comme indiqué par Esri lors de la sortie d'ArcGIS StoryMaps en juillet dernier, le nouveau générateur de narrations cartographiques va évoluer rapidement et régulièrement. Après les mises à jour mineures d'août et octobre 2019, Esri proposait une troisième mise à jour plus importante de novembre. Aujourd'hui c'est, une quatrième mise à jour d'ArcGIS StoryMaps qui vient d'être publiée. Il s'agit de la première version de 2020 et je vous propose un résumé des nouvelles fonctionnalités ajoutées la semaine dernière:
          
      • Possibilité de créer des visites guidées (Map Tour)
      • Prise en charge d'actions sur les cartes
      • Formatage des textes avec différentes couleurs
      • Options d'ajustement et de remplissage pour les vidéos
      • Options de style pour le panneau narratif dans le diaporama
      • La possibilité de terminer votre récit avec une section de crédits
      • La capacité de publier un récit en privé, en public ou avec un groupe

      Si vous utilisez toujours les modèles de narration classiques d'Esri, vous devez prendre connaissance de toutes ces nouvelles fonctionnalités. Pour savoir comment et quand passer du classique à ArcGIS StoryMaps, vous pouvez consulter cet article (en anglais): Migrer vers les nouveaux ArcGIS StoryMaps.      Visite guidée  Le modèle classique Esri Story Map Tour est un modèle de narration extrêmement populaire. En effet, la communauté de narration d'Esri a créé plus de 200 000 Map Tours ! Maintenant, vous pouvez utiliser les nouvelles capacités (en beta) d'ArcGIS StoryMaps permettent désormais de créer de belles visites guidées à partir d'une simple couche de points. 
         Vous pouvez choisir entre deux dispositions de votre visite: focalisées sur les médias ou focalisées sur les cartes. Ces options, comme l'indiquent leurs noms respectifs, consacrent différentes surfaces d'écran aux médias et au contenu cartographique de la visite. Choisissez celui qui convient le mieux à vos besoins, tout en sachant que vous pouvez facilement basculer entre les 2 mises en page à tout moment. Les deux dispositions sont illustrées ci-dessous:
      Focalisé sur les médias

      Focalisé sur la carte
        L'expérience de configuration d'une visite guidée est similaire à celle d'autres blocs immersifs comme les compartiments latéraux ou les diaporamas, vous pouvez facilement créer une visite guidée pour guider les lecteurs à travers un ensemble de lieux intéressants. Chaque endroit peut avoir plusieurs images et toutes les informations sont facultatives. Si vous ne voulez pas qu'un lieu ait un nom ou une description, laissez-le vide. Vous trouverez ici un exemple de récit intégrant une visite guidée.     Actions de carte

      Une autre fonctionnalité populaire dans les modèles classiques de Story Map Esri concerne les actions dans la narration. Ces actions permettent de créer un lien dans votre récit qui rend votre histoire interactive en permettant à vos lecteurs de modifier l'état du récit. Par exemple, un lien d'action peut déplacer une carte vers un nouvel emplacement et activer (ou désactiver) des couches dans la carte et créer ainsi une nouvelle vision de la carte.

         Repensées par Esri dans ArcGIS StoryMaps, les actions de récit se nomment maintenant les actions de carte (en beta). Ils vous offrent de puissantes capacités que vous les trouverez faciles à configurer et que vos lecteurs trouveront tout aussi faciles à utiliser.

       
      Formater le texte avec des couleurs
       
      La mise en forme des textes dans votre récit à l'aide de la couleur est une demande fonctionnelle courante qu'ESri a décidé d'implémenter rapidement. Cette nouvelle version intègre donc la capacité de pouvoir libérer votre créativité en formatant les textes avec différentes couleurs.

             Options d'ajustement et de remplissage pour les vidéos

      Lorsque vous utilisez une vidéo dans un panneau multimédia immersif, vous avez maintenant la possibilité de choisir si cette vidéo remplit le cadre ou s’adapte à l’intérieur. Si vous choisissez de remplir le cadre, vous pouvez sélectionner un point focal pour que la partie importante de la vidéo soit toujours affichée, quelle que soit la taille du périphérique que votre lecteur utilisera. Lors du montage de la vidéo, vous aurez la possibilité de choisir la couleur d'arrière-plan pour le panneau multimédia.
       

           Options de style de panneau narratif dans le diaporama

      Lors de la création d'un diaporama, il existe désormais deux options supplémentaires pour définir la couleur du panneau narratif. Ces options rendent à la fois l'arrière-plan du panneau transparent et permettent de choisir entre du texte clair ou foncé. Ces styles sont utiles pour mélanger le texte plus naturellement avec le support en arrière-plan.



      Terminer votre récit avec des crédits

      Vous pouvez maintenant ajouter une section de crédits à la fin de votre histoire pour citer vos collaborateurs ou citer vos sources. La section des crédits est déjà activée pour toutes les nouvelles histoires que vous créez, mais elle n'apparaîtra dans votre récit que si vous y ajoutez des informations.
       
                   Nouvelles options de publication et de partage

      Deux workflows de publication supplémentaires sont pris en charge par le générateur de récits. Vous pouvez désormais choisir de publier un récit en privé, ce qui vous permet d'apporter des modifications à un récit non publiées sans avoir à la partager avec quelqu'un d'autre. Cela peut être utile pour les récits que vous créez pour les utiliser uniquement pour vos présentations par exemple.

      Vous pouvez désormais aussi partager un récit avec des groupes auxquels vous appartenez. Lors de la publication et du partage d'un récits avec un groupe, les autorisations de partage des contenus de votre récit sont vérifiées, comme d'habitude, et ses cartes, scènes et couches seront également partagées avec le groupe, si  nécessaire. Le partage avec un groupe fonctionne conjointement avec les autres options de partage. Tout d'abord, vous choisissez de garder votre histoire privée ou de la partager avec votre organisation ou tout le monde, puis vous pouvez choisir le ou les groupes avec lesquels la partager.

                      Lorsque vous parcourez votre contenu dans ArcGIS StoryMaps, vous remarquerez que l'onglet "Partagé avec moi" a remplacé "Mon organisation". C'est là que vous verrez tous les éléments partagés avec vous via votre organisation ou vos groupes. Utilisez une recherche par mot clé pour retrouver rapidement les éléments spécifiques qui ont été partagés avec vous via l'une de ces options de collaboration.              Autres évolutions...

      En plus des nouvelles fonctionnalités décrites ci-dessus, on notera d'autres améliorations dans cette mise à jour:
       

      • Imprimer un récit (en beta - on notera que l'impression de visites guidées n'est pas encore prise en charge)
      • Un mode de prévisualisation pleine page est disponible en plus des aperçus de l'appareil
      • Vous pourrez modifier les détails des intégrations affichées sous forme de cartes et télécharger une autre image pour les intégrations en ligne (en savoir plus)
      • Accrochez des points et des lignes de repère à d'autres sommets d'entités lors de la modification de cartes express
      • Mettre en forme les titres en italique
      • Masquer les icônes de partage social pour les récits publiés
      • Nombreuses corrections et améliorations de stabilité
        
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 25 January 2020, 11:00am CET
            Dans l'actualité cette semaine, un nouveau virus parti de Chine il y a un mois pourrait bien devenir une urgence sanitaire mondiale. Depuis lundi 20 janvier, le bilan s'est encore alourdi avec près de 900 cas et 41 morts ce matin. En France, ce sont désormais 3 cas qui sont recensés, les premiers cas du Coronavirus de Wuhan en Europe. J'ai donc choisi cette cartographie ArcGIS, elle aussi très virale, qui a été reprise ces derniers jours par de nombreux médias comme LCI, Atlantico ou CNews.

      D'un point de vue technique il s'agit d'un tableau de bord réalisé avec Operations Dashboard for ArcGIS sur la base des données actualisées très régulièrement par le CSSE.  
    • sur Des icônes Esri pour vos PPT

      Posted: 23 January 2020, 5:31pm CET
      La communauté des utilisateurs ArcGIS a manifesté son intérêt pour qu'Esri fournisse un ensemble d'icônes pour la création de présentations, en particulier des éléments graphiques permettant d'illustrer des architectures informatiques conceptuelles. Esri a donc récemment publié un premier ensemble d'icônes souvent utilisées par ses équipes dans leurs présentations. Ils peuvent être utilisées pour présenter des architecture conceptuelle afin de fournir un graphisme unifié pour représenter les déploiements de votre SIG.

      L'utilisation prévue de cet ensemble d'icônes est d'améliorer vos présentations PowerPoint en illustrant les principaux concepts SIG. Ils ne sont pas recommandés pour des présentations schématiques ou des workflows très détaillés.
        
    • sur ArcGIS Runtime passe en version 100.7

      Posted: 20 January 2020, 2:11pm CET
       
      Juste avant les fêtes de noël, l'équipe d'ArcGIS Runtime a bouclé la 7ème mise à jour des SDKs de développement d'applications natives de la plateforme ArcGIS.

      Pour mémoire, les SDKs ArcGIS Runtime sont des kits de développement permettant au développeurs de construire de puissantes applications 2D/3D de cartographie, de collecte de données, d'analyse spatiale, d'AR/VR, ... s'exécutant nativement dans des environnement bureautique ou mobile. Disponibles pour les environnements de développement Java, .Net, iOS, Android, C++ et Qt, ils offrent toutes la richesse fonctionnelle et l'ouverture sur tous les types contenus ArcGIS. Intégrés aux services, aux utilisateurs et aux autres apps de la plateforme ArcGIS, les applications développées avec ArcGIS Runtime peuvent fonctionner en mode connecté ou non-connecté pour vous permettre l'implémentations de workflows métier des plus simples aux plus évolués.
       
           Cette version 100.7 poursuit les pistes de développement introduites avec la mise à jour 100.6, cette version étend les capacités d'exploitation des Utility Networks, une prise en charge plus avancée des sous-types, mais aussi des évolutions importantes concernant l'utilisation de données en mode déconnecté. 
       
      Utility Networks

      En version 100,7, de nouvelles capacités ont été ajoutées pour permettre aux utilisateurs de votre application de faire des analyses de trace sur des réseaux de distribution (Utility Network):
      • Recherche des tronçons connectés à partir d'une localisation spécifique 
      • Recherche de sous-réseau: trace un sous-ensemble logique du réseau (par exemple, un circuit ou une zone).
      • Parcours aval: recherche la partie du réseau qui est alimenté à partir d'une localisation spécifique sur le réseau.
      • Parcours amont: recherche la partie du réseau qui alimente une localisation spécifique sur le réseau.

          S'appuyant sur la fondation introduite à 100.6, Runtime prend désormais en charge plus d'options de calcul de trace. En effet, les traces peuvent être configurées pour s'arrêter en fonction d'expressions d'attributs complexes ou de fonction de barrières. La capacité avancée de propagation d'attribut est également prise en charge, permettant la création de traces sur des réseaux électriques en prenant en compte la notion la phase. Les associations de connectivité et les associations de rattachements structurels peuvent désormais être interrogées au sein du réseau. Le développeur peut également requêter les informations supplémentaires sur le schéma du réseau. ArcGIS Runtime peut donc désormais servir à créer des applications de terrain vraiment puissantes pour exploiter les Utility Networks.
        Sous-types des couches d'entités  Certains jeux de données comme les réseaux de distribution gèrent des sous-familles d'éléments au sein d'une même couche d'entités pour représenter différents équipement du réseau réels (fusibles, transformateurs, commutateurs, etc.). Dans ArcGIS, cela est pris en charge par la notion de sous-types dans la classe d'entités de la Géodatabase. Ceci est un bon mécanisme pour les performances mais peut être difficile lors de la gestion et la personnalisation du rendu de ces sous-types dans certaines interfaces de l'utilisateur (fenêtres contextuelles, définition des gammes d'échelles visibles, etc.).  La nouvelle classe SubtypeFeatureLayer fournit une solution simple pour gérer cette source de données uniques comme un groupe de couches dans lequel chaque couche correspond à un des sous-types. Ces sous-couches peuvent être configurées indépendamment les unes des autres mais les requêtes restent optimisées sur toutes ces sous-couches. Par exemple, un déplacement de la carte envoie une seule requêtes à la classe d'entités source pour couvrir toutes les sous-couches (alors que la création manuelle dans votre code d'une couche d'entités pour chaque sous-type aurait entraîné une requête par couche d'entités).  Comme vous pouvez l'imaginer, bien que cela soit important pour des réseaux de distribution, vous pouvez également en faire bon usage pour toutes vos couches d'entités contenant des sous-types.
        Réalité Augmentée  L'un des trois modes de réalité augmentée introduits avec la mise à jour 100.6 était le mode Tabletop: vous fournissez une scène web 3D au composant AR du SDK d'ArcGIS Runtime et vous déterminez la surface sur laquelle la poser. En version 100.7, ArcGIS Runtime permet désormais de découper cette scène afin qu'elle s'adapte mieux au-dessus de la surface.

      En ce qui concerne les scènes web 3D, Esri a également incorporé en 100.7 diverses optimisations pour télécharger les scènes plus rapidement et plus efficacement.    Autres améliorations:
      • Les échelles de référence de la carte sont prises en compte pour couches de graphiques
      • Support des classes de symboles basées sur l'échelle pour les couches fournies via les MMPK
      • Support des zones de cartes "offline" planifiées définies par des polygones
      • Support des styles personnalisés pour les couches basées sur VTPK dans les MMPK
            Licence pour l'exploitation des réseaux de distribution (Utility Networks)   L'accès aux données et aux capacités d'analyse des réseaux de distribution (par exemple, le traçage) nécessite désormais une extension de licence pour l'utilisateur nommé utilisant l'application. Pour les utilisateurs de votre portail ArcGIS, une extension de type d'utilisateur "Utility Network" (disponible avec ArcGIS Online ou ArcGIS Enterprise 10.8) pourra être ajoutée à aux utilisateurs nommés exécutant votre application. Cette nouvelle extension "Utility Network" pourra aussi être acquise pour les licences de déploiement d'ArcGIS Runtime. Dans les deux cas, l'extension permet un accès aux capacités des réseaux de distribution (Utility Networks)  dans l'application ArcGIS Runtime. 
      Vous pouvez consultez la section "Licences par type d'utilisateur" ci-dessous pour plus de détails sur les améliorations apportées aux licences Runtime avec les utilisateurs nommés. Comme toujours, vous n'avez pas besoin de cette extension pendant le développement, uniquement lors du déploiement d'une application à des fins de production.
        Symbologie et rendu cartographique
      Lorsque vous drapez des symboles de marqueur sur le sol dans des scènes 3D, vous pouvez désormais choisir de les afficher en vertical (mode Billboard) ou à plat sur le sol (mode Flat).      Les applications ArcGIS Runtime peuvent désormais créer et modifier des couches de type "Screen Overlay" issues des fichiers KML (auparavant, vous pouviez simplement les afficher).   Esri a apporté diverses améliorations aux MMPK et MSPK pour travailler en déconnecté:
      • Les rasters peuvent être lus directement à partir d'un MMPK ou MSPK sans le décompacter
      • Les MSPK peuvent inclure des rasters comme sources d'altitude
      • Les MSPK peuvent désormais inclure des réseaux de transport (Network Dataset)
           Licence par type d'utilisateur
      Lorsque vous déployez une application ArcGIS Runtime, vous pouvez utiliser des jetons de déploiement ArcGIS Runtime (Lite, Basic, Standard, Advanced) pour autoriser l'exécution de l'application, en fonction des capacités nécessaires dans l'application. Vous pouvez également autoriser vos applications avec tous les niveaux d'utilisateurs nommés (Viewer, Editor, Field Worker, Creator, GIS Professional) de votre portail ArcGIS Online ou ArcGIS Enterprise. Désormais, ne se limitant plus à Lite et Basic, les connexions avec des utilisateur nommées permettent aussi d'accéder aux niveaux Standard et Advanced.

      Voici la correspondance entre les types d'utilisateurs nommés ArcGIS, les types d'utilisateurs partenaires et le niveaux de capacité des applications ArcGIS Runtime:
         
          Extension de licence pour les types d'utilisateurs  Sur le même principe que l'extension "Utility Network", une nouvelle extension "Runtime Analysis" peut désormais être attribuée à un utilisateur nommé en tant que module complémentaire aux utilisateurs de type Creator et GIS Professional (types d'utilisateurs qui incluent la licence Runtime Standard ou Advanced).
      Avec la prochaine version d'ArcGIS Enterprise 10.8, la nouvelle extension de type d'utilisateur "Utility Network". Celle-ci couvrira les capacités des réseaux de distribution (Utility Networks) sur toute la plateforme ArcGIS. L'extension de type d'utilisateur "Utility Network" est incluse par défaut avec les types d'utilisateurs GIS Professional Standard et GIS Professional Advanced et pourra être acquise en complément à tous les autres types d'utilisateurs (le type d'utilisateur Viewer sera limité à l'affichage et aux capacités de traçage).
        Autres évolutions
      Il y a pas mal d'autres améliorations dans ArcGIS Runtime en version 100.7, et comme toujours, certaines anomalies et dysfonctionnement ont également corrigés.
      Un bon SDK ne concerne pas seulement le code, on notera également les améliorations suivantes:
      • De nouveaux exemples de code ont été ajoutés aux applications de démo du SDK.
      • Le guide et les documents de référence ont été mis à jour.
      • L'équipe "Open Source Apps" a mis à jour l'application WPF Data Collection .Net avec de nouvelles fonctionnalités pour la mettre en conformité avec l'application iOS Data Collection. Et en prime, ils ont également publié une version UWP.
      • On remarquera qu'il n'y a pas eu de mise à jour du serveur local en 100.7.

      Pour connaître la liste complète des évolutions relatives à chaque SDK, les notes de publication de chacun de ces SDK vous fourniront plus de détails: Android , Qt , .NET , Java et iOS .         Télécharger et commencer dès maintenant  Pour obtenir la version 100.7, il vous suffira d'accéder au site web ArcGIS for Developers, puis de parcourir la page du SDK ArcGIS Runtime de votre choix pour le télécharger. Vous pouvez également référencer le SDK Runtime via NuGetGradle ou CocoaPods
      Si vous débutez dans le développement avec ArcGIS Runtime et n'avez pas d'abonnement ArcGIS Developer, inscrivez-vous simplement pour un créer un compte développeur gratuit et vous pourrez accéder à tout ce dont vous avez besoin pour développer votre application.  
    • sur Conseils & Astuces ArcGIS Online - N°127

      Posted: 17 January 2020, 9:59am CET
      N° 127 - Comprendre le mécanisme des caches sur les couches d'entités hébergées      Les couches d'entités hébergées constituent un des principaux types de contenus utilisés sur ArcGIS Online. Ils permettent de diffuser des couches d'informations géographiques (ou de simples tables) dynamiques souvent exploitées à travers des cartes, des scènes et des applications web. Ces couches d'entités hébergées peuvent être de densités et de volumétries très variables, et leur accès (affichage, requête, filtrage, ...) doit rester performant quel que soit le nombre d'utilisateurs simultanés qui les exploitent. Par exemple, sur des grands événements sportifs français, ArcGIS Online a ainsi démontré sa capacité à supporter plusieurs milliers de connexion simultanées générant plusieurs centaines de millions de requêtes sur quelques jours sans aucune dégradation des performances.   Pour permettre cette scalabilité en termes de volumétrie et de nombre d'utilisateurs, Esri combine plusieurs stratégies: généralisation à la volée des géométries en fonction de l'échelle, compression des données, mais aussi un mécanisme de tuilage des requêtes et un système de caches de réponses. L'objet de cet article est d'expliquer comment est mis en oeuvre ce mécanisme de caches.    
      Introduction
      La possibilité de mettre en cache, à différents niveaux, les réponses aux requêtes des utilisateurs sur une couche d'entité est très intéressante pour les contenus publics car elle permet de garder des performance optimum même lorsque vos cartes deviennent virales.
      Avant d'aller plus loin, décrivons ce qu'est une réponse. Une réponse correspondant aux informations renvoyées par le service web de la couche d'entités à une question que vous lui avez posée. Une application cliente peut poser différents types de questions (de requêtes), mais la plus courante est de renvoyer la description des entités présente dans l'étendue actuelle de ma carte.      Les clients basés sur l'API Javascript ArcGIS ou les SDKs QArcGIS Runtime, et par extension ArcGIS Online, fonctionnent bien avec des couches d'entités de toutes tailles. Lorsque les couches d'entités comportent un petit nombre d'entités, elles peuvent être récupérées en une seule requête car la taille de la réponse est petite. Pour les couches plus grandes, les entités sont demandées à l'aide de requêtes tuilées (fractionnement de la requête en plusieurs requêtes spatiales plus petites). Ces requêtes de tuiles sont définies de telle sorte qu'elles soient cohérentes, même entre différents utilisateurs et applications. Cette cohérence permet à ces réponses d'être mises en cache une fois sur le serveur et partagées entre tous les utilisateurs. Dans les deux cas (simple ou tuilé), ces requêtes peuvent être mise en cache dans l'application cliente (navigateur par exemple). Les requêtes de tuiles utilisent également la quantification pour améliorer les performances, mais c'est un sujet à part entière que je traiterai dans un autre article de blog.   Étant donné qu'ArcGIS Online utilise la mise en cache des réponses côté serveur, lorsque plusieurs utilisateurs demandent les mêmes informations, ce cache est alors utilisé. Cela libère les ressources à la fois sur le serveur et la base de données sous-jacente, permettant aux couches d'entités de s'étendre à des millions d'utilisateurs et de clients sans avoir à générer explicitement des tuiles à l'avance (ce qu'ArcGIS Online prend également en charge lorsque vous en avez besoin avec les couches de tuiles raster ou les couches de tuiles vectorielles). Bien entendu, les réponses mises en cache par le serveur sont automatiquement invalidées lorsque les données sont modifiées. Ceci garantit que les applications clientes utilisant la couche disposent toujours des informations les plus récentes.
      On peut donc résumer cela de la manière suivante: "ArcGIS Online utilise les requêtes de tuiles et la mise en cache des réponses de manière stratégique pour optimiser les performances et réduire la charge". 
      Pour certains d'entre vous, le savoir sera suffisant. Pour les plus geeks, je poursuis par une description un peu plus poussée pour comprendre tous les composants mis en oeuvre pour obtenir des couches d'entités performantes.           Mise en cache côté client: votre cache personnel dans votre navigateur
      La mise en cache côté client constitue votre propre cache des réponses renvoyées par le serveur, géré dans votre navigateur web. Lorsque vous interrogez une couche d'entités, le service d'entités répond avec un ensemble d'entités qui est téléchargé et stocké dans le cache de votre navigateur. Lorsque vous parcourez la carte ou effectuez un zoom avant ou arrière, le navigateur utilise les entités téléchargées dans le cache du navigateur chaque fois que possible afin d'éviter d'avoir à télécharger à nouveau ces entités à chaque fois que l'étendue de la carte change.
      Ce cache de navigateur a cependant une durée de vie limitée. Si vous parcourez vos données alors qu'elles ont été modifiées, pas de soucis, le navigateur demande toujours au serveur si quelque chose a changé depuis la dernière requête. Si c'est le cas, le navigateur obtient les nouvelles entités et met à jour son cache en conséquence. Cela garantit que ce que vous voyez sur la carte est à jour et réduit la charge sur votre ordinateur et sur la plateforme ArcGIS Online. Ce cache de navigateur persiste uniquement sur le poste client et n'est stocké nulle part ailleurs. Par conséquent, ce cache ne profite qu'à vous. Cela nous amène au CDN dont l'objectif est d'améliorer l'expérience de chacun.       CDN: un cache pour tous, partout
      Les réseaux de diffusion de contenu (Content Delivery Network ou CDN pour faire court), sont l'épine dorsale d'un Internet rapide. Pour les couches d'entités hébergées et partagées publiquement, le CDN agit de manière similaire à la mise en cache côté client, mais avec quelques différences. Tout d'abord, le cache de réponse CDN est réutilisé par toute personne utilisant la couche et envoyant la même requête, afin que tout le monde en profite, pas seulement vous. Deuxièmement, le CDN est distribué dans le monde entier et le cache est mis en miroir, ce qui signifie que même si les serveurs hébergeant les données sont à l'autre bout du monde, le cache est probablement beaucoup plus proche physiquement de vous. Ainsi, en plus d'être mises en cache, les données ont moins de noeud à parcourir sur Internet pour atteindre votre poste, donc elles sont plus rapides à télécharger.
      Copyright DigitalOcean

      Mise en cache côté serveur: partagée et stockée dans ArcGIS Online
      Comme mentionné précédemment dans cet article, seules les couches partagées publiquement utilisent le CDN, les couches privées (partagées au sein de votre organisation) n'utilisent pas le cache de réponse CDN. Ceci est logique car la sécurité de vos données implique que vos données privées ne soient jamais mises en cache sur des serveurs externes comme ceux des CDN. La mise en cache côté serveur permet de mettre en cache les réponses aux requêtes de tuiles dans ArcGIS Online afin que les autres utilisateurs de votre organisation et les utilisateurs publics puissent réutiliser le cache lorsque les caches du navigateur et du CDN ne peuvent pas être utilisés. Ce cache est partagé entre tous les utilisateurs autorisés à accéder à la couche. Il est maintenu en interne dans le cadre de l'infrastructure d'ArcGIS Online. En conséquence, les requêtes renvoient leur réponse plus rapidement, mettent moins de charge sur les bases de données sous-jacentes et assurent le bon fonctionnement de l'ensemble lors du passage à un nombre d'utilisateurs plus important, même sous une charge élevée. À mesure que vos données changent, le cache coté serveur est invalidé puis rafraîchi pour garantir aux utilisateurs qu'ils accèdent à la données la plus récente.    Récapitulatif: mise en cache des réponses en bref  Lorsque vous assemblez toutes les méthodes de mise en cache pour les couches d'entités hébergées, le flux de travail ressemble à ceci:



        Bonne route sur ArcGIS Online !   Pour retrouver l'ensemble des Conseils & Astuces ArcGIS Online, cliquez sur ce lien
         
    • sur Conseils & Astuces ArcGIS Online - N°126

      Posted: 16 January 2020, 8:25am CET

      N° 126 - Créer des sauvegardes locales des données de votre portailDisposer de tout ou partie de ses données géospatiales sur une plateforme Cloud qui garantit la sécurité de vos données n'empêche pas de souhaiter, de temps en temps, réaliser une sauvegarde locale vos données. Par exemple, cela peut être intéressant pour archiver certains états ou étapes de vos jeux de données, se constituer un historique sur certaines couches ou simplement garder une trace de certaines données avant de les supprimer de la plateforme.

      Pour les fichiers "statiques" (Shapefile, Géodatabase Fichier, fichier de paquetage, style web, GeoJSON, KML, image, document Office, autres...), un simple téléchargement sera nécessaire. Pour les couches d'entités (hébergées dans des bases de données),  il existe principalement 2 méthodes qui peuvent être utilisées pour sauvegarder des données à partir d'ArcGIS Online.:

      • Utiliser les capacités d'export et de téléchargement des éléments depuis "Mon contenu"
      • Utilisez l'API Python ArcGIS pour parcourir et télécharger au format FGDB

       
      Exporter et télécharger des éléments depuis "Mon contenu"

      Vous pourrez utiliser cette méthode pour enregistrer des copies individuelles de certains jeux de données depuis ArcGIS Online vers une machine locale. Ceci se fera à partir de la page des contenus selon la démarche suivante:


      1. Afficher la page de description de votre couches d'entités, puis cliquer sur le menu "Exporter des données". Vous choisirez alors le format de données souhaité pour votre sauvegarde.
         

            
      2. Vous renseignerez ensuite les métadonnées du fichier à exporter.
         

         
        Selon la taille de la couche d'entités et le format choisi, la durée de l'export peut prendre quelques secondes à plusieurs minutes.
           
      3. Une fois le fichier de sauvegarde généré, il vous suffira de le télécharger en local sur votre poste en cliquant sur le bouton "Télécharger".


           
      4. Vous pourrez alors décider de conserver le fichier de sauvegarde sur votre portail on non. Si vous le conservez, cela vous fait un niveau de sécurité supplémentaire. Pour mémoire, le stockage de ces fichiers consommera des crédits de stockage (1,2 crédits par Go par mois). Dans le cas contraire, vous supprimerez le fichier à l'aide du bouton "Supprimer" dans l'onglet "Paramètres".

      Sachez que tout contenu supprimé de votre portail d'organisation est définitivement supprimé et ne peut pas être récupéré.
       
       
      Utilisez Python pour automatiser cette procédure

      À l'aide de l'API ArcGIS pour Python, il est possible d'exporter et de télécharger chaque service d'entités hébergé de votre organisation (ou d'un utilisateur particulier) en tant que Géodatabase Fichier (FGDB) vers un emplacement sur un lecteur local. L'utilisation de cette méthode peut automatiser le téléchargement de plusieurs fichiers individuels en une seule opération. Votre script Python peut parcourir la liste des services d'entités, récupérer le titre du service, exporter la FGDB, télécharger cette FGDB en local, puis supprimer les éléments de FGDB générés temporairement dans "Mon contenu" sur votre portail ArcGIS Online.

      A titre indicatif, voici un exemple de script permettant d'automatiser la sauvegarde de toutes les couches d'entités d'un utilisateur spécifique:
       
      @import "https://dl.dropbox.com/s/4z8f5g6hy1ghf46/jupyter_notebook.css"; In [1]:
      from arcgis.gis import GIS
      from IPython.display import display
      username="xxxxxx"
      password="xxxxxx"
      myGIS = GIS("http://www.arcgis.com", username, password)
      user = myGIS.users.get(username)
      for item in user.items():
      if (item.type == 'Feature Service'):
      try:
      service_title = item.title
      version = "1"
      fgdb_title = service_title + version
      print('Export de l\'élément: ' + service_title)
      result = item.export(fgdb_title,'File Geodatabase')
      result.download(r'C:\\Export\ArcGISOnline')
      result.delete()
      except:
      print('Une erreur s\'est produite sur l\'élément: ' + service_title)


      Pour aller plus loin, vous pouvez consulter cet article de la base de connaissances du support qui montre comment automatiser les téléchargements de FGDB des services d'entités hébergés à l'aide de l'API ArcGIS pour Python.

        Bonne route sur ArcGIS Online !   Pour retrouver l'ensemble des Conseils & Astuces ArcGIS Online, cliquez sur ce lien
        
    • sur Neutralité carbone des entreprises : la contribution vertueuse des forêts

      Posted: 16 January 2020, 7:15am CET by Laura L'Hoiry
      neutralite-carbone-entreprises

      Dans nos sociétés industrielles mondialisées, il n’existe pratiquement aucune activité humaine qui, directement ou indirectement, n’émettent pas de CO2 et autres gaz à effet de serre (GES). De fait, le moindre déplacement, le moindre acte de production ou de consommation contribue au réchauffement global et au dérèglement climatique. Si chaque citoyen est invité à réduire ses émissions et son empreinte écologique en modifiant ses habitudes, on sait tous que la somme de ces « petits gestes » individuels ne suffira pas à infléchir la tendance et – conformément à l’accord de Paris (2015) basé sur les travaux du Giec – à limiter le réchauffement global à +1,5°C à la fin du siècle.

    • sur MOOC "Spatial Data Science: The New Frontier in Analytics"

      Posted: 15 January 2020, 10:41am CET
         Après le succès des MOOC (Massive Open Online Course) organisés ces dernières années, Esri a décidé de renouveler l'expérience cette année encore en proposant une nouvelle formation en ligne ouverte et gratuite intitulée: "Spatial Data Science: The New Frontier in Analytics". D'une durée de 6 semaines (2-3 heures / semaine), du 26 février au 9 avril, ce MOOC vous permettra de comprendre les enjeux de l'usage de la dimension géographique en Data Science. Vous apprendrez notamment à exploiter les données spatiales à travers des modèles de potentialités, des modèles prédictifs, des  modèles de détection ou de clustering via des algorithmes de Machine Learning et de Deep Learning.        Plus de 10000 étudiants sont déjà inscrits et vous avez jusqu'au 12 mars pour vous y inscrire également. Pour plus d'infos, tout se trouve sur cette page.   
    • sur Accélérer avec ArcGIS Pro en prenant les raccourcis !

      Posted: 14 January 2020, 6:57pm CET
      Cet article est une reprise actualisée de cet article paru en juillet 2019 sur arcOrama.
          Tout est fait dans ArcGIS Pro pour que vous soyez plus productifs: l'interface à rubans, la notion très puissante de tâches, l'accès à l'historique de vos traitement, les favoris pour gérer les connexions de votre catalogue de contenus ou encore raccourcis clavier. Sur ce dernier point, saviez-vous qu'une liste officielle des raccourcis clavier de Pro est désormais disponible en français. Il s'agit d'une ressource mise à disposition en juillet par Esri et dorénavant traduite en français à la demande des utilisateur sur ArcGIS Ideas.      Bien que la majorité de ces raccourcis soit documentée dans l'aide en ligne, l'avantage de ce document PDF de 6 pages c'est qu'il présente l'ensemble de ces derniers classé par thématiques. 
      Ceci est la première version d'une ressource qui évoluera et s'améliorera probablement avec le temps. Vos commentaires et suggestions sont les bienvenus. En attendant, n'hésitez pas à partager ce lien avec vos collègues.
    • sur Conseils & Astuces ArcGIS Online - N°125

      Posted: 14 January 2020, 8:57am CET
      N° 125 - Utiliser les groupes de manière efficace
           

      Les groupes constituent une fonctionnalité de base dans une organisations ArcGIS Online. Ils vous aident à organiser, partager et sécuriser les éléments de contenu de votre portail.

      "Un groupe permet de définir un ensemble de contenus à partager avec un ensemble d'utilisateurs. "

      L'utilisation efficace des groupes requiert une certaine compréhension des paramètres de configuration disponibles ainsi qu'une certaine réflexion sur l'objectif de chacun de ces groupes.

      Il existe de nombreux cas d'utilisation des groupes, certains directement liés à l'usage d'applications ou de workflows spécifiques (préparation de galeries de contenus pour certains modèles d'app, préparation d'un site Open Data, ....). Cet article traite les cas d'usage les plus classiques en termes de partage de contenus entre différents membres. Si vous n'êtes pas familier avec les groupes et leurs paramètres de configuration, consultez préalablement les rubriques d'aide relatives aux groupes dans la documentation ArcGIS Online. 

      Pourquoi vous créez votre groupe ?

      Tout d'abord, il est utile de réfléchir à l'objectif de votre groupe. La plupart des groupes s'inscrivent dans l'un de ces deux cas d'usage suivants:

      • "Groupe de diffusion": pour partager des contenus finalisés avec un public identifié (tout le monde, votre organisation ou certains membres en particulier)
         
      • "Groupe de travail": pour partager des contenus en cours d'élaboration avec un groupe spécifique de collaborateurs (les membres travaillant avec vous sur ces contenus

      Si vous ne décidez pas, dès le départ, la vocation de votre groupe et que vous n'invitez pas le périmètre approprié d'utilisateurs, le groupe peut rapidement perdre son utilité. Ceci est particulièrement important pour les groupes de diffusion qui, en fonction des privilèges donnés aux membres du groupe peuvent s'encombrés de contenu semi-finalisés, de moindre qualité ou hors sujet. Cela se produit généralement si des utilisateurs sont invités par erreur à rejoindre le groupe en tant que membres et qu'ils sont autorisés à contribuer au groupe.

      Dans de nombreux cas, vous aurez besoin de plusieurs groupes pour répondre à vos besoins. En fait,  les groupes de travail et les groupes de diffusion fonctionnent souvent bien par paires. Par exemple, une équipe restreinte peut utiliser un groupe de travail dans le cadre de son processus de production/conception pour collaborer à la création de cartes et d'applications, et cette même équipe peut avoir un groupe de diffusion pour partager ses produits finis avec l'ensemble de l'organisation. Une fois que vous avez identifié les types de groupes dont vous avez besoin, vous pouvez créer les groupes, définir des catégories de contenu de groupe et utiliser les paramètres de configuration pour créer l'expérience dont vous avez besoin.

      La principale différence entre les paramètres des deux groupes décrits ci-dessus est que le groupe de travail sera privé et le groupe de diffusion serait un groupe organisationnel (ou public). Les deux groupes pourront avoir les mêmes membres.

           
      Groupes de diffusion

      Tout d'abord, il faut bien noter que les paramètres de partage des éléments contrôlent les éléments que les utilisateurs peuvent ou ne peuvent pas voir. Par exemple, considérons le cas où vous devez créer une collection d'éléments que tous les utilisateurs de votre organisation peuvent voir. Vous pourriez être tenté de créer un groupe d'organisation, puis d'inviter tous les membres de votre organisation à rejoindre ce groupe. Il faudrait alors penser à intégrer ultérieurement les membres qui rejoignent votre organisation après avoir créé le groupe, ce qui n'est pas des plus pratique.

      Dans ce cas, il sera plutôt recommandé de créer un groupe organisationnel, puis de partager les éléments de contenus avec ce groupe ET avec l'organisation. En effet, tous les utilisateurs de l'organisation peuvent voir les éléments partagés avec un groupe organisationnel si et seulement si les éléments eux-mêmes soient également partagés avec l'organisation. On retiendra que le partage d'éléments l'emporte toujours sur les paramètres de groupe. Dans notre exemple, il n'est pas nécessaire d'inviter des utilisateurs qui ne contribueront pas aux contenus de notre groupe de diffusion; les seuls membres de ce groupe seront des contributeurs.

      Restreindre aux membres qui contribuent

      Parfois, des utilisateurs demandent à devenir membre d'un groupe afin que ce groupe apparaisse sur la page "Mes groupes". En effet, pour qu'un groupe soit répertorié sur sa page "Mes groupes", l'utilisateur doit être membre de ce groupe. Si vous souhaitez que les utilisateurs puissent rejoindre un groupe sans qu'ils soient pour autant des contributeurs, vous pourrez autoriser "Tout le monde" à rejoindre le groupe. En même temps, vous pourrez n'autoriser que les contributions par le propriétaire et les gestionnaires du groupe.

          D'autres moyens existent pour faciliter l'accès à un groupe aux utilisateurs de l'organisation (sans les ajouter en tant que membres). Il suffira d'ajouter le groupe en tant qu'élément dans le ruban de la page d'accueil de l'organisation ou dans la bibliothèque de l'organisation. Pour cela, il faudra créer un élément pour votre groupe en enregistrant simplement son URL en tant qu'application Web puis en partageant cette application avec le groupe contenant les éléments mis en avant en page d'accueil.
        
      Récupérer l'URL d'un groupe
          Une autre option pour permettre à tous les utilisateurs de voir votre groupe dans l'onglet "Groupes" consiste à demander à votre administrateur d'ajouter le groupe à la liste des groupes à l'affiche.
       
         
      Vous pouvez également partager un groupe (si il est public) en le publiant sur des réseau sociaux, ou envoyant l'URL du groupe par e-mail, en l'intégrant dans un site Web ou encoure en créant une application web configurable ("Bibliothèque des catégories" ou "Bibliothèque minimale") basée sur votre groupe.
       
      Types d'éléments à partager

      Lorsque vous décidez de partager différents types de contenus avec un groupe, vous devez pensez à la cible des utilisateurs. Si votre groupe de diffusion est destiné à un public large ou à des décideurs, envisagez d'inclure uniquement des applications, car les applications sont le meilleur moyen de regrouper le contenu finalisé pour les publics non-techniques. Vous devez alors vous assurer que les cartes web ou les couches référencées par les applications sont également accessibles au public ciblé. Si vous partagez avec des professionnels des SIG, il peut être intéressant d'inclure des cartes web et des couches afin qu'ils puissent les trouver et les utiliser pour créer leurs propres cartes et applications.

      Une dernière chose à savoir sur les groupes de diffusion: tout élément public pouvant être partagé avec n'importe quel groupe que vous possédez. Ainsi, lorsque vous trouvez des contenus intéressants publiés par Esri (ou d'autres auteurs) vous pouvez les ajouter à votre groupe pour les diffuser auprès de votre propre public.


      Groupes de travail

      Les groupes de travail sont, par définition, des groupes privés et ne peuvent gagner des membres que sur invitation, car personne n'est en mesure de trouver le groupe. Les groupes de travail qui sont partagés avec l'organisation (ou de manière publique) peuvent inviter des membres ou accepter des demandes d'adhésion. Si votre groupe accepte les invitations, assurez-vous de visiter régulièrement l'onglet "Aperçu" ou "Membres" de votre groupe (et non pas simplement la page "Groupes") pour accepter ces invitations!

      Il est important de faire une distinction claire entre les groupes de travail et de diffusion notamment pour les participants au projet qui seront souvent membres des deux groupes. En effet, il peut être difficile pour l'équipe de projet de garder les choses claires car elle peut voir les deux ensembles d'éléments. Un bon moyen d'organiser cela consiste à utiliser une convention de dénomination pour vos groupes de travail et les éléments non encore finalisés. Par exemple:

      • Groupe de diffusion: «Mon projet de cartographie»
      • Groupe de travail: «Mon projet de cartographie (en cours)»
      • Carte web finale: «Ma carte web»
        [partagée uniquement avec le groupe de diffusion]
      • Carte web en cours: «Ma carte web (en cours)»
        [partagée uniquement avec le groupe de travail]
       
       
      Pour  résumer

      Le tableau ci-dessous décrit certains types courants de groupes discutés ci-dessus, les paramètres de partage de ces groupes et des élément associés.


           Bonne route sur ArcGIS Online !   Pour retrouver l'ensemble des Conseils & Astuces ArcGIS Online, cliquez sur ce lien
        
    • sur Tracker for ArcGIS est désormais disponible sur ArcGIS Online !

      Posted: 13 January 2020, 8:58am CET
      Tracker for ArcGIS est une nouvelle capacité de la plateforme permettant de suivre en temps-réel, d'archiver et d'analyser facilement les positions de collaborateurs se trouvant sur le terrain: une flotte de véhicules, des équipes en opération, une course cycliste ou pédestre, des tournées contractuelles effectuées par vos inspecteurs, etc... Exploitant un mécanisme intelligent de collecte des positions et des capacités de diffusion et de stockage sur votre portail ArcGIS, Tracker for ArcGIS s'intègre avec l'ensemble des apps de votre SIG. La bonne nouvelle c'est que désormais Tracker for ArcGIS est disponible sur ArcGIS Online pour vous offrir cette nouvelle solution de géolocalisation en mode SaaS.                     Tracker sur ArcGIS Online  Après une implémentation initiale dans ArcGIS Enterprise 10.7 en avril 2019, la capacité de suivi de localisations d'appareils mobiles est maintenant disponible en tant qu'extension d'organisation sur votre portail ArcGIS Online.   
      Activation des capacités de suivi des localisations
      dans votre portail ArcGIS Online
       
      Paramétrage des capacités de suivi des localisations
      dans votre portail
       ArcGIS         
          Les fonctionnalités de stockage, de visualisation et d'analyse ne nécessitent pas de licence supplémentaires ou de crédit. Seule l'application mobile Tracker for ArcGIS, qui prend en charge la collecte des localisations, nécessite en revanche une licence.
      Les traces sont stockées dans un service d'entités "Suivi de la localisation" créé spécialement pour cela sur votre portail d'organisation pendant 30 jours, sans aucun coût (crédit) de stockage. 
      Si vous souhaitez conserver les traces pendant une période plus longue ou utiliser d'autres outils d'analyse d'ArcGIS Online, vous devrez d'abord les exporter à partir de la couche de suivi des localisations. 

      Track Viewer
      Les traces stockées dans la couche d'entités peuvent être partagées et analysées en toute sécurité avec d'autres personnes à l'aide de l'application web "Track Viewer". Vous pouvez également utiliser les vues et les groupes classiques d'ArcGIS Online pour gérer le partage des informations de localisations. Il est donc possible de gérer très finement les droits d'accès aux localisations des différentes personnes suivies et respecter ainsi les réglementations en vigueur (RGPD ou autres).            Tracker for ArcGIS
      L'application mobile Tracker for ArcGIS est disponible en tant qu'application premium (licence payante) pour les appareils Android et iOS. Cette licence peut être ajoutée à tout type d'utilisateur, y compris Viewer
         Avec cette mise à jour de décembre, Esri a ajouté des nouvelles fonctionnalités dans l'application mobile:
      • Prise en charge complète du mode sombre sous Android et iOS
      • Possibilité de lancer la caméra et de scanner un code QR pour faciliter une connexion à un portail ArcGIS Enterprise
      • Prise en charge des liens pour le lancement de l'application Tracker for ArcGIS, par exemple:
        https://tracker.arcgis.app?portalURL=https://mon_portail.mon_entreprise.com/arcgis
      • Prise en charge de nouveaux paramètres de configuration MDM qui offrent plus de contrôle sur la mise à jour des traces vers la couche de suivi de localisation (uploadTracksFrequency et updateLKLFrequency)
      • Prise en charge de l'authentification par une infrastructure PKI
             Les évolutions à venir    Ci-dessous, quelques éléments qui figurent sur la feuille de route de Tracker for ArcGIS pour 2020:
      • Les traces enregistrées à l'aide de Tracker for ArcGIS seront visibles dans d'autres applications de terrain (vous le verrez d'abord dans Collector et Explorer sur la plateforme iOS).
      • Prise en charge de l'Apple Watch
      • Offrir plus d'options de planification des périodes d'enregistrement des localisations
      • Prise en charge du positionnement en intérieur
      • Extension du schéma de suivi d'emplacement
      • Capacités de Geofencing et notifications


      Vous pouvez visiter le site de ressources et de documentation pour en savoir plus sur Tracker for ArcGIS. Le site Geonet est également un excellent moyen de rejoindre la communauté des utilisateurs de Tracker et de poster vos idées sur ce que vous aimeriez voir dans les prochaines versions.  
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 11 January 2020, 10:42am CET

      Depuis plusieurs mois, l'est de l'Australie est ravagée par des feux de brousse immenses et incontrôlables attisés par une vague de chaleur historique. Si le bilan humain reste modéré (30 personnes à ce jour), ce sont près d'un 1,2 milliards d'animaux qui ont à priori disparus. Même si en Australie, les feux de brousse sont communs à cette époque et participent à la régénération des écosystèmes, ils ont pris, cette saison, une dimension catastrophique. C'est donc le sujet qui a retenu mon attention cette semaine avec de nombreuses cartographies réalisées depuis quelques semaines sur ArcGIS Online. 
      La première cartographie les principaux foyers et affiche une couche d'imagerie issue des capteurs thermiques MODIS des satellites Aqua et Terra de la Nasa.

      Si, d'un point de vue technique, l'ajout de telles sources de données dans des cartes web ArcGIS Online vous intéresse, je vous recommande la lecture de ce récent article du blog ArcGIS (en anglais).
      La seconde application est un récit ArcGIS (ArcGIS StoryMaps) réalisé par des collégiens américains. Elle présente de manière pédagogique la situation des incendies ainsi que les causes du caractère exceptionnel de cet été 2019-2020 en Australie.
          La dernière application que j'ai choisie a été réalisée par l'EMSINA (Emergency Management Spatial Information Network Australia) et présente, à l'aide d'une application configurée avec Web AppBuilder for ArcGIS, un bilan chiffré et actualisé quotidiennement des surfaces impactées par les incendies ainsi que leurs limites.  
    • sur Web AppBuilder Developer Edition 2.15 est disponible

      Posted: 10 January 2020, 8:30am CET
        La version 2.15 de l'édition développeur de Web AppBuilder for ArcGIS Developer Edition vient d'être mise en ligne et peut désormais être téléchargée depuis le site ArcGIS for Developers . Cette mise à jour inclut les nouvelles améliorations apportées à Web AppBuilder sur ArcGIS Online en décembre dernier.

      Parmi les évolutions notables, on pourra citer les points suivants:

      • À l'aide du widget "Ajouter des données", en plus des services Web OGC WMS, vous pouvez désormais ajouter un service OGC WFS via une URL ou via un élément référençant le service.
         

           
      • Le widget "Distance et Direction" permet dorénavant de publier les résultats en tant que couche d'entités hébergée.
      • Le widget "Filtrer les groupes" vous permet désormais d'ajouter une en-tête de texte personnalisée, de masquer cette en-tête et de filtrer la sélection si un seul groupe est configuré.
          
      • Le widget "Autour de moi" permet dorénavant de désactiver la mise en surbrillance des entités sélectionnées. Vous pouvez également choisir d'étendre ou de rétracter les filtres par défaut lorsque l'utilisateur ouvre le widget.
           
      • Le widget "Parcours réseau" permet maintenant aux utilisateurs d'ignorer des emplacements à partir de la fenêtre contextuelle d'une entité désactivable sélectionnée.
          
      • Le widget "Filtrage" offre de nouvelles options configurables pour masquer les lignes ayant des valeurs d'attribut nulles et NoData dans le rapport. De plus, les unités "miles carrés" ont été ajoutées comme unité disponibles pour le calcul de la surface.
         

           
      • Le widget "Analyse des risques" vous permet désormais d'ajouter des types de risques personnalisés et les distances d'évacuation associées.
          
      • Avec le widget "Visibilité", vous pouvez publier les résultats en tant que couche d'entités hébergée.
       
      Vous retrouverez les détails des évolutions de cette version 2.15 et la documentation correspondante depuis cette page de l'aide en ligne.   
    • sur arcOpole Builder 1.3 est disponible

      Posted: 9 January 2020, 8:47am CET by Programme arcOpole
      La sortie de la nouvelle version d'arcOpole Builder est notre manière de vous souhaiter une bonne année. Avec arcOpole Builder 1.3 et son lot de nouveautés fonctionnelles et techniques, l'année 2020 s'annonce sous les meilleurs hospices et remplie de promesses ! Une version pleine de nouveautés fonctionnelles ... Vos utilisateurs seront intéressés par disposer de nouveaux widgets qui leur
    • sur ArcGIS Urban passe en version 1.1

      Posted: 9 January 2020, 8:46am CET
          Disponible depuis juillet dernier, ArcGIS Urban est la nouvelle solution web d'Esri pour exploiter les technologies SIG de la plateforme ArcGIS dans le cadre de vos workflows de planification urbaine. Elle permet la création de scénario de plan d'aménagement en intégrant certaines contraintes réglementaires puis d'analyser l'impact de ces différentes options. ArcGIS Urban permet également de superviser, à travers un jumeau numérique 3D de votre territoire, l'évolution des différents projets urbain et de collaborer autour de ces informations avec les différents acteurs de l'aménagement, y compris le grand-public. Depuis quelques jours, une première mise à jour 1.1 est en ligne et je vous propose de revenir sur certaines évolutions notables.    Démarrer avec des exemples de villes existantes  Vous pouvez désormais découvrir et évaluer ArcGIS Urban sans avoir à intégrer vos propres données. En effet, vous pouvez créer rapidement un modèle urbain à partir de données d'exemple sur différentes villes (Melbourne, Boston, Uppsala et Hardeeville).
             Au démarrage d'ArcGIS Urban, vous pourrez choisir un de ces 4 exemples pour copier automatiquement les contenus et les paramètres sur votre portail et disposer d'un premier modèle urbain pour pouvoir ensuite l'utiliser et le modifier comme vous le souhaitez.  
         
           Street View  Pour vous aidez dans vos tâches de pédagogie et de collaboration autour de vos projets urbains, vous pouvez dorénavant afficher des données de vues immersives et les comparer à vos scène 3D ArcGIS Urban. Disposer d'un environnement immersif intégré à vos outils de planification permet de faciliter la compréhension du territoire et d'améliorer ainsi la prise de décision.   
      Affichage de vues immersives Mapillary dans ArcGIS Urban
       
      Vous pouvez inclure des vues immersives Mapillary, à condition de disposer d'une clé d'API correspondante. Dans une future version, les vues immersives CycloMedia seront également une troisième option possible. En mode "Street View", vous pouvez utiliser l'écran partagé pour comparer l'état actuel ou futur de votre ville avec ce que vous pouvez voir aujourd'hui du point de vue des piétons. Très intéressant, le mode "Street View" est disponible dans la vue d'ensemble mais aussi dans le concepteur de plan.   
      Affichage de vues immersives dans le contexte d'un plan
                Intégration des arbres  Tout comme la couche des bâtiments existants, vous pouvez désormais ajouter une couche contenant vos arbres en tant que couche de base. L'intérêt est de pouvoir bénéficier du mécanisme de masquage automatique par les entités aménagement futurs. Ces arbres existants seront affichés dans la vue d'aperçu et dans le concepteur de plan comme les autres couches de base 3D.
      Vous pouvez ajouter la couche des arbres existants dans le Gestionnaire de données à partir d'une couche de scène avec des géométries ponctuelles.
                 
      Exporter vers ArcGIS StoryMaps ou d'autres applications

      ArcGIS Urban 1.1 de nouvelles capacités d'export qui vous permettent de consommer et de partager les contenus que vous avez créés dans ArcGIS Urban pour pouvoir les utiliser dans d'autres applications et outils.

      Exporter les indicateurs de capacité

      Vous pouvez désormais exporter les valeurs des indicateurs de capacité (population, logement, emplois) calculées à la volée dans les différents scénarios de vos plans. Ces valeurs peuvent être exportées vers une feuille de calcul. Vous pouvez exporter tous les scénarios en même temps et obtenir un aperçu des indicateurs de capacité à comparer. L'export contient également la ventilation des types d'utilisation de l'espace et de leur surface brute respective.
               
      Export des indicateurs de capacité
                 La feuille de calcul comprend également tous les types de zonage et la somme des zones de parcelle affectées pour chaque scénario. Cette nouvelle fonctionnalité permet aux utilisateurs de créer des tableaux de bord (avec Operations Dashboard for ArcGIS par exemple) ou d'utiliser les valeurs pour les rapports.

      Exporter les scénarios de vos plans

      Lorsque vous utilisez le nouveau processus de publication de l'éditeur de plan, vous pourrez sélectionner les scénarios que vous souhaitez rendre publics. Les données sont exportées sous forme de scènes Web (3D) et de cartes Web (2D), vous pouvez donc ouvrir les scénarios dans les visionneuses de carte ou de scène sur ArcGIS Online.
           
      Nouveau processus de publication de scénarios de plan dans ArcGIS Urban
       
      Vous pourrez alors utiliser ces données dans ArcGIS StoryMaps et d'autres applications web, par exemple en incorporant un scénario pour une  application d'exploration interactive 2D ou 3D configurée avec, par exemple, ArcGIS Hub, Web AppBuilder for ArcGIS, ou encore Operations Dashboard for ArcGIS.
            
      Exemple de page ArcGIS Hub intégrant des scènes 3D issues de plans ArcGIS Urban
                     La publication d'un scénario de plan crée une couche d'entités distincte répliquant les données de votre scénario que vous pouvez utiliser dans d'autres outils de conception et d'autres logiciels (par exemple: ArcGIS Maps for Adobe Creative Cloud). Vous pouvez retrouver ces contenus exportés dans un dossier portant le nom de votre plan dans les contenus de votre portail ArcGIS Online.

      Cette nouvelle fonctionnalité vous permettra d'utiliser plus facilement les contenus que vous avez créés dans ArcGIS Urban avec le reste de la plateforme ArcGIS.

       
      Capture d'écran

      Avec ArcGIS Urban 1.1, vous pouvez désormais réaliser des captures d'écran en haute résolution sous forme d'images PNG que vous pourrez ensuite utiliser dans vos présentations et documents. Les captures d'écran excluent tous les éléments de l'interface utilisateur et vous donnent une image claire de votre scène 3D dans ArcGIS Urban.

           
      Ajoutez vos propres types d'utilisation de l'espace aux plans

      Une autre nouvelle fonctionnalité fournie avec ArcGIS Urban 1.1 concerne les types d'utilisation de l'espace qui sont déclarés spécifiquement pour un plan. Vous pouvez maintenant ajouter et configurer des types d'utilisation de l'espace dans chaque plan et les appliquer aux types de bâtiments proposés. Des types d'utilisation de l'espace configurables aident à tester différentes hypothèses, par exemple en ce qui concerne le ratio de surface moyenne occupée par une personne. Vous pouvez ensuite les utiliser pour construire différents scénarios, par exemple un scénario à faible, moyenne et haute densité.
       
          
      Import plus simple de vos données de zonage
       
      Dans le gestionnaire de données, vous disposez désormais d'un moyen de créer votre liste de types de zonage en fonction de la symbologie de votre couche d'entités contenant les zones. Par conséquent, vous pouvez importer les types de zonage à partir d'une couche d'entités (de PLU en particulier) et en extraire une liste de types de zonage uniques, y compris le nom, la description et la couleur.
       
       
      Autres évolutions

      D'autres évolutions ont été apportées à cette version 1.1 comme l'affichage de messages plus détaillées sur les erreurs de validité au moment de l'import de données, une interface plus claire dans les panneaux latéraux, la possibilité de désactivé les étiquettes d'avertissement dans les plans, une ergonomie retravaillée pour l'assistant de création des types de bâtiment, etc... 

      Vous pourrez retrouver la liste complète des nouvelles fonctionnalités dans les notes de version d'ArcGIS Urban 1.1.
       
         
      Découvrir ArcGIS Urban et démarrer dès maintenant...

      Si vous souhaitez découvrir les différentes capacités proposées par ArcGIS Urban, j'aurai le plaisir d'animer un séminaire web le 28 janvier de 11h à 12h, vous pouvez vous y inscrire sur cette page.

      Si vous ne disposez pas de licence mais que vous souhaitez tout de même tester ArcGIS Urban, vous pouvez obtenir une version d'évaluation à partir de cette page.
          
    • sur Collector for ArcGIS passe en version 20.1 sur iOS

      Posted: 8 January 2020, 2:20pm CET
          Pour commencer l'année 2020, Collector for ArcGIS s'offre une mise à jour sur la plateforme iOS. Après une mise à jour mineure en octobre 2019, cette version 20.1 propose de nouvelles fonctionnalités que les utilisateurs de l'application mobile vous probablement apprécier:
        
      • Accrochage aux entités existantes
      • Mise à jour des valeurs des formulaires simultanément pour plusieurs entités
      • Réutiliser les valeurs de champ saisies pour différentes entités
      • Scanner un code QR pour se connecter à votre portail
      • Afficher les traces locales créées à l'aide de Tracker for ArcGIS
         
      Accrochage aux entités existantes  Probablement une des améliorations les plus demandées sur la nouvelle génération de Collector for ArcGIS, vous pouvez désormais vous accrocher aux entités ponctuelles existantes ou aux sommets des lignes et des polygones lorsque vous créez de nouvelles entités ou lorsque vous mettez à jour la géométrie d'une entité existante.

      Si vous ne souhaitez pas appliquer la capture, un paramètre de configuration de Collector a été ajouté pour que vous puissiez également le désactiver.

            
      Mise à jour simultanée des valeurs de formulaire pour plusieurs entités

      Très souvent, vous vous trouvez dans une situation où vous devez affecter la même valeur de champ à un certain nombre d'entités que vous avez créées ou modifiées. Par exemple, mettre à jour un statut d'inspection en tant que "Terminé" une fois que vous avez fini de parcourir un ilôt ou un quartier entier. Au lieu de sélectionner chaque entités, modifier son attribut et soumettre les modifications, vous pouvez utiliser la commande "Mises à jour multiples" pour mettre à jour différentes entités et différents attributs en une seule saisie.

         
      Réutiliser une valeur précédemment saisie

      Désormais, vous pouvez facilement réutiliser les valeurs que vous avez précédemment saisies dans votre formulaire pour optimiser la saisie répétitive de données et les erreurs potentielles qui peuvent en résulter. Cela peut être très utile lors de la saisie de texte fréquemment utilisé tel qu'un nom de rue, un nom d'opérateur, une observation,...

        Directement au-dessus du clavier, dans les accessoires du clavier, vous pouvez appuyer sur "Valeurs récentes" et trouver jusqu'à 3 valeurs précédemment saisies pour ce champ.
       

      Scanner un code QR pour se connecter

      Lorsque vous vous connectez pour la première fois à un portail ArcGIS Enterprise, vous devez d'abord saisir l'URL de votre portail. Cela peut être assez long pour les utilisateurs terrain de taper cette URL sur leurs appareils. Désormais ils pourront appuyer sur l'option "Scanner le code" pour ouvrir la caméra et numériser un code QR (ou un code-barres) et arriver directement sur l'interface d'authentification pour saisir le nom d'utilisateur et le mot de passe.


      Pour créer le code QR, créez simplement le QR Code à l'aide d'un outil en ligne comme celui-ci et du lien d'application de Collector for ArcGIS contenant le paramètre d'URL de votre portail ArcGIS Enterprise. La documentation vous fournira plus d'information sur la notion de lien d'application mais dans ce contexte, il suffira d'utiliser un lien de ce type:
      https://collector.arcgis.app?portalURL=https://sig.mon_entreprise.fr/arcgis


      Afficher les traces locales de Tracker for ArcGIS
      Si vous enregistrez vos localisations à l'aide de l'application Tracker for ArcGIS, vous pouvez maintenant afficher les traces de vos localisations dans Collector for ArcGIS. Si vous appuyez sur l'outil "Couches", vous trouverez une nouvelle entrée intitulée "My Tracks" pour afficher les traces sur la carte et vous pourrez également appuyer sur "Tracker" pour, le cas échéant, ouvrir l'application Tracker et activer/désactiver le suivi (ou ajuster l'historique des traces à afficher). Collector for ArcGIS affiche les traces qui sont stockées sur votre appareil afin que vous puissiez voir les localisations précédentes, ceci même si vous perdez la connectivité.


      On notera également que les paramètres de filtrage de Tracker sont honorés, donc si vous ne voulez voir que les traces d'aujourd'hui dans Collector, définissez l'option de filtrage sur "Aujourd'hui" dans l'application Tracker.       Autres nouveautés
      En plus de toutes ces améliorations, l'équipe de Collector a effectué un certain nombre de mises à jour supplémentaires plus discrètes, telles que:
      • Ajout du support natif de 2 nouveaux récepteurs GPS: le Dual XGPS160 et Juniper Systems Geode
      • Séparation des outils "Couches" et "Légende" et accès plus rapide aux couches en mettant l'accès aux couches directement dans la barre d'outils
      • Vous pouvez maintenant utiliser une loupe pour déposer une punaise avec plus de précision dans sa localisation pour obtenir des infos (coordonnées, adresse, ...)
      • Le modèle du "guide de terrain" a été mis à jour avec les modifications d'interface de cette version 20.1.
      On notera aussi le règlement de nombreux dysfonctionnements. Vous pouvez les consulter ici.
           Et ensuite, et pour Android...
      On peut tout d'abord préciser que la version Android est en cours de développement et arrivera bientôt. Esri annonce plus de 15 000 beta-testeurs et certaines fonctionnalités ont récemment été ajoutées. Les prochaines mises à jour de cette version beta se concentreront sur la stabilité et Esri prévoit une sortie dans les prochains mois. Si vous n'avez pas rejoint le programme beta, vous pouvez rejoindre le programme Early Adopter et accéder à la version beta la plus récente.
      Beaucoup d'autres améliorations intéressantes sont planifiées pour Collector for ArcGIS en 2020 et vous aurez l'occasion de tester en beta les futures fonctionnalités dès qu'elle seront disponibles sur iOS et sur Android.
    • sur Quelques tendances technologiques pour ArcGIS en 2020

      Posted: 7 January 2020, 8:01am CET

      En ce début d'année, je vous propose de mettre en perspective quelques tendances technologiques marquantes dans l'évolution de la plateforme ArcGIS pour cette nouvelle année. Bien évidement, pour certaines d'entre-elles, il ne s'agit pas de sujets nouveaux mais des thèmes qui s'accélèrent ou pour lesquels des étapes importantes marqueront cette année 2020.
        
      ArcGIS Pro / ArcMap: l'année pour basculer !
        
      Les statistiques sur l'année 2019 sont claires, la migration des utilisateurs des anciennes applications ArcGIS Desktop (ArcMap, ArcCatalog, ArcScene, ...) vers ArcGIS Pro a été massive. La principale motivation réside dans le fait qu'ArcGIS Pro est largement plus riche fonctionnellement que les applications de l'ancienne génération. Cependant, quelques points spécifiques d'équivalence fonctionnelle pouvaient encore bloquer le basculement définitif vers ArcGIS Pro. Les versions 2.5 et 2.6 d'ArcGIS Pro prévues en 2020 régleront définitivement ces quelques points assez spécifiques.     Parmi ces points, rien que dans la prochaine version d'ArcGIS Pro on pourra noter: les symbologies par diagramme, les modèles de mise en page, l'impression Offset, un export vers Adobe Illustrator totalement nouveau, la gestion des workflows de replicas entre Géodatabases, la possibilité à verrouiller les étiquettes, la mise en correspondance entre la symbologie d'un couche et un style, les possibilités de scripting autour des métadonnées, la possibilité de créer des Network Datasets à partir de zéro ou encore l'inspecteur d'adresse dans le workflow de géocodage.        Dans les versions suivantes (2.6 et 2.7), on pourra mentionner le support du référencement linéaire, le support des périphériques GPS ou encore les symbologies bivariées.
      Au delà des évolutions relatives à l'équivalence fonctionnelle, les prochaines versions d'ArcGIS Pro proposeront de nombreuses capacités nouvelles. Par exemple, pour la version 2.5 (prévue le 23 janvier prochain en langue anglaise), on citera l'intégration de l'environnement Notebook dans l'interface d'ArcGIS Pro pour toutes les tâches de scripting en Python, la capacité à créer et exploiter des modèles Utility Network dans les Géodatabases fichier, la possibilité d'intégrer les pièces jointes de vos entités dans les rapports, le support de géométries plus complexes lors du dessin de vos entités multipatches, ...  
         
      Machine Learning et de Deep Learning
        
      Depuis de nombreuses années maintenant, ArcGIS intègre dans ses outils d'analyse spatiale des algorithmes de Machine Learning pour des tâches de classification, de clustering ou de prédiction. Ces outils que l'on retrouve dans ArcGIS Pro, ArcGIS Enterprise et dans ArcGIS Insights (pour certains d'entre-eux), vont continuer à évoluer en intégrant notamment de nouveaux algorithmes dédiés au traitement des séries temporelles et des données multidimensionnelles. 
      Récemment de nouveaux outils ont fait leur apparition dans ArcGIS pour aider les Data Scientists à préparer les données et à générer les jeux de données d'apprentissage dans le contexte de traitements de Deep Learning et de vision par ordinateur (Computer Vision). C'est le cas notamment avec ArcGIS Pro qui propose une série d'outils pour automatiser la préparation des données d'apprentissage, phase incontournable et souvent chronophage de l'apprentissage profond (Deep Learning) pour la classification ou la reconnaissance automatique d'objets à partir de sources de données d'imagerie.


      En 2020, pour simplifier encore l'accès à ce type de traitement, des évolutions notables dans ArcGIS Pro vont permettre, comme actuellement avec Notebook Server, de réaliser l'ensemble des étapes d'un traitement de Deep Learning directement dans l'application: préparation des données, paramétrage et entrainement du modèle neuronal, inférence du modèle à partir de vos données, et enfin rendu des résultats. Tout cela, sans avoir à installer des librairies ou des environnements supplémentaires. A noter aussi que l'environnement Notebook étant inclus dans ArcGIS Pro à partir de la version 2.5, un environnement complet de Machine Learning et de Deep Learning sera disponible pour les Data Scientist souhaitant interagir avec les couches de données géospatiales de votre SIG.                 3D et BIM

      Dans la continuité des efforts de R&D réalisés ces dernières années, l'année à venir sera de nouveau riche en innovations à la fois en termes de capacités 3D dans toute la plateforme ArcGIS mais aussi en termes d'interopérabilité avec les sources de données BIM.
       
            Au delà des améliorations constantes de qualité et de performance sur l'affichage des contenus 3D sur le web (voir les évolutions récentes liées à l'implémentation d'une version 1.7 du standard I3S), c'est la continuité et l'homogénéité des workflows autour de la collecte, de l'analyse et de la diffusion des données 3D qui restent l'axe de travail principal d'Esri dans ce domaine.
       
      Parmi les sources de données de plus en plus présentes dans votre SIG, le BIM occupe une place de premier rang. Esri va poursuivre sa stratégie d'intégration des données BIM natives issues de Revit (avec le partenariat étroit avec Autodesk), mais également en apportant des innovations qui vont simplifier l'intégration dans ArcGIS de données BIM d'origines plus diverses. Dans quelques semaines, ArcGIS Pro 2.5 proposera une nouvelle option pour créer une Géodatabase "pivot" permettant l'intégration de plusieurs fichiers BIM avant de pouvoir les publier en tant que Building Scene Layer. Il s'agit d'une évolution qui va faciliter l'intégration de données BIM issues de différents formats, notamment les formats IFC.
       

      Cette année également devrait être introduit un nouveau type de données pour modéliser des pixels 3D. Ce modèle nommé "Voxel" va permettra la création, le stockage, l'analyse et la diffusion sur le web de modèles 3D représentant des informations relatives à la compositions des sols, des phénomènes atmosphériques, ou des séries de données sous la forme de cubes spatio-temporels.


      En 2019, de nombreuses fonctionnalités d'analyse spatiale 3D ont été ajoutées à ArcGIS Pro, ArcGIS Earth et aux SDKs ArcGIS Runtime. Il s'agit par exemple de calcul de coupes, de profils, de visibilité ou encore d'ombrages. Exploitant les capacités de calcul 3D des GPU, elles ont la particularité de s'exécuter de manière interactive et de fournir des résultats en temps-réel. L'année 2020 verra l'ajout de ces capacités en mode web dans l'API JavaScript ArcGIS.

        La génération procédurale de modèle 3D reste également un axe important de développement pour Esri, notamment dans la perspective la planification urbaine (avec le lien étroit entre ArcGIS Urban et CityEngine) mais aussi pour des usages autour de la réalité virtuelle, des jeux vidéo et de l'industrie de l'animation. Pour cela, l'année 2020 verra l'arrivée d'une nouvelle version du SDK d'accès au moteur procédural PRT (Procedural Runtime) pour les utilisateurs de Python: PyPRT. On notera également l'arrivée prochaine dans CityEngine de l'export vers le format d'échange Open Source USD (Universal Scene Description) mis au point par Pixar.
      D'autres évolutions dans ArcGIS Pro comme la modification interactive des TIN ou l'amélioration des performances de certaines outils de classification automatique de nuages Lidar (par parallélisation des processus) sont à noter pour 2020.  

      Drone et SIG
       
      Depuis 2016 Esri propose différentes solutions pour faciliter et automatiser la transformation d'images brutes issues de drones en produits cartographiques 2D/3D haute-résolution (MNT/MNE, Photomaillages 3D, orthophotos, nuages de points,...). Aujourd'hui, les utilisateurs disposent d'outils comme Drone2Map ou de capacités d'ortho-mapping fournies par ArcGIS Enterprise ou ArcGIS Pro.           2020 sera une année clé pour l'intégration de données de drones en étendant les capacités de la plateforme ArcGIS et en proposant aux utilisateurs des workflows plus complets et plus intégrés. Esri va compléter son offre dans ce domaine pour proposer des outils de préparation de mission et de planification des plans de vol pour vos drones, en fonction des produits cartographiques à créer. Au cours de l'année, Esri proposera également des solutions en mode SaaS pour réaliser vos traitements via une plateforme Cloud étroitement intégré à ArcGIS. 
      Une partie de ces évolutions sont en lien avec le rapprochement récent entre Esri et la société 3DR autour de la solution "Site Scan", je reviendrai dans arcOrama sur ce sujet dans les semaines à venir. 

      Virtualisation et modernisation de votre architecture serveur 

      ArcGIS Enterprise est au coeur de votre plateforme SIG. Depuis la version 10.5, plusieurs composants sont venus compléter le noyau de base (Base Deployement). Ces rôles serveur (GeoEvent Server, GeoAnalytics Sever, Image Server, Business Analyst Server, ArcGIS Server et Notebook Server) apportent à la fois des fonctionnalités supplémentaires mais aussi un moyen de rendre votre architecture serveur plus flexible et évolutive. L'année 2020 verra deux versions majeures se succéder, une version 10.8 fin janvier (de type Short Term Support) et une version 10.8.1 en juin/juillet (de type Long Term Support). 
      De nombreuses évolutions fonctionnelles sont prévues dans ces deux versions aussi bien pour le portail (et ses apps) que pour la publication et le partage de contenus ou encore pour les capacités de chaque rôle serveur. Pour n'en citer que quelques unes, on pourra par exemple évoquer la possibilité, en version 10.8, de publier des services de carte dynamiques hébergés à partir de services d'entités hébergés, la possibilité de basculer un portail en mode "read-only" (comme pour les DataStores, ou encore (sous Windows) la possibilité d'utiliser les "Group Managed Service Accounts" pour les comptes systèmes exécutant les services ArcGIS.  D'autres évolutions importantes concernent la partie déploiement, configuration et administration d'ArcGIS Enterprise. D'importants chantiers de R&D sont en cours chez Esri pour proposer des options d'architectures, plus simples et plus scalables, pour adapter votre serveur SIG aux enjeux de charge, de performance et de sécurité qui peuvent évoluer très vite dans votre organisation.    Certaines de ces évolutions arrivent dès la version 10.8 et concernent le déploiement d'ArcGIS Enterprise sur des plateformes de Cloud publics tels que Amazon Web Service (AWS) ou Microsoft Azure. Je ne mentionnerai qu'un seul point, l'assistant "ArcGIS Enterprise Cloud Builder" introduit en 10.7.1, va proposer beaucoup plus d'options d'architectures (sur AWS comme sur Azure) à partir de la version 10.8. L'objectif est à la fois de vous permettre de déployer des architectures types (variantes autour d'un Base Deployement et certains rôles serveur) mais aussi d'exploiter plus étroitement certaines capacités d'architecture propre à chaque plateforme Cloud.       D'autres évolutions, plus profondes, ne seront visibles en beta qu'en fin d'année 2020. Elles concernent l'ajout d'un nouveau type d'installation et de déploiement d'ArcGIS Enterprise basé sur une architecture de composants containérisés (Docker et Kubernetes). Celle-ci ne changera en rien les fonctionnalités d'ArcGIS Enterprise (API Rest, Portail, DataStore, GIS Server, ....) mais permettra une modernisation de l'architecture (microservice), plus de scalabilité et plus d'automatisation des tâches d'exploitation. Aujourd'hui, Notebook Server est déjà basé sur une architecture containérisée.   
      IoT et analyse temps-réel en SaaS

      Dans ArcGIS, la collecte et le traitement en temps-réel de flux de données issus d'API temps-réel, de géolocalisation, de capteurs IoT ou de réseaux sociaux sont depuis longtemps pris en charge par le rôle serveur "GeoEvent Server". Déployé sur vos propres serveurs, GeoEvent permet l'intégration de différents formats et protocoles de messages en entrée comme en sortie pour personnaliser (filtrer enrichir, agréger, dispatcher, ...) vos flux de données temps-réel.  
        Connecté à un SpatioTemporal Big Data Store, GeoEvent est également une excellente solution pour l'archivage de ces flux de données dans un entrepot dédié et optimisé pour l'analyse Big Data notamment avec le rôle serveur "GeoAnalytics Server". Des évolutions importantes sont prévues en 2020 avec, entre autres, une simplification de l'expérience utilisateur pour la création et l'administration des workflows, de nouveaux outils d'affichage et de déboggage de vos flux de données, un contrôle des "inputs" et "outputs" intégrés à l'interface d'administration des services, l'ajout d'une mini-visionneuse carto dans l'interface de paramétrage des services, etc... A noter également des mises à jour sur le connecteur Kafka avec le support d'Enterprise Kafka (IBM Cloud, Google Cloud, Microsoft Azure,...).      L'autre point important à venir en 2020 dans ce domaine c'est l'arrivée d'une nouvelle solution "ArcGIS Analytics for IoT" qui va proposer, sur ArcGIS Online (SaaS), des capacités d'ingestion, de visualisation, de traitement (Geofencing, Alerting, ...) et de stockage de vos messages temps-réel.       
      A la différence de "GeoEvent Server", la solution "ArcGIS Anlytics for IoT" permettra également l'analyse des Big Data résultants de vos flux comme vous le faite aujourd'hui avec "GeoAnalytics Server".         ArcGIS Analytics for IoT est une composante d'ArcGIS Online dont vous pourrez spécifier le lieu d'hébergement en choisissant parmi une liste de Data Center localisés à différents endroits dans le monde (dont certains en Europe). ArcGIS Analytics for IoT devrait être disponible au deuxième semestre 2020, je reviendrai sur cette nouvelle solution sur arcOrama.   
      eXtended Reality (XR)
       
      Le dernier thème que j'ai retenu pour cette année 2020 concerne la réalité étendue (XR). Le terme XR est une dénomination générique qui émerge aujourd'hui pour qualifier toutes les technologies immersives. Ceux que nous avons déjà aujourd'hui: la réalité augmentée (AR), la réalité virtuelle (VR) et la réalité mixte (MR) et celles qui restent à créer. Toutes ces technologies immersives étendent la réalité que nous vivons en mélangeant les mondes virtuel et «réel» ou en créant une expérience entièrement immersive. ArcGIS propose déjà des solutions opérationnelles dans chacun de ces domaines avec des évolutions notables à venir en 2020.      Depuis la version 100.6 d'ArcGIS Runtime, les développeurs d'applications natives (iOS, Android, .Net, Java, C++, Qt...) disposent de capacités d'AR, VR et MR permettant d'intégrer vos données SIG 2D/3D et les capacités de géolocalisation des appareils mobiles pour fournir un environnement immersif et répondre ainsi à différentes problématiques métiers. En 2020, des améliorations seront apportées autour de ces capacités d'AR/VR notamment pour supporter les dernières évolutions en termes de streaming et d'usage offline des données 3D d'ArcGIS. On notera également l'arrivée de SDKs de moteur de jeu vidéo développé par l'équipe ArcGIS Runtime pour compléter la palette des possibilités sur la partie VR.       L'autre composant clé dans les usages XR c'est l'application CityEngine. Plus que jamais, Esri investit dans cette application de modélisation et de simulation d'environnements urbains en 3D. Après une première initiative en 2017 avec ArcGIS 360 VR (solution VR de base toujours disponible depuis CityEngine et sur l'app store Oculus), Esri a démarré en 2019 un projet permettant l'export de scènes 3D CityEngine vers les moteurs de jeu vidéo Unreal (Epic Games) pour pouvoir développer des applications totalement personnalisées. En 2020, Esri va poursuivre ses développements autour de CityEngine VR Experience for Unreal Studio mais aussi sur l'export vers Unity (via FBX) et sur deux projets Open Source: Palladio (plugin pour Houdini) et Serlio (plugin pour Maya). 

      La stratégie de réalité étendue d'Esri reste clairement en lien avec l'information géographique, qu'elle soit liée à des usages opérationnels (réseaux sous-terrain, équipements de voirie, POI touristiques, ...) ou des simulations d'aménagement (ouvrages, bâtiments, voies, guidage, ...). Dans ce contexte, CityEngine va continuer à jouer un rôle central dans la préparation de modèles 3D (qu'ils soient schématiques ou réalistes) et de plus en plus important dans les workflows de planification urbaine intelligente (Smart City Planning). En effet, l'application offre à la fois la possibilité de se connecter à ArcGIS Urban pour exploiter et mettre à jour les scénarios de planification urbaine, tout en permettant d'affiner et d'enrichir ces modélisations 3D urbaines pour les exploiter ensuite dans des outils d'animation 3D et des environnements immersifs. 
              En conclusion
      Je n'ai effleuré dans cet article qu'une partie des axes de développement de la plateforme ArcGIS pour 2020. Les impressionnantes évolutions autour de l'imagerie, les nouvelles capacités de prédiction et de simulation, les nouvelles options d'intégration au SI d'ArcGIS Indoors, les innovations dans l'API JavaScript ArcGIS, la disponibilité d'une nouvelle solution nommée "ArcGIS Mission" ou encore l'arrivée du nouvel outil de conception d'applications web "Experience Builder",... sont autant de sujets que j'aurai l'occasion de détailler également durant l'année.  
    • sur Mise à jour de la spécification I3S en version 1.7

      Posted: 6 January 2020, 1:02pm CET

           I3S (Indexed 3D Scene Layers) est la spécification ouverte mise au point par Esri (et validée par l'OGC) l'échange et la diffusion sur le web de différents types de contenus 3D. L'aspect "échange" se concrétise par un format de fichier SLPK (Scene Layer Package) dont les spécifications font parties de I3S.

      Adoptée par plusieurs éditeurs de solutions logicielles comme Safe Software, Bentley, Skyline, Tygron, Pix4D, AGISoft,... la spécification I3S est également support comme format de livraison par de plus en plus de fournisseurs de données 3D. Spécialement conçue pour des usages des professionnels du géospatiale, la spécification I3S contient toutes les capacités de définition de géoréférencement spatial et de système de coordonnées. Destinée à modélisé tous les types de modèles 3D que l'on peut rencontrer dans un SIG, I3S est organisée en profils pour prendre en compte les spécificités de chaque type de données 3D:
      • 3D Object Scene Layer (pour les couches d'objets 3D texturés ou non => multipatches)
         

            
      • Integrated Mesh Scene Layer (pour les surfaces 3D triangulés et texturés)
         

            
      • Building Scene Layer (pour les couches issues de modèles BIM)
         

           
      • Point Cloud Scene Layer (pour les couches de nuages de points 3D de type Lidar)
         

           
      • Point Scene Layer (pour les couches de points)
         
         
             
      I3S version 1.7
      Depuis l'été 2019, une nouvelle version de la spécification I3S pour Scene Layers a été publiée sur le GitHub Esri. Cette version 1.7 a d'abord été prise en charge par ArcGIS Pro 2.4 et ArcGIS Online, puis progressivement par les autres applications de la plateforme ArcGIS (CityEngine, ArcGIS Runtime, ArcGIS Earth, Drone2Map) et très prochainement par ArcGIS Enterprise 10.8 (pour les aspects serveur et client I3S).
      Dans la version précédente d'I3S (1.6) publiée en mars 2019, Esri avait réorganisé la documentation par type de profil. Cela permet de mettre à niveau chaque profil individuellement, afin que les utilisateurs, les intégrateurs ou les éditeurs de solutions logicielles puissent profiter des avantages des mises à jour sans avoir à attendre que tous les profils soient prêts. Donc, si vous êtes un créateur de contenus 3D de type "Integrated Mesh", vous n'avez pas à attendre que le profil des "Building Scene Layers" soit lui aussi finalisé en version 1.7.
      Depuis juillet 2019, la version 1.7 de la spécification s'applique aux profils "3D Object Scene Layers" et "Integrated Mesh Scene Layers". Cette version 1.7 de la spécification ne présente pas de rupture avec la version précédente, elle est donc rétrocompatible avec 1.6. D'autres profils seront mis à niveau pour prendre en charge la version 1.7 dans les prochaines versions.
       
      Nouvel outillage

      La première évolution importante c'est qu'Esri fournit maintenant un outil pour mettre à niveau les packages de couche de scène (SLPK) existants vers la version 1.7 d'I3S. Cet exécutable autonome est disponible sur le GitHub Esri. Il valide tout d'abord votre fichier SLPK existant, effectue les mises à niveau en 1.7, peut compresser les textures lors de la mise à niveau si vous le souhaitez, et plus encore. Une autre fonctionnalité intéressante est l'option "-i", qui vous fournira des informations de base sur votre SLPK. Cela vous permettra, par exemple, de déterminer le type et la version du profil I3S de votre couche de scène sans avoir à décompresser le package. 

      Pagination sur les noeuds

      La structure d'un cache I3S repose sur une hiérarchie de noeuds décrivant, à différents niveaux de généralisation, les données de votre couche 3D. La première amélioration majeure apportée en version 1.7 concerne la pagination des nœuds. Auparavant, les clients recevaient le contenu d'un nœud par requête. Ainsi, pour charger une large zone de la couche, l'application cliente devait faire une requête pour chacun des nœuds concernés. Maintenant, les nœuds sont paginés (regroupés par pages). Les applications clientes peuvent donc désormais déterminer les pages des noeuds dont ils ont besoin et demander uniquement les pages nécessaires. Cela réduit considérablement le trafic serveur-client et améliore les performances. Pour plus de détails, consultez la section de pagination des nœuds dans le document de format de spécification.


      En raison de l'ajout de pages de nœuds, la notion de ressources partagées deviennent obsolètes. Les informations sur la texture et le matériau sont disponibles dans le fichier de calque. Cependant, étant donné que la version 1.7 est rétrocompatible avec 1.6, les ressources partagées sont toujours incluses dans la spécification, même si elles ne sont pas utilisées pour les clients I3S 1.7.

      Compression des géométries

      La seconde évolution majeures de la version 1.7 est la prise en charge de la compression des géométries 3D avec la librairie Open Source Draco de Google. Cela permet de créer des nœuds de taille plus compacte, ce qui réduit la quantité de données échangées entre le serveur et le client et augmente donc les performances. 

      Prise en charge avancée des matériaux
       
      Une autre évolution de la spécification I3S concerne l'ajout du support avancé des matériaux (base color, metallic value, roughness, emissive texture, occlusion texture, ...). La définition du matériau d'un objet est donc désormais compatible avec les matériaux définis dans le format ouvert glTF (format 3D supporté nativement par ArcGIS Pro).
               
      Documentation étendue

      La dernière mise à jour de la spécification inclut la version 1.7, ainsi que les notes et les détails étendus pour les versions 1.6 et 2.0 (version concernant le profil des nuages de points) de la spécification. On soulignera la section de présentation de l'API dans le fichier ReadMe de chaque profil. La description complète de la version 1.7 est disponible ici pour les 3D">[http-api-overview-17">3D] Textured Mesh et ici pour 3D">[http-api-overview-17">3D] Objects. 
      Si vous avez des questions ou des commentaires sur la spécification, n'hésitez pas à ouvrir un problème sur la spécification I3S sur GitHub.  
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 4 January 2020, 1:21pm CET
        "Imaginez une énergie potentiellement disponible partout, stockable et transportable, à usages multiples, et dont l’utilisation ne rejette que de l’eau. Cette énergie est connue depuis longtemps : l’hydrogène". C'est la phrase qui commence et résume le thème de la Story Map que j'ai choisi cette semaine. Pour démarrer l'année sous le signe de l'innovation et du développement durable, j'ai retenu ce récit de l'AREC (Agence Régional Energie-Climat) visant à montrer que l'usage de l'hydrogène n'est pas un mythe mais bien une des solutions viables dans le contexte de la transition énergétique.

      Cette narration cartographique réalisée avec ArcGIS StoryMaps fait l'inventaire des projets concrets et opérationnels de production, de stockage et de consommation d'hydrogène sur le territoire francilien. Le récit fait ensuite un zoom sur 3 de ces projets avant d'expliquer les actions de la région et les 3 principales perspectives de développement envisagées sur le territoire pour cette nouvelle filière énergétique.   
    • sur Merveilleuse Année 2020 !

      Posted: 2 January 2020, 2:42pm CET
      Depuis plus de 12 ans, j'ai le plaisir d'échanger avec vous sur ce blog à propos des technologies Esri, et les années se succèdent tellement vite... En partageant avec vous les bonnes pratiques, les évolutions et les innovations autour de la plateforme géospatiale ArcGIS, je sais que vous trouvez ces informations aussi enthousiasmantes que moi.          A tout les passionnés de sciences géographiques, je peux promettre que cette nouvelle année 2020 sera particulièrement captivante de ce point de vue et que vous continuerez à lire ce blog avec toujours plus d'intérêt. En espérant qu'arcOrama contribue modestement à vos succès professionnels, je vous souhaite une merveilleuse année 2020 !  
    • sur arcOrama vous souhaite de très joyeuses fêtes !

      Posted: 23 December 2019, 9:24am CET

      A l'approche de cette fin d'année, je souhaitais tout d'abord vous remercier pour votre fidélité. Merci d'être toujours plus nombreux à lire ce blog et merci également pour les différents messages reçus tout au long de l'année via ce blog, Twitter ou LinkedIn.   L'année 2019 a été très riche en innovations, en nouvelles capacités et en nouvelles applications autour de la plateforme ArcGIS et, croyez-moi, vous verrez que l'année 2020 sera encore plus passionnates. En reprenant les 140 articles (ou presque) publiés cette année, je me rends d'ailleurs compte qu'il est impossible de les résumer. Alors, pour faire simple (et de saison), je vous propose ce beau sapin de noël décoré avec les principales apps de la plateforme ArcGIS. Ce sapin est cliquable, si vous ne reconnaissez par certaines de ces apps ou de ces composantes d'ArcGIS, n'hésitez pas à cliquer dessus pour les découvrir.     En attendant de se retrouver en 2020 pour une actualité qui sera très dense dès le mois de janvier, je vous souhaite, malgré ce climat quelque peu morose, de passer de très joyeuses fêtes de fin d'année !  
    • sur Le samedi, c'est Map Story !

      Posted: 21 December 2019, 10:18am CET
      La période des fêtes de fin d'année est souvent l'occasion de se poser au coin du feu et d'ouvrir un bon bouquin, de regarder un vieux film de Noël ou de se replonger dans les BD de Tintin de sa tendre enfance ! A moins que cette année, vous ne préfériez regarder une de ces séries dont vous ont parler vos collègues mais que vous n'avez pas eu le temps encore d'avaler de manière aussi addictive que la boîte de chocolats qu'in vient de vous offrir !
      Cette ce thème des séries que j'ai choisi ce week-end avec cette Story Maps dédiée à un des grands succès du genre "La casa de Papel". 

      Huit voleurs organisent une prise d'otages dans la Maison royale de la Monnaie en Espagne, tandis que le cerveau du groupe de malfaiteurs manipule la police pour mettre son plan à exécution. Le scénario des deux premières saisons nous plongent au coeur de la capitale espagnole et en particulier dans cette banque d'Espagne qui a inspiré l'auteur du récit passionné par la série. Bien qu'elle soit en langue espagnole cette narration cartographique pourra facilement être traduite en français avec les options de votre navigateur.

      Alors qu'une nouvelle saison 3 est sortie cette année avec une nouvelle étape dans le parcours de cette équipe de criminels attachants, une saison 4 en avril 2020 terminera l'histoire de ces personnages qui portent tous un nom de capitale. Le récit cartographie d'ailleurs chacun des lieux correspondant à chaque  personnalité de la bande ainsi que d'autres lieux emblématiques de la série (en 3D).
      D'un point de vue technique, ce récit original est basé sur le nouveau générateur ArcGIS Story Maps. Les contenus, y compris les cartographies 2D et 3D, sont hébergées sur la plateforme ArcGIS    Bon week-end...
    • sur La version 4.14 de l'API JavaScript ArcGIS est disponible

      Posted: 20 December 2019, 7:06pm CET
      Depuis aujourd'hui, la dernière mise à jour de l'année de l'API JavaScript ArcGIS est en ligne. Elle intègre de nombreuses améliorations dont vous allez pouvoir tirer profit dans le développement de vos applications web. Certaines de ces évolutions concernent le support du clustering sur les couches de points 2D, la possibilité d'enregistrer/modifier des cartes web, l'ajout de nouveaux outils d'analyse 3D coté client, l'arrivée d'un widget permettant de régler l'éclairage et l'ombrage d'une scène à partir de la date/heure, l'ajout de nouvelles options sur le curseur temporel de vos cartes, ou encore des améliorations de performances significatives en 2D et en 3D. Je vous propose de faire le tour des évolutions les plus notables.   
         Support du clustering (en beta)
      Comme l'API 3.x, l'API 4.x prend désormais en charge le regroupement dynamique des couches d'entités de points côté client. Ceci est accessible également pour les couches GeoJSON et les couches CSV dans vos cartes 2D. Vous pouvez décider comment chaque cluster regroupe les données sous-jacentes. Vous pouvez utiliser un seul symbole de cluster à dimensionner en fonction du nombre d'entités au sein du cluster, ou de lui appliquer un rendu exprimant la synthèse des valeurs des entités regroupées au sein du cluster. Dans ce deuxième cas, vous pourrez soit représenter les valeurs moyennes ou prédominantes des entités de chaque cluster ou représenter la valeur la plus courante au sein d'un cluster. Les fenêtres contextuelles peuvent également être configurées pour afficher des informations récapitulatives pour le cluster.

      Certaines capacités de clustering de l'API 4.x vont plus loin que ce qui est possible en 3.x, parce qu'il s'appuie sur des capacités qui font déjà partie de la version 4.x. Par exemple:
      • Le clustering en 4.x permet de charger et de restituer de très grands volumes de données avec des performances optimisées, grâce à WebGL et à l'intelligence des mécanismes de requête et d'affichage des couches d'entités. Alors que 3.x avait une limitation de mise en cluster d'un maximum de 50 000 entités, la version 4.x n'a pas une telle limite.
           
      • Lorsque vous effectuez un filtrage côté client sur les entités d'une couche, les clusters sont automatiquement recalculés côté client. Les clusters affichent uniquement des informations conformes au filtre, notamment le nombre d'entités et la catégorie prédominante (voir cet exemple).
           
      • Les couches GeoJSON constituent une source de données de premier choix avec l'API 4.x. Ainsi, tout comme vous pouvez exploiter les rendus de smart-mapping, effectuer des requêtes côté client, filtrer et calculer des statistiques, etc... vous pouvez donc activer le clustering de la même manière que vous le feriez avec une couche d'entités ArcGIS (voir cet exemple).
      Comme avec la version 3.x, les options de clustering peuvent être définies directement dans votre code ou configurées dans une carte web sur votre portail ArcGIS Online ou Enterprise, puis simplement chargées dans votre application. Ce n'est que la version initiale du clustering; des travaux sont déjà en cours pour étendre la flexibilité et la puissance du clustering, notamment avec le clustering côté serveur pour d'énormes ensembles de données ou encore la possibilité d'étiqueter les clusters avec le nombre d'entités sous-jacentes.       Enregistrer des cartes Web
      La carte web est le medium incontournable de la plateforme ArcGIS. En tant que développeur, il est peut être très intéressant de permettre aux utilisateurs de votre application de modifier leur carte (étendue, couches, visibilités, rendus, ...) et de pouvoir l'enregistrer dans leurs contenus pour exploiter L'enregistrement de cartes web est désormais possible avec quelques lignes de code. Vous pourrez ainsi permettre aux utilisateurs de votre application de mettre à jour une carte web existante ou d'en créer une nouvelle et l'enregistrer sur leur portail ArcGIS Online (ou ArcGIS Enterprise). Il s'agit d'une fonctionnalité très simple mais puissante qui vous permettra de créer des applications encore plus étroitement intégrées à l'écosystème géospatiale de votre organisation.       Comparer facilement des jeux de données décalés dans le temps
      Des améliorations ont été apportées aux capacités de l'API pour la visualisation de données temporelles. Il est dorénavant possible de définir un "décalage" temporel sur une couche d'entités pour pouvoir la ramener à la même plage temporelle que d'autres couches afin de pouvoir les comparer. Par exemple, vous souhaitez comparer les accidents sur l'année 2009 et l'année 2019 mois par mois. Il suffira de définir un décalage de 10 ans sur la couche d'entités de 2009 pour déplacer virtuellement les données sur 2019 et pouvoir ainsi les comparer. Ensuite, en utilisant le widget "TimeSlider", l'utilisateur pourra ajuster interactivement l'étendue temporelle pour comparer les données des deux années, de mois en mois ou tout autre pas de temps souhaité (voir cet exemple).
          Mise à jour des pièces jointes et nouvelles options   La prise en charge des opérations de mise à jour a été introduite dans l'API 4.x de manière itérative sur plusieurs versions. Avec la version 4.14, vous pouvez désormais ajouter, mettre à jour et supprimer des pièces jointes grâce à la méthode FeatureLayer.applyEdits(). Dans le futur, cette capacité sera également disponible via les widgets de mise à jour de l'API. Plus d'options ont également été ajoutées sur la méthode applyEdits afin de contrôler la façon dont les modifications doivent être traitées selon les workflows de mise à jour. Par exemple, pour spécifier la version de la géodatabase cible des modifications (pour les bases de données versionnées) et encore pour les modifications qui doivent être appliquées uniquement si toutes les modifications soumises sont valides.        Widget de ligne de visibilité
      Un nouveau widget "Line of Sight" permet désormais aux utilisateurs de votre application d'analyser interactivement des lignes visibilité dans les scènes 3D. En plaçant deux points (ou plus) sur des bâtiments, sur le sol ou d'autres objets de la scène, ils pourront évaluer la visibilité directe entre les différents points de chaque ligne de visibilité. Par exemple, vous souhaiterez peut-être évaluer l'impact d'une construction planifiée par rapport aux bâtiments environnants. Les résultats de l'analyse se mettent à jour de manière interactive lorsque vous déplacez l'observateur ou les cibles dans votre scène. En plus de permettre à l'utilisateur final d'effectuer l'analyse de manière interactive, vous pouvez définir dans votre code JavaScript l'observateur et les cibles pour l'analyse (voir cet exemple).          Widget d'éclairage et d'ombrage ambiant
      Un nouveau widget "Daylight" vous permettra de définir les paramètres de date et heure pour simules les conditions d'ombre et d'éclairage ambiant. L'utilisateur pourra modifier l'heure et la date pour voir les ombres projetées par les objets 3D dans votre scène. Le widget vous permet également d'animer la lumière du soleil tout au long de la journée, et inclut même des étoiles dans le ciel à leur emplacement correct. Ce widget est alimenté en utilisant des informations d'éclairage précises pour n'importe quelle condition: année, jour, heure et lieu sur terre (voir cet exemple).
            Étiquettes pour les couches de scènes d'objets 3D
      Les couches de scène contenant des objets 3D tels que des bâtiments, des équipements urbains, ... prennent désormais en charge les étiquettes. Ainsi, vous pourrez disposer des mêmes capacités d'étiquetage que les couches d'entités. Votre code JavaScript pour l'étiquetage des objets 3D sera d'autant plus simplifié que vous pourrez générer des étiquettes directement à partir des attributs du cache de votre SceneLayer au lieu d'utiliser la couche d'entités associée.            Amélioration des performances
      L'API est améliorée en permanence pour augmenter les performances. Parmi ces améliorations on notera les points suivants:
      • Amélioration significative des performances de la GPU en réduisant le nombre de sommets des polygones dessinés, tout en conservant la même qualité visuelle de la forme du polygone.
      • Lors du rendu des tuiles vectorielles, le nombre d'appels WebGL a été réduit de 20 à 25% et beaucoup moins d'appels JavaScript sont effectués. Ceci se traduit par une expérience et une interaction plus fluide.
      • Le rendu a été optimisé pour les photomaillages 3D (3D Textured Mesh).
      • Le rendu des objets "Graphic" est également plus rapide lorsqu'ils sont ajoutés à la collection "Graphics" ou "GraphicsLayer", ou lorsqu'elles sont ajoutées aux collections d'entités via l'instruction FeatureLayer.source, car l'API ne simplifie plus les géométries. Il est de la responsabilité du développeur de vérifier l'exactitude des géométries de polygone avant qu'elles ne soient ajoutées à ces couches.

          Modernisation de l'API
      A chaque version, l'API se modernise et se simplifie. Les navigateurs modernes offrant un nombre croissant de fonctionnalités, ils peuvent en faire plus avec moins de code JavaScript ce qui est également vrai pour l'API qui devient donc plus puissante et plus légère. En 4.14, l'équipe de l'API se s'est concentrée sur les points suivants:
      • Les "promises" jouent un rôle important dans l'API car elles permettent d'écrire un code plus propre lorsque vous travaillez avec des opérations asynchrones. Auparavant, elles étaient mises en œuvre à l'aide des "promises" de Dojo. Dans la version 4.12, Esri a introduit l'option d'activation des "promises" natives JavaScript. Il est prévu de faire en sorte que l'API exploite les "promises" natives de JavaScript par défaut en 4.15, puis de supprimer complètement les "promises" Dojo en 4.16. Plus de détails sur cette fonctionnalité seront disponibles prochainement dans un article sur le blog ArcGIS.
      • Esri travaille sur la suppression de la dépendance au module de déclaration de Dojo (et sur la suppression éventuelle de la dépendance de l'API à Dojo). Ce travail implique la migration de l'implémentation de certaines classes de l'API pour tirer parti du système de classes JavaScript pur (et TypeScript) et ne plus reposer sur l'utilisation de "Dojo declare". La première étape de cette migration consiste à adopter les Mixins avec TypeScript et JavaScript par opposition à l'héritage multiple. Bien que l'héritage multiple soit toujours pris en charge dans les applications construites avec l'API, il est obsolète depuis la version 4.13 et vous demandera éventuellement de modifier votre code (si vous utilisez ce modèle). Un message d'avertissement s'affiche dans la console du navigateur pour vous rappeler ce changement.
          Guide sur les meilleures pratiques de sélection des couleurs  Plusieurs centaines de dégradés de couleurs sont proposés dans l'API pour le rendu des couches (Smart Mapping). Ils peuvent désormais être facilement visualisées, filtrées et copiées dans vos applications à partir de cette page de la documentation.
              Pour en savoir plus...
      Il y a bien d'autres évolutions dans cette version, par exemple une option pour désactiver le zoom avec la molette de la souris et le panoramique avec un seul doigt (utile pour les appareils tactiles), des mises à jour dans les capacités de Smart Mapping, y compris la possibilité de contrôler la taille des symboles en fonction de l'échelle de la carte, et plus de 50 corrections de bugs. Pour en savoir plus sur cette version 4.14, explorez:
    • sur Mêmes capacités mais look amélioré pour ArcGIS Insights

      Posted: 19 December 2019, 4:30pm CET

      Une nouvelle mise à jour d'ArcGIS Insights (version 2020.1) est disponible sur ArcGIS Online depuis la mise à jour de la semaine dernière. Il s'agit essentiellement d'une actualisation de l'interface de conception des classeurs. Les fonctionnalités d'ArcGIS Insights restent inchangées. L'objectif est de rationaliser la disposition des différents composants de l'interface de conception de vos classeurs pour proposer plus d'espace dans le volet de données et dans la page.

      Commençons tout d'abord par le bouton "Ajouter", il se trouve toujours au même endroit en haut à gauche, mais il est plus petit et affiché à l'aide d'une icône plus grande.


      Vous pouvez désormais ajouter des pages plus facilement à partir des onglets qui sont maintenant déplacés en bas de la page. La copie d'éléments de données, de fiches ou de cartes entre les pages peut être effectuée en les faisant simplement glisser vers la page sur laquelle vous souhaitez les copier. La page sur laquelle vous êtes sur le point de copier sera indiquée visuellement par une bordure orange et lorsque vous déposerez l'élément, vous serez automatiquement redirigé vers cette page.

         ArcGIS Insights vous permet de joindre des jeux de données issus de deux (ou plus) source de données à l'aide d'un champ ou d'un emplacement commun. Pour cela, vous utilisez la boîte de dialogue "Créer des relations" qui se trouve désormais en haut à gauche de l'interface.
       
          A tout moment vous pouvez annuler et rejouer vos opérations, ces fonctionnalités. Les bouton "Annuler" et "Rétablir" sont bien sûr toujours là mais ont été décalés vers la droite.
         
          Pour chaque page que vous aurez créée, vous aurez accès au modèle de votre workflow d'analyse enregistré automatiquement pour vous. Pour voir votre workflow documenté, vous pouvez passer de la vue de page à la vue d'analyse. La vue d'analyse montre le workflow d'analyse, y compris les détails tels que les filtres qui ont été ajoutés.
       
      Workflow d'analyse dans ArcGIS Insights
             Bien qu'il soit toujours au même endroit, il s'agit désormais d'un bouton à bascule. Dans la refonte, vous ne verrez que la vue vers laquelle vous pouvez basculer.
       
          ArcGIS Insights vous a toujours permis de faire un zoom avant et arrière dans la page, ces boutons sont désormais placés de manière plus logique en bas à droite de la page.


      Enfin, les paramètres de la page, tels que la couleur d'arrière-plan, ont été déplacés en haut à droite de la page, prêts à vous apporter des modifications globales avant de partager vos résultats.
              Pour en savoir plus sur ArcGIS Insights, vous pouvez visiter les pages de la documentation.

      Pour information, cette nouvelle version 2020.1 sera disponible pour ArcGIS Insights Desktop et ArcGIS Insights Enterprise au moment de la sortie d'ArcGIS 10.8 (fin janvier 2020).
         
    • sur Garder une longueur d'avance sur l'API JavaScript ArcGIS

      Posted: 19 December 2019, 11:50am CET
      L'API JavaScript d'ArcGIS est probablement aujourd'hui l'API de cartographie 2D/3D sur le web la plus performante et cohérente techniquement, la plus souple et la plus riche pour les développeurs d'applications web professionnelles ou grand-public. Au coeur de la plateforme ArcGIS, l'API JavaScript 4.x est utilisée dans toutes les applications web développées par Esri. Elle donc très éprouvée et évolue rapidement, au rythme de 3 à 4 versions par an, avec d'importantes innovations à chaque mise à jour.        Pour cette raison, l'équipe en charge de cette API propose depuis quelques mois un accès à la version en cours de développement de l'API pour vous permettre de tester, de faire des retours et d'anticiper la sortie de la version suivante. Surnommée l'API Next, elle est accessible à partir de cet espace GitHub et permet par un simple référencement du type [https:] de tester votre code existant ou un nouveau projet d'application avec ce qui sera la prochaine version de l'API. Lorsque cette dernière est finalisée et devient la version courante, il vous suffit alors de retirer le "/next" dans votre code et votre projet utilisera la version "officielle" de l'API.   Actuellement, la version courante de l'API est la version 4.13, c'est donc la version 4.14 que vous pouvez tester, sachant que celle-ci deviendra la version courante dans quelques jours.  
    • sur Témoignage : Perpignan Méditerranée Métropole

      Posted: 19 December 2019, 10:13am CET by Programme arcOpole
        Mettre en place des nouveaux outils de gouvernance territoriale pour les décideurs politiques (vice-présidents et Maires) et décideurs techniques (Directeurs de la Communauté Urbaine et DGS des communes) adaptés pour faire un bilan des investissements réalisés sur le territoire depuis le début du mandat électoral. Voilà le souhait du Vice-Président délégué au « Projet de territoire
    • sur Evolutions d'Operations Dashboard for ArcGIS

      Posted: 18 December 2019, 7:55am CET
      Operations Dashboard for ArcGIS est une application web configurable, incluse dans votre portail ArcGIS, qui vous permet d'utiliser des diagrammes, des jauges, des listes, des cartes et d'autres éléments visuels pour refléter l'état et les performances de vos équipements, ressources, services ou événements en temps réel. Un tableau de bord ArcGIS permet de surveiller les activités et les performances de votre organisation, sur un seul et même écran (y compris ceux des tablettes et des smartphones). C'est un excellent moyen de fournir aux utilisateurs finaux un rendu dynamique et interactif sur vos données.         Operations Dashboard for ArcGIS a beaucoup évolué ces 2 dernières années avec de nombreuses innovations sur les options de rendu des indicateurs, le mécanisme puissant d'actions entre les widgets, les capacités de filtrage avec le volet latéral ou encore la notion d'en-tête et de sélection en cascade, ...  
      Aujourd'hui, c'est une des applications configurables ArcGIS qui a le plus de succès car elle est accessible dans tous les portails ArcGIS (Online ou Enterprise) et elle est très simple à configurer. Cartographiques ou non, les tableaux de bord ArcGIS offrent une grande souplesse dans la présentation des indicateurs tout en restant simples et intuitifs par tout le monde.
      J'ai repris ci-dessous quelques exemples récents et francophones de tableaux de bord publics réalisés par des utilisateurs d'ArcGIS Online dans des domaines métiers très variés: 
       
      Synthèse des indicateurs "Biodiversité" liés à la végétation urbaine - TerraNIS
       
       
       
      Projets FEDER sur le bassin de la Loire
       
         
       
      Tableau de bord de la cartographie des juges des enfants au Togo
       
       
       
      Restauration hydromorphologique sur le bassin versant de la Canche
       
       
       
      Participations des familles et établissements d'accueil des jeunes enfants
       
       
       
      Répartition de la population - Région Centrer Val de Loire
       
       
       
      Epidémie de la rougeole - Médecins sans Frontières - République Démocratique du Congo
       
       
       
      Etats des opérations de déneigement des chaussées - Montréal
       
               L'avenir pour Operations Dashboard for ArcGIS...
      Au cours de ces derniers mois, l'équipe de développement d'Operations Dashboard a beaucoup travaillé pour apporter des changements profonds, pas forcément visibles pour l'utilisateur final, qui permettront aux tableaux de bord de tirer parti des plus récentes évolutions fonctionnelles de la plateforme ArcGIS. Une illustration de ces travaux, que vous découvrirez bientôt, c'est l'utilisation de l'API JavaScript 4.x pour le widget de carte et l'intégration des expressions Arcade. Dans une prochaine version prévue pour le début de l'année 2020, vos tableaux de bord prendront en charge les expressions Arcade créées dans les cartes web et les couches web à la fois pour les rendus cartographiques, les étiquettes et les fenêtres contextuelles. Très prometteur également, les auteurs de tableaux de bord pourront utiliser Arcade pour améliorer les valeurs des indicateurs et le contenu des listes. Vous pourrez même utiliser des expressions Arcade pour la mise en forme de ces listes et indicateurs. 
      Restez donc à l'écoute pour découvrir ces améliorations et d'autres à venir que je détaillerai en début d'année prochaine.
    • sur ArcGIS Urban - Projets et Plans

      Posted: 17 December 2019, 8:03am CET
        La nouvelle solution ArcGIS Urban est conçue pour répondre aux enjeux d'inventaire, de suivi et de planification des aménagements urbains sur votre territoire. Un des points clés d'ArcGIS Urban consiste à adresser la diversité de ces initiatives d'aménagement et de planification urbaine. Qu'il s'agisse d'aménagements très localisés et à courts termes ou d'initiatives à plus long terme sur des territoires plus vastes, ArcGIS Urban couvre ces différentes approches, aux échelles géographiques et temporelles variables. Pour adresser cette diversité, ArcGIS Urban propose deux concepts clés: les Projets et les Plans. Ce premier article pratique consacré à ArcGIS Urban a pour objectif de présenter ces notions de Projets et de Plans et l’utilisation qui en est faite.  Si je vous demande de me citer des exemples de développement urbain, certains me proposeront des projets très concrets, comme par exemple la construction d'une nouvelle école ou d'un nouveau centre médical. D'autres citeront plutôt l'exemple d'une friche industrielle en cours de conversion en quartier résidentiel ou encore l'aménagement d'une nouvelle zone d'activité tertiaire.      Supporter la diversité des approches  Bien que les deux exemples mentionnés ci-dessus peuvent être considérés comme des projets de développement urbains typiques, ils diffèrent remarquablement. Le processus de planification pour un nouveau bâtiment ne concerne généralement qu'une ou deux parcelles et, par conséquent, un tel projet peut être réalisé en quelques années seulement. En revanche, le processus de transformation d'un ancien site industriel implique la répétition de plusieurs projets de construction, pas obligatoirement synchronisés, visant à créer un nouveau quartier qui comprendra des restaurants, des magasins, des appartements et des bureaux, ... ce qui peut prendre beaucoup plus de temps et concerner une zone géographique plus large (plusieurs dizaines ou centaines de parcelles). Cette plus grande échelle implique généralement l’élaboration de différents scénarios de planification afin d’analyser et de comparer l’effet de différents changements sur l'occupation de l'espace, sur les zonages réglementaires ou sur les différentes options de découpage parcellaire. 
      Projets et Plans, deux approches intégrées dans ArcGIS Urban
          ArcGIS Urban adresse cette variété de projets de développement urbain avec leurs besoins spécifiques, en distinguant deux types différents de développement urbain: les Projets et les Plans. Alors que les Projets répondent aux besoins de planification à court terme au niveau de quelques parcelles, les Plans permettent une planification à plus long terme, sur des zones plus vaste et surtout, ils permettent de quantifier interactivement les changements proposés pour les comparer aux objectifs fixés. Par exemple, les Plans permettent d'étudier la quantité de logements créés ou la capacité de croissance démographique décollant de vos scénarios d'aménagement.       Les Projets: pour organiser les propositions d'aménagement
      Supposons que votre collectivité organise un concours d'architecture pour un nouveau bâtiment d'école élémentaire. Généralement, ces propositions sont conçues et restituées de manière relativement isolée, en l’absence de contexte. ArcGIS Urban peut fournir le contexte nécessaire à l'évaluation des différentes propositions de bâtiments et gérer ces dernières en tant que nouveau projet. Chaque modèle de bâtiment soumis est associé au même projet en tant que scénario. ArcGIS Urban offre ainsi un moyen efficace de basculer entre ces différents scénarios et de collaborer virtuellement sur une option de développement spécifique, permettant ainsi aux décideurs et au citoyen de mieux comprendre ce qui est proposé.
      Afficher différents scénarios de Projets dans ArcGIS Urban
        Une fois que la collectivité a décidé de procéder à la construction d'un bâtiment proposé, le projet dans ArcGIS Urban peut continuer à être utilisé pour afficher le modèle BIM (Building Information Model) ou la maquette 3D détaillée du bâtiment scolaire en cours de construction. Ceci permettra par exemple d'informer le public de l'avancement de la construction. 
      Trop souvent, l'examen de nouveaux projets d'aménagement repose uniquement sur le rendu architectural selon quelques perspectives assez statiques. L'intégration du BIM et d'autres types de modèles dans le processus de révision peut améliorer la prise de décisions importantes lors des réunions des acteurs du projet.       Les Plans: pour intégrer les données de zonage et faciliter la planification de scénarios
      En étudiant les prévisions démographiques, la plupart des collectivités savent de quelles capacités elles doivent disposer au cours des prochaines décennies. Cela pour améliorer la qualité de la vie des résidents actuels et futurs. Le plus grand défi consiste souvent à maintenir l'équilibre entre la croissance démographique (notamment en termes de logements) et le développement économique. La notion de Plan dans ArcGIS Urban permet d'exploiter des données du zonage réglementaire rapporté à chaque parcelle. Dans un Plan, vous pouvez facilement concevoir différents scénarios de planification à grande échelle et à long terme, telles que le réaménagement d'un site industriel en un quartier polyvalent et dynamique. Les urbanistes et les aménageurs peuvent  tester des hypothèses et mesurer interactivement leurs impacts afin de mieux s'approcher des objectifs de développement fixés. Les modifications d'occupation de l'espace et de zonage sont intégrées dans ArcGIS Urban. Des attributs spécifiques peuvent être manipulés pour tester différentes proportions et volumes de bâtiments, en respectant les contraintes d'urbanisme issues des zonages réglementaires (PLU par exemple). Pour chaque scénario, un tableau de bord indique l'évolution de population et l'espace supplémentaire créé pour les logements et les emplois. Cela vous permet de comparer les scénarios non seulement visuellement mais aussi quantitativement.
      Exemple de Plan dans ArcGIS Urban
           La création de scénarios dans ArcGIS Urban signifie que, dans les limites d'un Plan, vous pouvez modifier la forme des zones réglementaires et des parcelles. Vous pouvez également jouer sur les attributs et les contraintes d'un type de zone et générer les modèles 3D de réaménagement en affectant des types de bâtiment à une ou plusieurs parcelles. L'affectation d'un type de bâtiment à une parcelle génère un volume simplifié appelé "bâtiment plausible". Le type de bâtiment joue le rôle de modèle qui définit la typologie d'occupation des espaces et leur emplacement dans la structure générale du bâtiment. Grâce à ces types d’utilisation de l’espace, différentes fonctions peuvent être affectées aux bâtiments.
      La visualisation résultante du volume du bâtiment respecte non seulement les contraintes du type de bâtiment (nombre d'étages, distances de retrait, ratio de surface par rapport à la parcelle, ...). Les bâtiments plausibles donnent un premier aperçu de ce qui peut être construit, compte tenu de certaines contraintes de zonage réglementaire. Avec les valeurs empiriques relatives à la consommation d'espace au sol pour différents espaces, les bâtiments plausibles constituent également la base du calcul d'indicateurs de capacité (population, logements, emplois, ...) permettant la comparaison quantitative de scénarios de conception.   
      Conception de différents scénarios dans un Plan ArcGIS Urban
       
      Lors de la conception d'un scénario, ArcGIS Urban peut également générer un volume simple (enveloppe) représentant les restrictions de zonage au niveau de la parcelle. Les enveloppes de zonage sont des volumes tridimensionnels affichant la plus grande étendue possible des bâtiments. Les enveloppes de zonage respectent le code de zonage sous-jacent, et intègrent les contraintes associées telles que les retraits et les hauteurs. D'autres contrôles de zonage, tels que le ratio de d'emprise sur la parcelle et le ratio de surface de plancher, sont appliqués au bâtiment plausible qui ne peut généralement pas occuper la totalité du volume, mais un bâtiment devra tenir dans cette enveloppe. 
      Exemple d'enveloppe de zonage d'une parcelle dans ArcGIS Urban
              Pour résumer
      Dans un Projet ArcGIS Urban, vous pouvez évaluer les activités à court terme au niveau de quelques parcelles. Ce Projet peut être utilisé pour visualiser des modèles de bâtiments proposés dans le contexte de l'environnement déjà bâti. Si vous travaillez sur des tâches de planification à grande échelle et à long terme, les Plans vous offre les outils de conception et d'évaluation adaptés. Les bâtiments plausibles générés interactivement constituent la base pour comparer et analyser quantitativement les différents scénarios de votre Plan d'aménagement. Les enveloppes de zonage indiquent les volumes maximaux des bâtiments potentiels.

        
     
    Partagez  |