Nous utilisons des cookies pour vous garantir la meilleure expérience sur notre site. Si vous continuez à utiliser ce dernier, nous considèrerons que vous acceptez l'utilisation des cookies. J'ai compris ! ou En savoir plus !.

Les capteurs satellitaires présentent différentes capacités techniques regroupées sous la dénomination de « résolutions ». On distingue principalement 4 types de résolution en détection passive : spatiale, spectrale, radiométrique et temporelle. Elles fonctionnent comme un balancier dans lequel un équilibre doit toujours être respecté : il n’existe pas (encore) de satellite unique possédant de très bonnes résolutions spatiale ET spectrale ET radiométrique ET temporelle. C’est pour cela que l’on développe des constellations de satellites permettant de pallier chacune des limitations.

La résolution spatiale est, par définition, la taille du plus petit élément qu’il est possible de distinguer sur l’image. Elle est également définie (par abus de langage, accepté de tous) comme étant la taille du pixel. On notera que la distinction entre ces 2 termes dans le cas de la détection active est plus importante. Les satellites optiques Spot (6 et 7) proposent des images de 1,5 mètres de résolution spatiale. Le dernier satellite américain de la société DigitalGlobe, nommé WorldView-3, propose des images d'une résolution spatiale de 0,30 mètres.
Plus la résolution spatiale est fine, plus sa fauchée est limitée.

La résolution spectrale est la capacité du satellite à discriminer les signaux de différentes longueurs d’ondes. Plus la bande du capteur est fine, plus sa résolution spectrale est bonne. Ainsi le nombre de bandes du capteur, s’il rentre en compte dans la discrimination des signaux, n’est pas le seul facteur à prendre en compte pour caractériser la résolution spectrale. Le satellite américain Landsat possède des bandes multi-spectrales d’une résolution spatiale de 30m et une bande panchromatique (une seule bande spectrale très large) d’une résolution spatiale de 15m. C’est donc en diminuant la résolution spectrale que ce capteur peut améliorer sa résolution spatiale (X2).

La résolution radiométrique est la capacité du capteur à discriminer des petites variations d’énergie électromagnétique. C’est le nombre de bits utilisés pour enregistrer l’image qui régit le nombre maximum de niveaux d’intensités disponibles.

La résolution temporelle du capteur correspond à son temps de revisite. Cette résolution peut être associée au temps que met le satellite pour repasser au-dessus de la même zone, mais en réalité elle est nettement améliorée par la capacité du satellite à dépointer (à regarder sur les côtés, devant, derrière … ).

 
main/teledetection/resolutions.txt · Dernière modification: 2015/06/10 17:54 par
Recent changes RSS feed Creative Commons License Valid XHTML 1.0 Valid CSS Driven by DokuWiki
Partagez  |