Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.
banniere

Le portail francophone de la géomatique


Toujours pas inscrit ? Mot de passe oublié ?
Nom d'utilisateur    Mot de passe              Toujours pas inscrit ?   Mot de passe oublié ?

#1 Wed 12 January 2022 14:09

CERMOSEM
Membre
Lieu: Mirabel
Date d'inscription: 27 Apr 2006
Messages: 18
Site web

[STAGE] Abattoir paysan : BDD et Carto - Grenoble (38)

STAGE DEJA POURVU - FIN DES CANDIDATURES


Quel rôle des abattoirs paysans dans la relocalisation alimentaire ?
Une analyse des proximités spatiales et fonctionnelles d’un abattoir paysan



Contexte


Tandis que les controverses sur le statut des animaux, et sur ce qui relève d’une mort bonne à voir
ou à cacher, agitent nos sociétés (Boukala et Givre, 2019 ; Mounet et Chanteloup, 2019), le
traitement des animaux dans les abattoirs suscite un malaise grandissant (Porcher, 2011 ; Traïni,
2012). Il n’est pas enrayé par l’essor des normes de bien-être animal, conçues et mises en œuvre
dans des référentiels productivistes (Rémy, 2003 ; Veissier, 2010 ; Hochereau et Selmi, 2015 ;
Magda, Doussan et Vanuxem, 2020). Depuis les années 1970, le nombre d'abattoirs a été divisé
par quatre en France, au profit de gros outils privatisés et centralisés, soumis à des impératifs
accrus de rentabilité. Leurs portes se sont fermées aux éleveurs et aux bouchers, et les conditions
de travail des salariés sur la chaîne ont été bouleversées (Vialles, 1987 ; Molinier et Porcher,
2006 ; Guigon et Jacques-Jouvenot, 2007 ; Delavigne, 2012 ; Mouret et Chanteloup, 2012).
Cependant, des initiatives peu connues de reprise ou de création d’abattoirs de proximité par des
collectifs d’éleveur.ses ont marqué certaines territoires. Ces derniers ont pris en main la
gouvernance, la gestion et la mise en fonctionnement des outils d’abattage, participant d’un
mouvement de réappropriation de la mort des animaux d’élevage par certains réseaux paysans
(Confédération paysanne, 2020 ; Riegel, 2020).

Objectifs du stage

Pour autant, la référence aux circuits courts est ambiguë : entre modèles alternatifs et inscriptions
dans le marché, ces derniers s’avèrent hétérogènes selon leurs modalités d’insertion dans des
réseaux sociaux complexes (Chiffoleau, 2017 ; Le Vélly, 2017). La notion de proximité renvoie en
revanche à une dimension plus systémique, autant spatiale autant fonctionnelle (Praly, Chazoule,
Delfosse, Mundler, 2014). L’objectif de ce stage est d’analyser, dans le cas d’un abattoir paysan,
les proximités que ce projet commun permet de renouveler ou de créer dans son territoire.
En pratique, il s’agira en premier lieu de retracer le cheminement spatial des animaux, puis des
carcasses, des fermes à l’abattoir et jusqu’aux points de vente. En second lieu une attention sera
prêtée aux intermédiaires (logisticiens, transformateurs) intervenant dans ces filières locales.
L’insertion territoriale des abattoirs paysans, et leur contribution à un système alimentaire
territorialisé, dépend en effet de la façon dont ils créent ou pas de nouveaux services et
soutiennent des intermédiaires façonniers (ateliers de découpe/transformation/conditionnement)
(Loudiyi et Cerdan, 2021).
Enfin, une mise en perspective historique, par la comparaison de ces proximités avant et après la
reprise de l’abattoir paysan par les éleveur.ses.

Missions du stage

- Collecter des données quantitatives et qualitatives auprès de l’abattoir paysan, concernant les
éleveur.ses adhérents, leur localisation, le type d’animaux qu’ils amènent, leurs modalités de
valorisation, de partenariat et de vente
- Rechercher des données similaires dans les archives des anciens gestionnaires de l’abattoir
avant sa reprise par le collectif d’éleveur.ses
- Réaliser une base de données pertinente permettant d’établir des cartes illustratives des
proximités spatiales et relationnelles et de leur évolution
L’étudiant.e recruté.e pourra à cet effet s’appuyer sur Ariane, le groupe d'appui méthodologique
en sciences sociales de PACTE.

Profil recherché

Etudiant.e en Master 2 dans les domaines de la géographie ou de l’économie, en 5ème année
d’école d’ingénieur agronome.
Compétences techniques et savoirs-être :
- Intérêt pour les innovations paysannes et les initiatives de relocalisation alimentaire
- Connaissance des méthodes de recueil de données quantitatives et expérience de la conduite
d’entretiens semi-directifs
- Familiarité avec le milieu agricole et avec les enjeux des systèmes alimentaires territorialisés
- Capacité à chercher de l’information et des ressources, esprit d’initiative
- Maîtrise des SIG et autres représentations graphiques
- Goût du contact et du travail de terrain
- Sens de la rigueur et de l’organisation du travail

Aspects administratifs et financiers :

Stage de 4 à 6 mois à partir de mars 2022 au Laboratoire PACTE à Grenoble.
Rémunération du stage au tarif en vigueur. Défraiement lors des déplacements sur le terrain.
Encadrantes : Caroline Brand (ISARA), Julie Riegel (PACTE)

Plus de candidature possible pour ce stage.

https://www.pacte-grenoble.fr/

Dernière modification par CERMOSEM (Mon 17 January 2022 09:59)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by FluxBB

Partagez  |