Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.

Fiche n°1 : Communes et SIG, aperçu général

COMMUNES ET SIG, APERÇU GENERAL

Introduction
Les nouveaux logiciels de type “ Système d'Information Géographique ” (SIG) sont aux données localisées ou localisables l'équivalent du tableur pour les données numériques.
Les territoires et leur environnement étaient jusqu'à présent appréhendés soit par une représentation géographique traditionnelle à l'aide de plans et de cartes, soit par une approche comptable en constituant et en exploitant des bases de données alphanumériques. L'apport des SIG est de permettre une vision globale de ces territoires en proposant, par la mise en œuvre d'outils qui associent chiffres et cartes, de lier les deux domaines, de les enrichir, de les synthétiser.
De tels outils intéressent donc particulièrement les communes qui, constituant l'entité géographique de base de l'administration du territoire, sont investies de nombreuses responsabilités tenant à cette dimension géographique et nécessitant sa maîtrise.

SIG et administration du territoire
Si les fonds de plan et les supports cartographiques proviennent des services techniques de la collectivité, de l'Etat ou de concessionnaires, les données à leur associer sont essentiellement produites par les services administratifs. Le système d'information géographique est alors à considérer comme un outil de gestion pour toute la collectivité.
Aujourd'hui, les gestionnaires ne sont plus seulement de simples consommateurs de cartes thématiques que leurs fournissent les spécialistes. Avec les SIG, ils manipulent et traitent l'information localisée tout comme ils manipulent et traitent leurs données numériques avec les tableurs.
Les applications logicielles doivent donc prendre en compte ce nouveau type d'utilisateurs plus habitués aux interfaces des outils bureautiques qu'à l'ergonomie des stations de travail spécialisées.

SIG, rapports d'activités, comptes administratifs
De nombreuses données sont déjà recueillies dans les collectivités locales : rapports d'activités, comptes administratifs qui constituent une source accessible.
La localisation des informations qui y figurent donne une nouvelle vision. La comparaison de plusieurs années permet en outre de constater des évolutions que la lecture brute des chiffres ne met pas facilement en évidence. Par exemple :
* La cartographie et la représentation de la localisation des divers types d'habitats, des différentes cibles de l'action sociale, de la résidence des personnes âgées ;
* La répartition des modes de garde des enfants, des zones de chalandise des crèches, de l'extension de la couverture des actions de vaccination ;
* Les dérogations scolaires ;
* La fréquentation des équipements publics.

SIG et documents budgétaires
De même, l'évaluation des besoins lors de la préparation des documents budgétaires conduit à de nombreuses investigations et simulations. Entre autres :
* La cartographie de la répartition des dépenses par secteur, par équipement ;
* la comparaison de ces répartitions aux effectifs, aux zones de chalandise, aux coûts d'entretien et de réfection.
Action économique, transports
La comparaison des données au cours du temps permet par ailleurs d'anticiper des évolutions que leur localisation rend plus compréhensible :
* La répartition des emplois par site, les flux de création et de disparition des entreprises;
* Les flux migratoires des employés et des véhicules, les flux des piétons en entrée et sortie des gares ; les déplacements des transports en commun.

Planification spatiale de la collectivité
Les SIG permettent de lire et d'anticiper l'aménagement du territoire de la collectivité en s'intéressant au déroulement du temps. Comme une carte routière permet d'identifier et de visualiser un itinéraire, ces outils permettent la mise en perspective des actions entreprises. Ils constituent un moyen supplémentaire d'analyse des situations aux composantes multiples.

Trop d'information tue l'information ?
La croissance des sources d'information en nombre et en diversité ne rend pas pour autant aisée l'interprétation des nombreuses représentations hétérogènes qu'elle génère. L'écart peut se creuser entre la perception de terrain et les orientations stratégiques. Le report sur le plan des données de gestion quotidienne et des grands indicateurs permet de vérifier la corrélation entre ces données.

Maîtriser ses données
La maîtrise effective de ces nouveaux outils appelle de nouveaux comportements professionnels, tant individuels que collectifs.
En effet, au plan individuel, il faut acquérir ou développer des réflexes documentaires, apprendre à utiliser pleinement les outillages informatiques, accroître et évaluer la pertinence de son action.
Au plan collectif, il faut contribuer à rendre les données accessibles et échangeables, et bannir des attitudes de rétention encore très fréquentes.

Données numériques et patrimoine public
Ces données sont donc le plus souvent constituées dans un contexte public, par une collectivité publique, sur financement public. Elles constituent alors un patrimoine informationnel public dont la valorisation dépend principalement de l'usage qui en est fait.
De ce fait, les acteurs publics devront de plus en plus rendre accessibles ces données à qui les demanderait, sans discrimination et compte tenu de la protection des libertés individuelles, mais aussi en faciliter la diffusion en respectant les règles de la concurrence et en les documentant de façon précise.

Des fiches pour informer
Pour accompagner le développement des SIG, le CNIG a mené dans un premier temps des investigations à caractère général et méthodologique. Aujourd'hui, il reçoit fréquemment des demandes de collectivités locales de taille petite ou moyenne qui appellent des réponses d'un autre niveau et d'une autre modalité.
Aussi a-t-il été décidé d'entreprendre l'élaboration progressive d'une série de réponses pratiques à ces questions et de capitaliser ces expériences.
L'option éditoriale arrêtée est l'élaboration de fiches de cas qui présentent en quelques pages une information générale, une description particulière ou une expérience locale reportable.
Une telle option offre les avantages de la souplesse éditoriale dans le choix des sujets, la sélection des priorités et le format. Elle permet en outre une actualisation aisée des sujets qui le nécessitent et facilite l'intégration de ces sujets dans des médias professionnels intéressés. Les contenus sont à produire par le groupe ou à rechercher à l'extérieur suivant les sujets, le groupe se comportant en comité éditorial.

Des commentaires ou des suggestions à cette fiche ?

 
main/fiches_cnig/fiche_001.txt · Dernière modification: 2016/11/26 16:22 par Robin
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Partagez  |