Un service de GéoRezo

Quel futur pour INSPIRE?

January 11th, 2019 par Marc Leobet

La révision du processus de rapportage décrit dans un billet récent s’inscrit dans un processus plus large. En effet, depuis le début de l’année 2018, la Commission européenne a entrepris les études préparatoires à la révision de la directive INSPIRE en 2021.

Elle a ainsi repris à son compte un projet franco-danois de séminaire de réflexion sur ce que pourrait être le futur d’INSPIRE. Ce séminaire devrait réunir les représentants des Etats membres et d’autres acteurs à la discrétion de la Commission européenne.

La commission RMO va elle-même organiser un séminaire pour recueillir les idées et propositions des acteurs français (qu’est-ce qui ne va pas ? que faire pour la suite ?). En 2013, nous avions organisé plusieurs séminaires thématiques afin de recueillir les avis et propositions des uns et des autres sur les projets de modèle de données thème par thème. De l’avis général, ils avaient été réussis. Cela nous avait donné une grande force de proposition dans la négociation du règlement.

Même si la révision d’une directive est un objet institutionnel particulier, il s’agit de reproduire l’exercice afin que le représentant français au séminaire de 2019 puisse avoir un mandat reflétant autant que possible des avis partagés par les producteurs et utilisateurs de l’infrastructure française.

Ce séminaire pourrait avoir lieu en mai 2019, sous une forme à bâtir. Le programme de ce séminaire sera à construire lors de la réunion de la commission RMO de mars. J’ai proposé qu’il parte des résultats de l’atelier européen décrit dans le billet précédent. Dans mon esprit, il serait idéal qu’il puisse être préparé au niveau local par les plateformes régionales, mais ce sera à elles d’en juger.

Résultats d’un atelier européen sur le futur d’INSPIRE

January 11th, 2019 par Marc Leobet

Lors de la conférence INSPIRE 2018, un atelier ‘The future of INSPIRE’ s’est tenu autour de trois questions en lien avec la révision de la directive annoncée pour 2021 :
1. Qu’est-il nécessaire de faire avant et après 2021 ?
2. – Pouvons-nous identifier des fils directeurs (common threads) ?
3. – Sur quoi devrions-nous nous concentrer et de quoi avons-nous besoin ?

Beaucoup pensent qu’INSPIRE est au-dessous de ces objectifs pour de nombreuses raisons : données indisponibles, introuvables, incomplètes ; de meilleures alternatives sont disponibles ; trop de limitations juridiques et pratiques à l’accès et l’utilisation.

L’atelier a défini les enjeux futurs suivants :
1. Se concentrer sur la demande, pas seulement sur l’utilisation : les usages réels doivent induire des adaptations et améliorations de l’infrastructure.
Pour cela : consommer sa propre donnée, créer des couvertures pan-européennes de données de haute qualité et rendre la donnée réellement trouvable.
A noter que la révision du rapportage INSPIRE vise à répondre à ce dernier point.
2. Rendre la technologie et les spécifications techniques d’INSPIRE évolutives, notamment pour mieux répondre à la demande, en évitant des contraintes qui seraient spécifiques à INSPIRE.
3. Publier les données en l’état, au lieu d’attendre des données « parfaites », puis les harmoniser et améliorer leur qualité, quand il y a lieu. L’atelier expose le besoin « d’ouverture réelle des données ».
4. Adapter la gouvernance à un pilotage par la demande : trouver qui sont les utilisateurs, équilibrer la gouvernance d’INSPIRE aujourd’hui pilotée par les fournisseurs, en intégrant des utilisateurs

L’atelier a également reconnu que les concepts fondant INSPIRE restent valides. Il reste à faire évoluer INSPIRE vers une géoplateforme, où l’infrastructure serait un moyen, et non une fin, où la standardisation des données suivrait la demande et où la plateforme serait si attirante que la donnée du public (ex. science citoyenne) et du secteur privée serait également publiée.

La présentation en anglais est ici : Results workshop Future of INSPIRE 2018 1.0

Quelles belles histoires INSPIRE pour 2019?

January 7th, 2019 par Marc Leobet

C’est la nouvelle année, et je vous souhaite une excellente année deux-mille-dix-n’oeufs.

Même si la Commission européenne, dans sa grande générosité, dispense cette année les Etats membres de produire l’habituel rapport triennal en 2019, il nous a semblé positif de continuer à recueillir et à publier des récits concrets sur l’apport d’INSPIRE aux différents acteurs.

La dernière fois, en 2016, nous avions ainsi publié sur ce blog la plupart des récits contenus dans le rapport de la France.

Cela a été utile pour comprendre, et faire comprendre, l’intérêt de tout ce travail souterrain de la construction d’une infrastructure de données, normalement invisible – sauf quand cela ne fonctionne pas!

Aussi, merci de me proposer des récits sur l’environnement, sur les territoires, sur des usages par les associations ou les entreprises, aux différents niveaux administratifs. Comme dans toute bonne histoire, il y aura des succès, des problèmes, des acteurs emblématiques, des sujets obscurs ou symboliques, des paraboles si vous le voulez, dans le respect toutefois de la décence propre à un rapport de la France.

C’est à envoyer à mon adresse professionnelle, marc.leobet[(at)]developpement-durable.gouv.fr avec comme objet “rapport INSPIRE 2019” SVP.

Définir des données de référence pour INSPIRE

December 19th, 2018 par Marc Leobet

Dans deux des derniers billets, celui d’août sur les “Données d’intérêt local et données d’intérêt national et européen” et celui sur “le rapportage est au 15 décembre“, j’avançais certains éléments qui disaient, en substance : le changement est devant nous.

Hé bien, ça y est. Lire la suite »

Au fait, vous êtes tous au courant que les bases de données du niveau communal type Corps de rue sont soumises à INSPIRE depuis l’adoption de la loi Lemaire?

December 18th, 2018 par Marc Leobet

Mais aussi réseaux communaux de vos délégataires, bases des syndicats communaux et intercommunaux et tutti quanti.

Explication.

Il y a très très longtemps, dans une autre décennie, j’écrivais ” il a été dit que de futurs décrets pourraient l’inscrire de façon à cibler ce type de contrainte sur des collectivités qui disposent de certains moyens. Mais il a bien été précisé que ces décrets éventuels seraient à l’initiative des secteurs thématiques. Il n’y a pas, à ma connaissance, de tels projets pour le moment.” Lire la suite »

Cette année, le rapportage est au 15 décembre

October 19th, 2018 par Marc Leobet

Depuis 2010, le Géocatalogue opère une extraction en fin d’année, théoriquement le 31 décembre et, en pratique, plutôt vers le 10 janvier.

Cette photographie des métadonnées françaises sert à produire le rapport de la France sur la mise en oeuvre d’INSPIRE. Il est envoyé à la Commission européenne le 15 mai.

Dans le même mouvement que celui décrit dans ce billet, la Commission propose un changement de processus : moins d’indicateurs, plus automatisés (à partir des métadonnées). Cette proposition est soumise au vote des États membres fin novembre mais, comme elle sera d’effet immédiat, il nous a semblé utile de faire comme si elle allait être adoptée. Pour les autorités publiques françaises, cela ne changera pas beaucoup, nous avons toujours pratiqué ainsi. Toutefois, un effet de bord sera le changement des dates-clés.

Comme nous avons compris que cette date d’extraction motivait parfois des mises à jour in extremis, attention : à partir de cette année, le rapportage sera établi à partir d’une extraction du 15 décembre.

Données d’intérêt local et données d’intérêt national et européen

August 9th, 2018 par Marc Leobet

Trop de données tue les trouver

(oui, je sais, mais j’aime bien cette métrique)

Tout praticien sait la difficulté de trouver les données adéquates sur les grands catalogues comme le Géocatalogue national. Ce qu’on sait peut-être moins, c’est que cette difficulté se rencontre dans tous les États membres un peu étendus ou disposant d’un grand nombre de métadonnées, et sur le Géoportail européen.
Cet échec de la première promesse du triplet “trouver-voir-télécharger” fait peser une ombre sur la réussite d’INSPIRE.

Dans les échanges au niveau européen, l’analyse des causes est assez consensuelle : métadonnées mal remplies (les géomaticiens européens ne sont pas des documentalistes, à chacun ses compétences), inadéquation de la norme ISO19115 à des usages somme toute basiques, défauts multipliés de façon exponentielle par le très grand nombre de métadonnées en ligne.

La Commission européenne cherchent depuis des mois à corriger cela (voir le compte-rendu de la commission “Règles de mise en oeuvre” du 13/03/18, point 1) Lors de la dernière réunion du Comité INSPIRE, à la suite d’une proposition française de filtrer les données entre le niveau local et les niveaux national et européen, le président du comité a proposé de ne plus transmettre au Géoportail européen que les données répondant à un usage national.

Je souhaite ici expliquer la logique qui sous-tend cette proposition, laquelle converge avec notre propre analyse. Lire la suite »

Où en est la France par rapport à ses voisins?

June 6th, 2018 par Marc Leobet

L’Agence européenne de l’environnement (AEE) publie elle aussi un tableau de bord INSPIRE qui permet de comparer les différentes mises en oeuvre des Etats européens*.

Quelques remarques, rubrique “INSPIRE EU dashboard” :
– l’AEE abandonne l’affichage des taux pour afficher des valeurs absolues de données. Cela avantage mécaniquement les pays les plus grands (quoique…);
– L’Allemagne et maintenant la France ont des politiques de web services très proches et franchement différentes de tous les autres Etats.
Lire la suite »

Rapport de la France 2018 (au titre de l’année 2017)

June 6th, 2018 par Marc Leobet
Après le retour des cloches de Rome, puis les ponts du joli mois de mai, vient l’envoi par la France de son rapport sur la mise en oeuvre de la directive INSPIRE.

Cette année encore, le rapport est agrémenté de graphiques qui rendent plus accessibles les principales évolutions.

Le résumé officiel est le suivant :

“Le présent rapport indique une forme de maturité de l’infrastructure de données géographique française avec, dans un cas, une rupture brutale liée à une mise à niveau de l’infrastructure. Il note :
– une reprise de la croissance des métadonnées publiées (+18 % contre +13 % en 2016) en augmentant encore le taux de conformité (à 92%) ;
un taux de conformité des données qui décolle enfin, de 3 % à 15 %. Cela provient de données respectant les spécifications nationales (CNIG ou COVADIS). Elles sont de facto conformes INSPIRE mais n’étaient pas forcément déclarées comme telles les années précédentes. Beaucoup sont encore à mieux déclarer.
– L’indicateur NSi2 mesurant les données à la fois consultables et téléchargeables est resté stable à 60%, notamment en raison de l’intégration de nouvelles métadonnées qui n’ont pas encore eu le temps d’être rendues accessibles par les plateformes régionales considérées.
– La montée en charge continue du nombre de données mises à disposition par l’infrastructure centrale du ministère en charge de l’environnement [GéoIDE] a entraîné de graves problèmes de performance liés à une description des capacités de service trop lourde. L’année dernière, le ministère a dû opérer un changement d’architecture afin de limiter le nombre de données par service en réseau. Cela a conduit à passer globalement de six services maximum par organisation à un à trois services en réseau par série de données.
– Cette multiplication par dix des services en réseau qui représentent désormais 93 % du total a produit un impact majeur sur plusieurs indicateurs (NSi3, utilisation des services en réseau, divisé par 10, par exemple, ou NSi4, conformité des services, passant à 96 %). Cela montre les limites de ces indicateurs dont nous soutenons la simplification drastique.”
Lire la suite »

Meilleurs vœux 2018!

January 3rd, 2018 par Marc Leobet

Il semble que les voeux de ce blog deviennent biannuels, puisque les derniers datent de 2016…

Je vous souhaite donc doublement une année heureuse, ouverte et simplifiée.

De même qu’INSPIRE devient de plus en plus invisible en devenant de plus en plus utile, comme c’est le rôle normal d’une infrastructure, les enjeux internationaux et européens deviennent encore plus cruciaux : c’est ce que j’ai voulu partager avec vous dans cette carte de voeux qui met en avant les 17 objectifs du développement durable de l’ONU.

Bonne année 2018

Dans notre domaine, les perspectives européennes tournent autour de la révision du rapportage par la Commission européenne, dont j’espère qu’elle se traduira par une réelle simplification et par une lecture enfin facile des mises en oeuvre, et du projet de révision du règlement sur l’interopérabilité des données – Annexe III, dont nous n’attendons rien de bon et qui pourrait tourner court.

Au chapitre français, la politique d’ouverture des données est l’appui principal à la mise en oeuvre d’INSPIRE. C’est le message que nous portons désormais au niveau européen : l’open data est la condition de réussite d’INSPIRE.

A suivre…