Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.
Nom d'utilisateur    Mot de passe              Toujours pas inscrit ?   Mot de passe oublié ?

#1 lun. 13 décembre 2004 00:02

Jean-Baptiste Henry
Invité

Le Monde : Le systeme Galileo de navigation par satellite restera exclusivement a usage civil

Cet article du Monde
vous est envoye par Jean-Baptiste Henry (jb_liste@texte-a-enlever.sertit.u-strasbg.fr).

Liste Geomatique,

-----------

Le systeme Galileo de navigation par satellite restera exclusivement a usage civil

LE MONDE | 13.12.04 | 14h44

Les ministres de l'Union europeenne ont avalise le debut operationnel en excluant le volet militaire.

Bruxelles de notre bureau europeen
A la difference de son grand rival, le GPS (Global Positioning System) developpe sous l'impulsion de l'armee americaine, le systeme Galileo de navigation par satellite devra delaisser les applications militaires. Les ministres des transports des Vingt-cinq ont donne, vendredi 10 decembre a Bruxelles, a cette condition, leur aval au deploiement operationnel de cet ambitieux programme europeen. Pour rallier les pays les plus sceptiques, dont le Royaume-Uni, qui entend rester fidele au systeme americain par alliance strategique, la vocation civile de Galileo a ete coulee dans le marbre.
Galileo, ont confirme les Etats membres, est  un programme civil sous controle civil . Dans l'hypothese d'une evolution de ce principe, une decision a l'unanimite sera requise, dans le cadre de la politique etrangere et de securite commune (PESC). Cette clause va permettre au Royaume-Uni, ou aux Pays-Bas, de poser leur veto a l'utilisation militaire de Galileo.
Le feu vert ministeriel permet neanmoins aux promoteurs de Galileo d'entrer dans le vif du sujet. Jacques Barrot, le nouveau commissaire europeen charge des transports, a parle vendredi d'une  decision historique . Le choix definitif du consortium doit survenir d'ici a la fin fevrier 2005, entre les deux candidats en lice pour s'emparer de la concession : Eurely, d'une part, forme autour d'Alcatel, de Finmeccanica et de Vinci, et iNavsat, d'autre part, compose de Thales, d'EADS, et d'Inmarsat. Ces consortiums vont deposer de nouvelles offres detaillees d'ici a la mi-janvier. Le systeme europeen doit en principe commencer a fonctionner en 2008, grace a trente satellites.
Mais l'ultime decision du Conseil Transport n'est pas allee sans de multiples tractations. Apres avoir cherche a briser l'initiative europeenne, les Americains ont accepte en juin de signer un accord d'interoperabilite entre leur GPS et Galileo. Concurrents, les deux dispositifs seront neanmoins en mesure d'etre utilises ensemble, sans se brouiller l'un l'autre. Il a ensuite fallu apporter des garanties aux partenaires europeens les plus prudents. Les Britanniques, de meme que les Etats neutres comme la Finlande, ont ainsi cherche a limiter tout usage militaire du projet, en obtenant que le signal crypte ouvert aux gouvernements - le PRS, ou Public Related Service - soit cantonne dans des applications civiles,  sous controle civil , comme la surveillance des flux migratoires aux frontieres.
Les Britanniques ont, par ailleurs, obtenu que les tarifs appliques au PRS soient calcules au plus juste  sur une base non commerciale , sans marge de profit pour le concessionnaire prive, qui ne sera des lors pas tente de tout miser sur ce signal. Les Etats membres pourront enfin choisir d'utiliser ou pas le PRS : seuls les pays interesses financeront ce service, et sans espoir, du moins dans un premier temps, de s'affranchir de la tutelle du GPS sur le plan militaire. Les timides efforts europeens en matiere de defense, a moins d'un vote unanime a l'avenir, resteront dependants du GPS. L'OTAN devrait egalement continuer a n'utiliser que le seul systeme de navigation americain.
Ces restrictions pourraient compliquer la tache des concessionnaires prives appeles a la rescousse. Ces derniers doivent financer les deux tiers de la phase de deploiement du systeme europeen, soit 1,4 milliard d'euros, les 700 millions restants etant puises sur le budget communautaire. Ils ont bien sur interet a ce que les applications de Galileo soient le plus large possible.  Les sources de revenus sont multiples, le PRS ne compte pas beaucoup d'un point de vue financier , dit-on aupres d'un des deux consortiums candidats a la concession, ou l'on met en avant le panel tres large d'applications d'ores et deja possibles : navigation aerienne ou terrestre, gestion du trafic auto, localisation des bateaux en mer, etc. Ces services seront offerts aux particuliers, comme au gouvernement, a titre gratuit, ou payant, selon le signal utilise. Vendredi, un accord  implicite , selon des negociateurs, s'est enfin degage sur le montant de la participation communautaire, qui pourrait e!
tre de l'ordre de 1 milliard d'euros. Mais cette somme ne sera pas definitivement acquise avant la fin des negociations sur le budget communautaire pour la periode 2007-2013.  Il n'y a pas d'incertitude telle qui puisse arreter le secteur prive , a tenu a assurer M. Barrot.
Philippe Ricard
. ARTICLE PARU DANS L'EDITION DU 14.12.04

S'abonner au Monde.fr - 6 Euros par mois

Droits de reproduction et de diffusion reserves © Le Monde 2004
Usage strictement personnel. L'utilisateur du site reconnait avoir pris connaissance de la licence de droits d'usage, en accepter et en respecter les dispositions.Politique de confidentialite du site. Besoin d'aide ? faq.lemonde.fr

 

#2 jeu. 23 novembre 2017 11:46

Pascal Boulerie
Banni
Lieu: France
Date d'inscription: 12 sept. 2005
Messages: 1798
Site web

Re: Le Monde : Le systeme Galileo de navigation par satellite restera exclusivement a usage civil

Je remonte ce vieux sujet d'il y a longtemps pour indiquer que PRS (Public Regulated Service), le service public réglementé de Galileo, fait l'actualité 2017 :


Compte rendu du Conseil des ministres du 22 novembre 2017
- Dispositions d’adaptation au droit de l’Union européenne dans le domaine de la sécurité
obligations de protection du service public réglementé offert par le système mondial de radionavigation par satellite issu du programme Galileo.

http://www.gouvernement.fr/conseil-des- … peenne-dan


PS Et sans lien immédiatement direct avec la géomatique, noter aussi les rappels habituels de SSI (sécurité des systèmes d’information).


« L'État est désormais quasi déliquescent. » (José Cohen-Aknine, ingénieur X-Ponts, IGPEF, dans Déliquescence et renaissance de l'État.)

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by FluxBB

Partagez  |