Un service de GéoRezo

Changer de projection, est-ce un service de transformation?

septembre 22nd, 2014 par Marc Leobet

En ces temps de travaux sur les modèles de données, un service de transformation est plutôt considéré comme un service de transformation de structure de données, d’un schéma A vers un schéma B. Mais un changement de projection est-il un service de transformation?

La directive définit un service de transformation comme « permettant de transformer des séries de données géographiques en vue de réaliser l’interopérabilité ». L’article 7 définit l’interopérabilité notamment en décrivant la définition et la classification des objets géographiques des séries de données ainsi que les modalités de géoréférencement. A ce stade, cela reste ambiguë.

Le règlement sur les services en réseau (PDF) indique, dans son considérant 2, que « les services de transformation sont des services qui peuvent être utilisés pour mettre des séries de données géographiques en conformité avec le règlement 1089/2010″, celui sur les modèles de données. L’opération « Transformer » doit obligatoirement comprendre un paramètre décrivant la « mise en correspondance des modèles ».
Et un service en réseau qui aurait en sortie le même modèle de données qu’en entrée, en ne changeant que l’expression des coordonnées des objets, remplirait cette condition.

La réponse à la question de ce billet est donc positive : un service de changement de coordonnées est bien un service de transformation au sens d’INSPIRE. Attention toutefois à bien mettre en œuvre les différents paramètres de description de ce service (voir le règlement cité, annexe V).

RPCU est-il un format INSPIRE ou autre ?

août 21st, 2014 par Marc Leobet

Question relevée dans l’évaluation de la conférence en ligne INSPIRE.

La représentation du parcellaire cadastral unique est un référentiel de données. Il sera évidemment diffusé dans les règles INSPIRE (structure de données et services en réseau). Bien entendu, sa diffusion dans d’autres formats est probable.

Un plug-in QGIS pour des métadonnées INSPIRE : QSphere

août 18th, 2014 par Marc Leobet

J’ai un plaisir enthousiaste à vous annoncer la publication sur le dépôt QGIS d’un plug-in dédié à la création de métadonnées INSPIRE conformes au Guide de saisie du CNIG version décembre 2013.

Ce développement s’appelle QSphere et est dû à Christophe MASSE, pendant les heures ouvrables Conseiller en management des SIG au ministère du développement durable et, la nuit et les week-end, développeur pour la communauté Open source. Ce plug-in a été développé dans le second cas, au départ comme support de formation interne puis, en un an, comme outil à part entière.

A mon sens, c’est un complément (très) bienvenu aux autres outils destinés à la saisie déjà présentés sur ce blog (ficher Excel et OpenOffice) et, pour tout dire, nettement supérieur. Chapeau!

QSphere est désormais en ligne :

- et sur le dépôt du ministère
- et sur le dépôt QGIS.

Etes-vous en conformité avec la CNIL?

juillet 4th, 2014 par Marc Leobet

Le début de l’année a été marqué par une activité inhabituellement intense sur la protection des données personnelles et les données géographiques, résumée ici. A cette occasion, nous avons échangé avec la Direction des affaires juridiques (DAJ) de notre secrétariat général. Les échanges tournaient autour de l’autorisation unique AU-001 évoqué dans ce fil sur Géorezo. Pour résumer la décision 2012-087 de la CNIL, tout traitement SIG réalisé pour des missions liées de près ou de loin à la gestion ou l’économie d’un territoire, au tourisme et à l’aide au personne (ce qui résume l’article 1er) doit être déclaré dans l’AU-001. « Tout autre usage est interdit », c’est-à-dire doit faire l’objet d’une demande d’autorisation.

Seule interrogation : l’ensemble des services déconcentrés exploitant des SIG avaient-ils bien TOUS pensés à accomplir cette démarche de demande d’autorisation unique ?

Je suis sûr que oui : il s’agit d’une obligation légale dont l’absence serait susceptible d’entraîner une responsabilité pénale du responsable du traitement (le chef de l’unité, par exemple), n’est-ce pas? Toutefois, je me suis engagé à diffuser un message pédagogique en interne. Il se pourrait qu’il soit utile également à d’autres : d’où ce billet.

Je vous informe donc qu’une « déclaration de conformité à une autorisation unique » peut se faire :

- soit en ligne sur le site www.cnil.fr→ Rubrique Déclarer (à droite au milieu de l’écran dans le cadre « professionnels »)→ Téléprocédures
Dans cette page, barre de gauche, cliquer sur « Déclaration simplifiée »
la référence à l’AU-001 sera à noter au moment de remplir l’onglet « Finalités ».

C’est franchement simple et, de plus, l’aide téléphonique en ligne est efficace (01.53.73.22.22)

- soit en format papier à l’aide du formulaire disponible dans ce guide.

Quelques compléments apportés par un échange avec une collègue de la DDT 42 :

- le responsable du traitement au sens CNIL est celui qui ordonne ou organise le traitement : ce n’est pas celui qui code la requête, ni le directeur, mais selon le cas plutôt le chef de pôle, de cellule ou de service.

- Vous allez avoir besoin du code NAF (code statistique des domaines économiques) : on le trouve sur les pagesjaunes.fr (par exemple).

- les agences ou sous-organisations disposant d’un SIRET propre ne devront faire l’objet d’une déclaration simplifiée que si des traitements SIG sont accomplis. Si seuls des numérisations et des catalogages sont réalisés, il n’y a rien à faire.

- conservez précieusement le récépissé de votre déclaration à la CNIL, par exemple imprimé et rangé dans un classeur avec copie à votre secrétariat général.

De la granularité des données

juin 16th, 2014 par Marc Leobet

Pourquoi parle-t-on tant de granularité des données dans INSPIRE? C’est-à-dire, de la taille du grain de la donnée?

Les séries de données sont ce qui constitue l’alpha et l’omega d’une infrastructure de données géographiques. Seul détail : on ne sait pas vraiment ce que c’est, la définition étant très vague : « Compilation identifiable de données géographiques ». De la classe d’objet à la BDTopo de l’IGN, la marge est grande. Lire la suite »

Qu’est-ce qu’un ensemble de séries?

juin 16th, 2014 par Marc Leobet

La question de Labomme sur les notions de séries et d’ensemble de séries de données a un lien avec la notion de granularité que je traite dans le billet suivant.

Il m’a semblé utile de préciser au préalable la notion d’ensemble de séries, qui est mal maîtrisée par le plus grand nombre. Lire la suite »

La fabrique des données brutes (notes de lecture)

juin 5th, 2014 par Marc Leobet

[NdB : il s'agit en fait de commentaires et d'extraits, visant à vous donner envie de lire l'article lui-même]

J’avais exposé ici quelques éléments sur la relation entre INSPIRE et l’ouverture des données, notamment alimentés par l’excellente présentation d’Alain Bergue (PDF) sur la mise en place de l’ouverture des données à Nantes. Tous ceux qui ont eu à prendre des données en interne pour les publier sur l’internet savent bien ce que cela recouvre de travail, de diplomatie et de difficultés diverses.

La sociologie a ceci de passionnant qu’elle permet la transformation des vécus en savoir par une mise en perspective et un décryptage des situations. C’est tout l’intérêt de l’article de Jérôme Denis et Samuel Goëta, de Telecom ParisTech « La fabrique des données brutes – Le travail en coulisses de l’open data « . Lire la suite »

Métadonnées : pourquoi Inspire/ISO19115?

juin 2nd, 2014 par Marc Leobet

Questions de Juliette D

Bonjour,

Je ne comprend pas comment s’articulent ces normes :
- Comment les deux normes sont-elles liées ?

En pratique, elles ne le sont pas. La première est une loi (cf. infra) , la seconde un des moyens de la mettre en œuvre. Il y en a d’autres : Dublin Core, DCAT…. Simplement, ISO19115 était déjà mis en œuvre pour l’information géographique dans certains outils, et est bien adapté à ceux qui veulent décrire très précisément leurs données (par exemple, les attributs). Lire la suite »

Orthophoto & Informatique et libertés

mai 21st, 2014 par Marc Leobet

Il y a peu, une personne a demandé formellement à une plateforme régionale de flouter sa maison sur l’orthophotographie régionale en ligne au titre de la loi Informatique et libertés. Pour les gestionnaires du site, la question était à la fois juridique (est-ce justifié par la loi?) et organisationnelle (si ces demandes se multiplient, sera-t-il encore économiquement possible de diffuser des orthophotographies sur internet?). Lire la suite »

Retour de la session Open data du Geospatial World Forum

mai 11th, 2014 par Marc Leobet

Invité à parler de partage de données géographiques dans ce forum, j’ai été placé dans la session Open data. Plutôt que de faire de savantes synthèses sur les propos des autres (Danoises, Israélien, Texan, Néerlandais, Néo-Zélandais, Britannique…), j’ai choisi de rapporter ici quelques phrases qui m’ont frappé. Lire la suite »