Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.
Nom d'utilisateur    Mot de passe              Toujours pas inscrit ?   Mot de passe oublié ?

#1 lun. 20 novembre 2017 14:53

Bruno
Membre du bureau
Lieu: Paris
Date d'inscription: 22 juin 2005
Messages: 9810
Site web

Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

Je me permets de relayer ci-dessous (après accord de l'Institut) une étude qui vient d’être lancée par l'IGN.
Il s’agit de la 1ère consultation publique sur l’information géolocalisée au service des territoires et de ses nombreuses problématiques (gestion et utilisation des données, open data, passerelles privé/ public…).

Cette consultation nécessite 10 minutes:
http://bit.ly/Sondage-IGN

En assurant le relais de cette étude, je fais le vœux que les résultats de cette étude seront plus largement partagés, voire débattus, que les 6 ateliers en région.

Si toutefois vous préférez que ce sujet soit déplacé dans le Géo'Bar, il suffit de nous l'indiquer.

Bonne semaine, Bruno

Hors ligne

 

#2 lun. 20 novembre 2017 15:20

ChristopheV
Membre
Lieu: Ajaccio
Date d'inscription: 7 sept. 2005
Messages: 2745
Site web

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

Fait.

Je vous conseille de bien lire surtout entre les lignes. Il y a tout de même quelques questions à se poser.

Je ne comprend pas la schizophrénie existante entre celui qui répond à un appel d'offre et celui qui impulse les dynamiques régionales. J'ai parfois un peu l'impression, si je compare à mon autre cœur de métier, que c'est mon fournisseur de matériel informatique qui me fait l'AMO du marché auquel il répond.


Christophe
L'avantage d'être une île c'est d'être une terre topologiquement close

Hors ligne

 

#3 mer. 22 novembre 2017 13:16

Renaud
Membre
Lieu: Olivet (45)
Date d'inscription: 9 mars 2006
Messages: 2175

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

Je partage l'avis de Christophe.

Et beaucoup de questions dans des sujets autres que les référentiels généraux et la forêt, sur lesquels on ne voit pas la valeur ajoutée de l'Institut.

Ex : Les réseaux thématiques et le portail 'Risques' fonctionnent très bien et évoluent au quotidien, avec des acteurs reconnus tant sur la thématique que sur l'IG.
Autre ex : quel sens y aurait il à coordonner les fab'labs et autres incubateurs ?


Renaud Mouche

Hors ligne

 

#4 ven. 24 novembre 2017 15:19

Pascal Boulerie
Membre
Lieu: France
Date d'inscription: 12 sept. 2005
Messages: 1876
Site web

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Pour rappel, les ateliers de l'IGN - 2016-2017 - dont Bruno fait état sont décrits dans la page suivante :
http://www.ign.fr/institut/ateliers-lign-en-2016-2017

Quant aux Fablabs , rappelons aussi l'existence du " fab " suivant :
- IGNfab
http://ignfab.ign.fr


« L'État est désormais quasi déliquescent. » (José Cohen-Aknine, ingénieur X-Ponts, IGPEF, dans Déliquescence et renaissance de l'État.)

Hors ligne

 

#5 sam. 25 novembre 2017 14:47

Bruno
Membre du bureau
Lieu: Paris
Date d'inscription: 22 juin 2005
Messages: 9810
Site web

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

Je crois deviner dans les remarques de Christophe et Renaud que la question que l'on se pose souvent avec l'Institut (quand on le pratique depuis des années) pourrait être: qui définit et porte la stratégie de cet Etablissement Public Administratif?
La tutelle, le CA, la direction, les chefs de département, les chefs de produits, les syndicats, etc.

Comme je n'y travaille pas, je ne sais pas répondre.

Bruno

Hors ligne

 

#6 lun. 27 novembre 2017 09:27

fbecir
Membre
Lieu: Saint-Mandé
Date d'inscription: 16 sept. 2008
Messages: 282

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bruno a écrit:

Je crois deviner dans les remarques de Christophe et Renaud que la question que l'on se pose souvent avec l'Institut (quand on le pratique depuis des années) pourrait être: qui définit et porte la stratégie de cet Etablissement Public Administratif?


Le décret n° 2011-1371 du 27 octobre 2011 relatif à l’Institut national de l’information géographique et forestière (IGN) établit que :

Article 2 :
Dans le cadre des orientations fixées par l’Etat, l’institut établit et met en œuvre l’infrastructure d’information géographique prévue au chapitre VII du titre II du livre Ier du code de l’environnement.

Article 6 :
L’institut est administré par un conseil d’administration et dirigé par un directeur général.

Article 9 :
Le conseil d’administration règle par ses délibérations les affaires de l’institut. Il délibère ainsi notamment sur :

1° Les orientations stratégiques de l’institut, les contrats d’objectifs, les programmes généraux d’activités et d’investissement ;

2° Le budget et ses modifications ainsi que les comptes financiers ;

3° Le rapport annuel d’activité ;

4° Les prises, extensions et cessions de participations financières ;

5° La création de filiales ;

6° L’attribution des marchés ;

7° Les transactions ;

8° La politique de tarification des produits et prestations de l’institut ;

9° Les acquisitions, aliénations et échanges d’immeubles ;

10° L’acceptation ou le refus des dons et legs ;

11° Le règlement intérieur du conseil.

Le conseil d’administration donne son avis sur l’organisation générale de l’institut.



Bruno, je ne sais pas si cela répond à ta question, mais cela montre bien que l'IGN ne marche pas vraiment en roue libre ...

Hors ligne

 

#7 lun. 27 novembre 2017 09:56

ChristopheV
Membre
Lieu: Ajaccio
Date d'inscription: 7 sept. 2005
Messages: 2745
Site web

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

l'IGN ne marche pas vraiment en roue libre ...


Je pense sincèrement que cela n'a jamais été mon propos, et je crois pas celui des autres intervenants.

Le budget et ses modifications ainsi que les comptes financiers ;


Cette validation par le CA rejoint la précédente citation. Comme tout CA où le financement dépend en partie des dotations de l'Etat, il a vraiment une marge de manœuvre importante. De même la notion de service public et ses missions imposées n'apparaît pas dans cet extrait du décret.

C'est cette position d'équilibriste entre les missions de service public et leur financement, et une nécessité de politique commerciale, qui me fait m'interroger. Or toute la problématique de la sphère privée dans le domaine des technologies avancées réside dans le savoir faire et le savoir vendre du savoir faire. Dans ces domaines où la notion d'investissement est majeure, proposer un produit ou des produits, implique d'orienter la politique d'entreprise sur la technique non sur les prix. Donc en interne c'est la R&D qui impulse la politique pas le service commercial. Vendre cher n'est pas un problème quand il s'agit d'investissement de moyen terme, que la solution technique est fonctionnelle et le SAV aussi.


Christophe
L'avantage d'être une île c'est d'être une terre topologiquement close

Hors ligne

 

#8 lun. 27 novembre 2017 10:44

fbecir
Membre
Lieu: Saint-Mandé
Date d'inscription: 16 sept. 2008
Messages: 282

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

ChristopheV a écrit:

Bonjour,

l'IGN ne marche pas vraiment en roue libre ...


Je pense sincèrement que cela n'a jamais été mon propos, et je crois pas celui des autres intervenants.


Bonjour Christophe

Rassurez vous, je sais que les intervenants et vous même connaissez bien l'IGN. Toutefois, il m'arrive de croiser des gens qui pensent que l'IGN décide de tout, par exemple sur les aspects ventes ou tarifs.

Sur l'aspect service public, c'est l'article 2 qui donne la liste (liste que j'ai abrégé par commodité de lecture) et qui indique les possibilités commerciales. Ce que ne précise pas le décret, c'est que les prestations commerciales sont indispensables au budget de l'établissement ..

L’institut est chargé des missions suivantes :

1° Concevoir et constituer une infrastructure géodésique cohérente avec les systèmes internationaux, et assurer la gestion du système national de référence géographique, gravimétrique et altimétrique ;

2° Réaliser et renouveler périodiquement la couverture en imagerie aérienne ou satellitaire de l’ensemble du territoire national ;

3° Constituer et mettre à jour sur l’ensemble du territoire les bases de données géographiques et les fonds cartographiques dont la liste est fixée par arrêté du ministre chargé du développement durable, notamment le référentiel à grande échelle (RGE)...

4° Constituer et mettre à jour, sur le territoire métropolitain, les bases de données relatives aux ressources et aux milieux forestiers ainsi qu’un référentiel géographique de description des essences forestières cohérent avec le référentiel à grande échelle ...

5° Mettre en œuvre des programmes nationaux ou internationaux d’observation et de surveillance des écosystèmes dans les conditions fixées par arrêté du ministre chargé du développement durable ;

6° Gérer la documentation déposée à la photothèque nationale dans les conditions fixées par décret ;

7° Diffuser les bases de données géographiques et forestières ainsi que les fonds cartographiques qu’il constitue, notamment au moyen d’un portail INSPIRE tel que défini à l’article L. 127-1 du code de l’environnement ;

8° Fournir aux ministres concernés les informations relevant de sa compétence et contribuant à la définition, à la mise en œuvre et à l’évaluation des politiques nationales relatives à l’écologie, à l’énergie, à la forêt, à l’aménagement du territoire, à la prévention du changement climatique et à l’adaptation à ce changement, et contribuer à la préparation des positions françaises dans les instances internationales compétentes dans ces domaines ;

9° Apporter au ministre chargé du développement durable un appui pour le fonctionnement du Conseil national de l’information géographique et, plus généralement, pour la mise en œuvre de la politique nationale d’information géographique ;

10° Mettre en place et administrer le portail INSPIRE de l’Etat pour ce qui concerne les services de consultation prévus à l’article L. 127-4 du code de l’environnement et les services de transformation prévus au même article lorsque ces services sont dédiés aux changements de référentiel de coordonnées ;

11° Diriger les activités de l’Ecole nationale des sciences géographiques dans les conditions fixées par arrêté conjoint des ministres chargés respectivement du développement durable et du budget ;

12° Mener des activités de recherche et de développement dans ses domaines de compétence ;

13° Concourir aux travaux menés en France et dans un cadre international en matière d’organisation et de normalisation de l’infrastructure d’information géographique.

A titre complémentaire, l’institut peut concevoir et, dans le respect des règles de concurrence, commercialiser tout produit ou service à partir des données recueillies ou des savoir-faire acquis dans le cadre de ses missions de service public.

Hors ligne

 

#9 lun. 27 novembre 2017 22:42

ChristopheV
Membre
Lieu: Ajaccio
Date d'inscription: 7 sept. 2005
Messages: 2745
Site web

Re: Consultation publique de l'IGN sur l'information géolocalisée

Bonjour,

Ce que ne précise pas le décret, c'est que les prestations commerciales sont indispensables au budget de l'établissement


Vous ne lisez pas couramment l'énarquoadministrativojuridique ?

C'est écrit là :

A titre complémentaire, l’institut peut concevoir et, dans le respect des règles de concurrence, commercialiser tout produit ou service à partir des données recueillies ou des savoir-faire acquis dans le cadre de ses missions de service public.


A titre complémentaire. Le complément de quoi ? c'est l'accessoire du principal. Le principal étant la mission de service public.

Après il faut lire le Bercy dans le texte et comprendre qu'en terme budgétaires l'essentiel est l'accessoire, le complément la condition de survie.

J'ajoute que les derniers termes vont dans le sens de mon précédent post, c'est le savoir faire et la propriété intellectuelle acquise dans le cadre de la mission de service public qui sont commercialisables.
Passer des marchés de sous-traitance c'est pas tout à fait la même philosophie ... l'investissement dans le cadre d'une mission de ce type comme le RPCU, devrait déboucher sur des avancées techniques dans le monde de l'open source par exemple, pas finir par être soumis à des logiciels propriétaires car on a délégué le savoir faire.


Christophe
L'avantage d'être une île c'est d'être une terre topologiquement close

Hors ligne

 

Pied de page des forums

Powered by FluxBB

Partagez  |