Un service de GéoRezo

Appel à témoignage : qu’apporte INSPIRE?

Bonjour,

nous sommes en train de préparer le rapport triennal de la France sur la mise en oeuvre de la directive INSPIRE. Nous avons déjà quelques témoignages, que je souhaite compléter par des témoignages courts en provenance de tous les types d’acteurs. Que vous a apporté INSPIRE, surtout en terme d’usage? En quoi cela a été utile?

J’avais proposé des tweets avec le hashtag #MerciINSPIRE!, ce peut être complété par des commentaires à ce billet.
Pas la peine de rédiger des choses compliquées, 140 caractères c’est bien, trois ou quatre phrases c’est encore mieux!

Halte à la morosité! Merci à vous tous de montrer les réussites!

Be Sociable, Share!

Tags: , ,

3 réponses to “Appel à témoignage : qu’apporte INSPIRE?”

  1. Elise Henrot dit:

    Inspire en positif : accès facilité aux données de base pour faire de l’urbanisme en répondant aux objectifs des politiques publiques de développement durable (notamment analyse de la consommation d’espace)

    Inspire en négatif : encore de grosses lourdeurs administratives vis-à-vis des prestataires privés des collectivités locales (ces dernières étant très peu autonomes en particulier dans les zones rurales)

  2. Marc Leobet dit:

    Ayant contacté Elise Henrot, je précise que les “grosses lourdeurs administratives” visent la lourdeur de conventionnement pour les prestataires privés des collectivités locales. Il s’agit d’expliquer puis de mettre en place, pour chaque commune, la procédure pour obtenir les fichiers des administrations nationales, et ce temps n’est pas gratuit.

  3. Luc VIART dit:

    Inspire permet d’avoir une réflexion poussée sur le catalogage des données, et ainsi de publier les données en ayant mûrement réfléchi à la qualité des données, à leur exhaustivité, à leur granulométrie, et aux enjeux de leur publication.

    L’inconvénient résultant est une lourdeur administrative pour la publication, et une appréhension à publier liée à la difficulté de savoir si le producteur de la donnée l’a déjà publiée.

    Toutefois, s’agissant d’une démarche nouvelle, la mise en oeuvre de la directive ne pourra, une fois rentrée dans les moeurs, qu’être un plus en termes de connaissance des territoires.

Laisser une réponse